On arrive déjà début octobre, et je ne vous ai pas encore parlé de mon challenge d’août dans le cadre de ma collection capsule ! Pas bien ! Et pourtant il était de taille car oui j'ai cousu des chaussures ! Incroyable non ?

Un des thèmes de Clotilde était de réaliser son propre maillot de bain. Bon d'une part, j'en ai déjà pas mal et je n'avais pas plus envie que ça de repartir dedans et d'autre part, pas de vacances pour moi cet été, hormis 4 jours en Italie. Du coup J’avais plus envie de réaliser une pièce que je pourrai porter et qui me motiverait vraiment. L’année dernière, Julie Kansara alias Damn Good Caramel avait sorti un patron gratuit de baskets sur base espadrilles, en partenariat avec une Marie, de Shwe Chic. J'avais craqué sur le concept, imprimé le patron, commandé le shwe shwe (tissu traditionnel avec de tout petits motifs, imprimé en Afrique du Sud)… et j'en étais restée là, par manque de temps. Du coup cette année pour le challenge de Clotilde, j’étais bien décidée à me lancer !

J'ai commencé par réaliser une toile, pour me familiariser avec la construction et valider la pointure. Et c’était une bonne chose de faire une toile car ça m'a permis de faire des bêtises dessus et par conséquent de les éviter sur la version finale !

Qu'on se le dire, il y a beaucoup de pièces à couper : l’extérieur de la chaussure (3 pièces), la doublure (3 pièces), l'entoilage pour toutes ces parties (6 pièces) et les 4 emplacements en cuir (simili cuir dans mon cas). Soit 18 pièces au total ! Et il faut faire attention à ne pas se tromper de sens lors de la découpe, car il y a une chaussure gauche et une chaussure droite, donc il faut être organisé pour ne pas se mélanger les pinceaux !

Pour ma toile, j'ai décidé de ne réaliser qu'une seule chaussure. Pour moi, la difficulté a résidé dans le fait de choisir la bonne épaisseur de tissu, et surtout le bon entoilage. En ce qui concerne la toile, l’entoilage que j'ai choisi était bien trop épais. Il passait bien sous la machine, pas de soucis, mais quand il a fallu piquer à la main la chaussure à la semelle, autant vous dire que ça n'a pas été facile. Déjà rien que pour épingler la chaussure à la semelle, j'ai dû tordre une bonne dizaine d’épines, rien que ça ! Et j’avais pris des épingles à tête ronde, pour avoir plus de force.

Julie, la créatrice du patron m'a dit après coup qu'il était possible de pré percer les trous à l'aide d'un poinçon, et effectivement en appliquant sa méthode, c’était bien plus simple !

La seule chose que je n'ai pas fait, c'est de coller les empiècement à la colle néoprène avant de les coudre. J'ai pris mon temps mais sans colle et en s'appliquant, ça marche aussi. Ça a été facile car j'ai utilisé du simili cuir, moins glissant que du cuir classique grâce à la partie en tissu sur l'envers. Pas certaine que ce soit aussi simple si vous décidez d’utiliser du cuir.

Après m’être bien piqué les doigts avec mon aiguille pour fixer les parties en tissu à la semelle de ma chaussure, j'ai pu passer à l’essayage. Et c’était parfait ! Je n'avais plus qu'à recommencer deux fois pour avoir une paire ! Je m'y suis mise aussitôt pour éviter de me décourager et pour que le projet soit fini en temps et en heure.

Rebelote sur la découpe des pièces, fois deux puisqu’il y a deux chaussures. Bref il faut être rigoureux pour ne pas mélanger les pièces de la chaussure gauche à celles de la droite ! C’est long mais ça se fait. Et comme je venais de monter la toile, les étapes étaient fraîches dans ma tête, donc la partie couture est allée vite.

Puis est venue à nouveau l’étape de la fixation des parties tissus aux semelles. Armée d'un poinçon, d'un dé à coudre (pour une fois qu'il sert celui-là !) d'une grosse aiguille et de fil assez épais, je m'y suis attaquée. Une fois la première chaussure finie, j'étais super fière de moi... jusqu'à ce que je me rende compte que j'avais cousu la languette au-dessus du reste. Allez on défait et on recommence ! Bon je ne vais pas vous mentir en vous disant que je n'ai pas eu mal aux doigts, c'est plus dur à percer qu'une viscose ou qu'un coton donc il vaut mieux ne pas se tromper...

11 espadrilles

Et voilà la bêtise !

Après avoir recommencé, je me suis retrouvée avec une chaussure quasi-terminée, où il ne manquait que les oeillets. Et là, j'ai été prise d'un doute. Le fil que j'avais utilisé, bien que plus épais que mon fil à coudre classique, me semblait bien fin pour tenir le tout. Je suis donc passée chez Fil 2000 pour voir s'il n'était pas possible de trouver du fil plus épais, et une aiguille également plus épaisse. Je suis ressortie avec du fil de coton enduit bien épais et un kit d'aiguilles à cuir et autres matériaux difficiles à percer. 

Mais le temps a joué contre moi et nous sommes partis plusieurs fois en week-end, remettant donc la finalisation de mes chaussures à plus tard.

J'ai finalement pu finir tout ça ce week-end, et il n'y a pas à dire, là je n'ai pas peur que ça cède, c'est nickel ! Par contre, même armée d'un dé à coudre et d'une pince, ça fait encore mal aux doigts (des chaussures ça se mérite !)

1espadrilles

Vous voyez bien la différence entre le premier fil et le coton enduit ! Là cette fois c'est du solide !

 

Et voici donc mes premières chaussures, en simili cuir et tissu Shwe Shwe :

IMG_7673

IMG_7675

IMG_7680

IMG_7681

J'ai cousu mon point de feston à 1cm d'intervalle, et je trouve ça plutôt pas mal !

IMG_7682

IMG_7683

IMG_7685

 

Je les adore, même s'il est presque un peu tard dans la saison pour les porter. J'ai déjà une idée pour me faire une autre paire, mais je vais tout de même laisser mes doigts se reposer avant !

Et vous ? Êtes-vous tentés par le fait de réaliser vous-même vos chaussures ? Avez-vous déjà essayé ?

Belle journée !

 


Patron : Sneakers en Shwe Shwe de Julie Kansara alias Damn Good Caramel (patron gratuit téléchargeable sur le site de Shwe Chic)

Tissu : Shwe Shwe de chez Shwe Chic, simili cuir de chez Reine, coton épais de mon stock pour la doublure

Pointure : 40 non retouché

Prix : 28 € (dont 12€ de tissu, 8€ de semelles d'espadrilles de chez Rascol, 2€ de biais, 2€ d'oeillets, 2€ de lacets, 1€ de thermocollant et 1€ de fil)

Difficulté : Etre bien attentif lors de la couture du cuir. Bien épingler sur la semelle et coudre un point feston bien régulier (en se faisant le moins mal aux doigts possible !)