Et voilà, le CAP est derrière moi !

C'est donc l'occasion de débrieffer avec vous à chaud de l'EP2, LA grosse épreuve du CAP. 16h de couture, en 2 jours pour réaliser un modèle (veston, veste ou pantalon).

Si vous passez le CAP pour le première fois, vous aurez à passer l'EP1, l'épreuve de patronnage. L'avantage, c'est que cette épreuve se déroule en général le vendredi, et qu'elle lève le voile sur la pièce à réaliser lors de l'EP2 la semaine suivante (ce qui permet de se préparer).

Si vous me lisez, vous savez déjà que j'étais dispensée de cette épreuve, car je l'avais validée avec le CAP couture floue l'année passée. Du coup, je n'avais aucune idée du modèle sur lequel nous allions être interrogés. Et autant le vendredi, on a vu sortir le modèle du CAP flou, autant sur le tailleur... rien ! Je ne connaissais personne dans mon entourage qui passait l'épreuve, ça allait donc être la surprise. Je me suis toutefois laissée aller à des suppositions : le sujet  était un veston, celui de l'année passée était une veste... potentiellement on pouvait tomber sur un pantalon.

Du coup durant le week-end, j'ai réalisé un énième Safran, ainsi qu'un Scalloped Hem Shorts. J'ai donc pu m'entraîner à nouveau à poser une braguette, à faire des poches italiennes, à faire des points à la main. Bref je me sentais prête.

De plus, avec les cours municaipaux de la mairie de Paris, j'avais pu revoir tous les éléments au cours de l'année, donc j'étais prête. Puis, en discutant avec Aurélie (alias Aureliebricole sur Instagram) lundi soir, elel me transfère un dessin technique d'une veste, qui n'est pas celle du CAP flou. Il y a donc de fortes chances pour que ce soit celle du CAP tailleur. Du coup veste à col châle, à découpes princesses et à basque + plis creux (oui je sais ça semble chargé dit comme ça, je vous conseille d'aller directement voir le dessin technique plus bas). Du coup, j'avoue que j'ai relu la gamme de montage du col châle le lundi soir, histoire d'être complètement prête ! Voici donc le déroulé de ces deux jours d'épreuve.

 

Jour 1 

Après une bonne nuit de sommeil, je suis prête ! 

J'arrive avec un peu d'avance au lycée le mardi matin. Je retrouve mes petits camarades (vous savez, ceux nés en 1999) devant la salle. Je discute 5 minutes avec eux, et en fait ce ne sont pas des candidats libres, ce sont des étudiants de la chambre syndicale de Paris. Du coup ils ont passé l'EP1 le vendredi et ils me confirment que le dessin technique vu hier est bien celui de la pièce à réaliser.

8h30 : on entre dans les salles (nous sommes une quinzaine répartis dans 3 salles en enfilade) et chacun s'installe à son poste. C'est cool, par rapport à l'année dernière, on a une grande table chacun, ce qui laisse de la place pour travailler. Les sacs contenant tout le matériel pour l'épreuve arrivent et nous pouvons commencer. Les pièces du vêtement sont déjà coupées, elles sont regroupées en une bûche (terme technique pour définir l'ensemble des pièces d'un vêtement coupées, et prêtes à être assemblées). La veste est en lainage bleu ciel, et le col ainsi que les fonds de pli seront en lainage fin pied de poule bleu marine. Bon dans le choix des tissus on repassera mais au moins le lainage a l'air sympa à travailler. Il n'y a que le thermocollant à couper. Par contre, ils nous filent également un patron corrigé. Hum hum. En fait il y a eu des erreurs dans le patron initial ayant servi de base à couper les pièces du vêtement. Du coup, un corrigé a été édité, et nous est donné afin que nous corrigeons certains angles et certains crans. Bon, pas très pro mais au moins ça permet de poser ses pièces sur les patronnages correspondants, et de vérifier que tout est bien là. 30 minutes après, j'ai réalisé mes corrections sur les pièces du patron, et j'ai parcouru intégralement le sujet. 4 feuilles sur la gamme de montage, 38 étapes en tout. Bon, si on compte une page par demi-journée, je devrais pouvoir m'en sortir. 

CAP

9h15 : Il est temps de prendre en main ma piqueuse plate ! Contrairement à l'année dernière, nous avons le choix de notre machine. Il y a des mécaniques et quelques électroniques. N'étant pas certaine de réussir à me servir d'une piqueuse électronique, je m'oriente vers une bonne vieille piqueuse mécanique. ça au moins je maîtrise ! Je fais ma canette et j'enfile ma machine. Je règle ma longueur de point à 4/cm et fais quelques essais sur une chute (oui ils nous donnent les tissus coupés mais au moins ils nous donnent aussi des chutes pour s'entraîner), je suis prête à coudre.

9h30 : J'épingle les éléments de mon entoilage. Evidemment, il faut respecter le plan de coupe qui n'est pas optimisé. Et le pli n'est pas indiqué, heureusement qu'on réfléchit au fait qu'un col se coupe au pli. D'ailleurs ils font entoiler le dessus de col et non pas le dessous comme on a appris. Comme quoi il faut lire les instructions et ne pas se fier à son expérience !

9h45 : Je commence à coudre ! Pinces et découpes princesses devant et dos, puis bavolet du dos, et assemblage des côtés et des épaules. Tout se passe bien. Il faut juste faire attention de bien utiliser la pattemouille dès que l'on repasse, et mettre en forme les éléments à l'aide d'un coussin tailleur (ou "cochon" comme ils ont l'air de l'appeler dans le jargon, j'aurai appris un mot !). Ce n'est pas compliqué il faut juste s'appliquer.

11h15 : Mon corsage est assemblé, je passe à la basque ! Les éléments se ressemblent entre devant et dos, il faut faire attention et se fier aux crans afin de ne pas faire d'erreurs. 

12h25 : Ma basque est assemblée. Reste à repasser les coutures côté avant d'assembler la basque au corsage. Mias je profite des 5 minutes restantes pour checker rapidement les étapes à suivre. NOus sommes 4 dans ma salle, j'en profite aussi pour regarder où en sont les autres. Le seul garçon en est au même point que moi. Une fille qui a l'air très méthodique avance pas mal et n'est pas loin. Et la dernière n'a pas encore assemblé son corsage. Bon, je ne suis pas à la bourre ! Allez pause !

13h30 : On reprend ! J'assemble ma basque en faisant bien attention à mes raccords entre découpe princesse et pli creux. Tout est presque bien, j'ai juste un décalage d'un millimètre sur deux raccords. Je prends le temps de défaire quelques centimètres de couture pour refaire et tout bien aligner.

14h15 : La basque est assemblée et tout est nickel ! Je peux passer à l'entoilage de mes pièces. Du coup je suis "bloquée" à la presse avec mes pièces, car il faut bien appuyer sans bouger et sans mettre de vapeur. Donc c'est un peu long ! La presse fait face à la salle, je jette juste un coup d'oeil à mes collègues. La fille méthodique avance toujours, elle est sur sa basque, l'autre fille est toujours à l'assemblage de son corsage, et le gars en est au même point que moi... oui sauf que si de mon côté j'avais des petits décalages d'un millimètre que j'ai pris le temps de corriger, lui a des "petits" décalages de 3cm ! Je pense qu'il s'est planté au moment de créer ses plis creux. Dommage, parce que là le décalage est flagrant ! Bref, il refera peut être plus tard.

14h45 : L'entoilage est posé (mais il n'est vraiment pas top, il a tendance à cloquer). J'ai passé de longues minutes appuyée sur mon fer afin de le fixer. Tellement que j'ai eu le temps de regarder les murs, jaune pâle... et leur moutons de poussière !!! Nan mais sans rien au bout de combien de temps sans ménage des moutons de poussière s'accumulent sur les murs ?! Bref, il est temps de passer à la suite.

15h25 : Je continue de lire le sujet, et c'est incroyable, ils nous "tu vous" dans le sujet : genre une étape c'est "repassez coutures ouvertes" et deux étapes plus loin c'est "repasse coutures ouvertes". Pourtant des copier-coller c'est pas compliqué. Je m'attaque au montage des différents éléments du col et de la parementure.

16h45 : Mon col et ma parementure sont assemblés, il est temps de monter les manches.

17h20 : Mes manches sont froncées et montées, j'ai bien avancé. Je place mon modèle sur le mannequin, et là je me rends compte de ma bourde ! J'ai monté les manches à l'envers ! Les crans ne correspondant pas bien, j'avais monté dans le sens où les crans matchaient le mieux. Et ce n'était pas le bon sens ! Les manches de ma veste pendaient donc vers l'arrière, comme si ma veste voulaient s'envoler. La loose ! Bon, je sais par quoi je commencerai demain matin ! 

 

Jour 2

Après une bonne nuit de sommeil, je suis bien motivée à finir cette veste dans les temps ! C'est parti pour la 2e journée !

8h35 : Go ! Et on commence par découdre les manches !

8h55 : Une manche de montée correctement !  Nan mais sans rire, les crans ne correspondent vraiment pas sur le haut de la manche dans ce sens. Pas d'épaulette ou de cigarette à monter, ce qui aurait tout de même été plus propre. Mais bon, on fait avec ce qu'on a ! Allez, je m'attaque à la seconde !

9h30 : Les manches sont montées. Et effectivement une fois cousues, elles tombent bien correctement vers l'avant. Allez je m'attaque au préformage de l'ourlet.

9h55 : C'est parti pour l'ourlet au point bagué (pas de doublure de prévue au modèle donc il faut ourler propre).

11h05 : Plus d'une heure après, l'ourlet du bas est terminé ! Je passe aux ourlets des manches.

11h30 : Manches ourlées, je glace le col.

12h : J'ai ter juinnminé ! Je repasse donc ma veste proprement sur le mannequin et j'épluche les fils qui dépassent.

12h20 : Je couds mon étiquette d'anonymat, je suis prête à rendre ma copie.

12h30 : M***e ! J'ai cousu mon étiquette d'anonymat côté gauche comme demandé, mais pas dans la couture. Je vais donc être obligée de revenir cet après-midi pour la découdre et la recoudre dans la couture côté gauche pour être conforme.

13h30 : Reprise !

13h45 : Mon étiquette d'anonymat est cousue au bon endroit, je repasse tout bien une dernière fois et je rends ma copie, que je n'ai pas eu le droit de photographier, dommage ! Je suis la 3e à rendre mon travail. Je quitte donc la salle à petits pas en laissant les autres travailler.

 

Conclusion de cette épreuve, c'est un CAP qui reste abordable si vous avez déjà cousu des vestes et des pantalons. Il faut vraiment respecter toutes les étapes de montage, bien repasser (c'est incroyable tout le temps que j'ai passé à la presse durant cette épreuve) avec un coussin tailleur et une pattemouille pour respecter le volume et le tissu. Le choix des tissus n'était pas le plus heureux, mais je suis tout de même fière de ma réalisation, car je me suis appliquée et j'ai respecté toutes les étapes enseignées par Olga, ma prof, sans qui je ne me serai jamais lancée dans ce second CAP. Mais au final je suis contente de l'avoir passé, ça m'a prouvé que j'en étais capable et j'ai pu apprendre énormément de choses

Résultats le 9 juillet ! Je vous tiendrai au courant !

Et vous ? Qui a passé le CAP couture floue cette année ? Comment ça s'est passé ?