Les couturages de Jul's

14 février 2018

Un bonnet peut en cacher un autre

Avec les températures actuelles, on mettrait à peine le nez dehors ! Et pourtant, lorsqu'il faut vraiment sortir, il est préférable d’être bien couvert ! Je vous avais montré mon gros snood d'hiver, place maintenant aux bonnets !

J'avais un gros reste de Cascade 220, issu de mon pull Rue Mazarine, qui était tout indiqué pour un gros bonnet. J'avais envie de grosse laine et de torsades, et après avoir écumé Ravelry, j'ai trouvé ce que je cherchais : le Cable Hat de Dora Stephensen. En plus c'est un modèle gratuit !

Le modèle ne présente pas de difficulté particulière si l'on sait faire des torsades, il suffit de bien suivre la grille (bon je vous avoue que j'ai tout de même fait une erreur d’étourderie sur le sens d'une torsade, ce qui m'a obligé à détricoter plusieurs rangs). Et tricoté en worsted, ça monte vite ! En 3 jours j'avais mon bonnet. J'y ai rajouté un joli pompon de chez Lili comme tout et le tour était joué !

J’étais tellement contente de ce bonnet que j'en ai réalisé un second dans la foulée, pour ma belle-sœur. Cette fois j'ai choisi de la Woolly 5 de DMC, que j'avais déjà tricotée l'année dernière (pour mon Gilet Colette), mais dans un coloris bordeaux cette fois. Franchement, cette laine est un modèle de régularité et de rondeur, le rendu est juste canon sur le bonnet (j'en serai presque jalouse !!). Pour le finir, j'ai également mis un nouveau pompon, toujours de chez Lili comme tout, avant de l'offrir. Ma belle-soeur a adoré, donc pari gagné.

Voici donc les deux bonnets portés, et ma version tout d'abord :

IMG_8015

IMG_8017

IMG_8018

IMG_8028

IMG_8033

 

Puis la version de ma belle-soeur

IMG_8050

IMG_8060

IMG_8062

IMG_8063

 

 

Je vous laisse avec une jolie photo de la Tour Eiffel prise ce soir-là

 

IMG_8036

 

 

Au final je suis bien contente de ces bonnets gratuits, qui m'ont permis d'écouler mes restes de laines pour l'un, et de faire un joli cadeau pour l'autre.

Et vous, quels sont vos patrons de tricots gratuits préférés ?

 


Patron : Cable Hat de Dora Stephensen
Laine : 1 reste de 140m de Cascade 220 / 1 pelote 1/2 de Woolly 5 de DMC
Taille : Enfant pour les deux (on a de petites têtes)
Coût : 4,90€ pour un (juste le pompon, la laine est un reste et le patron est gratuit) et 15,40€ pour le second (11,50€ de laine et 3,90€ de pompon)
Difficulté : Bien suivre le motif de torsades... et c'est tout !!!

Posté par Juls44 à 08:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


02 février 2018

Athabascaé, mon soleil d'hiver

Athabascaé, c'est un patron coup de cœur, et ce depuis qu'il est en test. Sauf qu'il ne suffit pas d'avoir un coup de cœur pour un patron pour pouvoir le démarrer, il fait aussi la laine. Et un peu comme pour Madeleine (c'est peut être pour cela qu'ils vont aussi bien ensemble) trouver la laine a été un long process.

Initialement je voulais absolument utiliser de la Madelinetosh coloris glazed pecan. Sauf que pour obtenir de la worsted, soit la taille de fibre préconisée, il me fallait prendre de la Madelinetosh sport et doubler le fil. Et au vu du métrage préconisé, il me fallait 4 écheveaux. Et là, si vous faites le calcul du coût de revient, ça fait cher pour un snood !
Du coup j'ai cherché sans trop chercher, et la solution est venue à moi lors de mon passage à Londres pour le boulot, en octobre, car je suis passée chez Loop, lieu de la tentation outre Manche ! D'ailleurs la taille de la boutique m'a surprise, c'est tout petit !!! Mais en fouillant un peu dans leur stock de DK, je suis tombée sur des écheveaux d'Eden Cottage Yarn, cette laine dont tout le monde parle en ce moment, et que j'avais très envie de tester. D'autant plus que j'ai trouvé LE coloris pour égayer mes tenues d'hiver : un joli coloris jaune, tirant vers le jaune soleil ou le jaune moutarde selon la lumière. Ma décision fut rapidement prise de réaliser mon snood dans cette laine. 
Je m'y suis attaquée en décembre, lors de mon trajet en train pour redescendre chez mes parents, à Toulouse. La Eden Cottage Yarn est une laine assez rustique à tricoter, et ce qui m'a le plus surprise, c'était la différence de diamètre du brin au fil du tricot. Parfois on a de la DK et à d'autres moments, le brin devient fin comme de la fingering, et c'est bien la première fois que je vois ça. Mais au final ça n'impacte pas le rendu donc tout va bien. 
Tricoté en aiguilles 4, ça monte vite, et logiquement, une semaine après, j'avais mon snood (ça tombait bien, mes châles et écharpes devenaient trop légers pour la saison).
Et le petit plus : la laine qui était assez rustique jusqu'alors s'est énormément adouci au blocage !
Voici donc mon gros snood d'hiver, encore merci Mylène pour ce chouette patron, qui a été ma dernière pièce tricotée de 2017 (c'est le dernier certes mais il me reste un ou deux projets à vous montrer !).

IMG_8210

IMG_8211

 

 

Et voici le motif !

IMG_8215

IMG_8223

 

 

J'aime bien aussi l'avoir sur les épaules les jours où j'ai un peu froid au bureau

IMG_8226

 

Et vous avez vu, c'est incroyable comme il va bien avec mon combo Earnest/Madeleine ? C'est ma nouvelle tenue préférée de l'hiver !

IMG_8209


Patron : col Athabascaé de Mylène alias Folie Ordinaire
Laine : 2 écheveaux d'Eden Cottage Yarn Bowland DK, coloris Marigold
Taille unique
Coût: 49,80€ (dont, 4,80€ de patron et 45€ de laine) (oups, mon snood est plus cher que mon Earnest cardigan !)
Difficulté : Trouver la laine (à part ça aucune, débutantes à vos aiguilles en suivant bien le diagramme)

Posté par Juls44 à 07:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

29 janvier 2018

Mon cher Earnest

On dirait le début d'une lettre du début du siècle dernier. Et pourtant il n'en est rien !

Aujourd'hui je vais vous parler d'un projet basique, qui n'a d'ailleurs de basique que la couleur. Un basique, vous savez, cette pièce qui va avec tout, et qui s'attrape facilement même les matins où on ne sait pas quoi mettre ? Et bien ça !

Chez moi, j'ai un peu la malédiction du gilet noir. Ce gilet que tu mets tellement souvent que tu l'oublies régulièrement dans les bars/avions/trains (oui oui en 4 ans j'ai oublié 3 fois mon basique adoré). Par manque de bol, le dernier gilet noir acheté est celui qui me va le moins bien de tous ceux que j'ai pu avoir (et malheureusement celui-là je ne l'ai pas encore perdu, depuis 3 ans que je me le traîne). 
Du coup, pour conjurer le sort, j'avais décidé de me tricoter un gilet noir, mais qui me plaise ET qui m'aille de surcroît !
Je n'ai pas eu à chercher bien loin pour trouver LE modèle : le Earnest cardigan de Joji Locatelli était tout désigné ! Au niveau de la couleur, je voulais du noir. Pas du noir gris, du noir très noir, donc je me suis rapidement orientée vers les laines Drops, qui par chance étaient en promo en mai dernier (pas que la laine m'aurait coûtée cher mais quitte à profiter d'une promo, c'était le bon moment). Sans hésiter j'ai pris de la Drops Baby Merino, que j'avais déjà tricoté une fois et dont j'apprécie le rendu (certains la trouvent molle, moi j'aime bien ce rendu sur un gilet en fingering, ça apporte de la fluidité je trouve). De plus, ma copine Céline avait déjà tricoté le Earnest cardigan dans cette laine (en bleu, pas d'article dédié mais vous pouvez le retrouver dans ses podcast ou sur son Instagram) donc je savais à peu près à quoi m'attendre !
La construction est moderne, c'est à dire que l'on commence par un montage provisoire au crochet pour l'arriere du col, on tricote une cinquantaine de rangs à torsades, puis on reprend les mailles du montage provisoire pour tricoter la seconde partie de l'arrière du col, toujours en torsades, on relève des mailles partout et on continue l'ouvrage en tricotant le col et le corps du gilet à la fois. Une fois que l'on a fini de rabattre les mailles, il n'y a pas de relevage d'encolure, c'est bel et bien terminé !
Alors on ne va pas se mentir, ce n'est pas vraiment un gilet pour débuter. Entre le point de blé, les augmentations et les torsades, il faut être bien concentré tout du long ! 
J'ai modifié une seule chose : j'ai supprimé les torsades du dos. Je trouvais le gilet suffisamment chargé comme ça, et à mon sens (et ce n'est que mon avis hein) trop de torsades tue les torsades. Je trouvais que les torsades du col se suffisaient à elles-mêmes sans avoir à en rajouter. La seule modification qu'il faut gérer pour cela est d'enlever une maille par rapport au nombre de mailles demandées pour réaliser le dos, afin d'obtenir quelque chose de symétrique (sinon on a un petit décalage dans le point de blé). 
En soi, si l'on fait bien attention, ça se passe bien mais le point de blé, en 3,5, c'est loooong ! Du coup, il m'a fallu 3 mois pour finir mon gilet. Je l'ai commencé en août, en me disant qu'il fallait une bonne dose de luminosité pour coudre du noir, et puis au final, en le finissant mi-novembre, j'ai pu me rendre compte qu'avec moins de luminosité, ça passait aussi (de toute façon je n'avais pas le choix !). 
Comme à mon habitude, j'ai réalisé un rabattage tubulaire à l'aiguille en bas du corps et aux manches. C'est long mais ça vaut vraiment le coup !
Ma copine Céline ayant terminé le sien avant même que je commence le mien, je savais que la baby merino avait tendance à bien s'allonger au blocage. J'avais envie d'un gilet long mais pas très très long, donc je me suis arrêtée au-dessus des hanches. J'ai donc mis au blocage un gilet bien fitté au niveau des manches, et avec une longueur moyenne. Et après blocage (sans être agressive du tout, j'ai bloqué en place sans tirer) je me suis retrouvée avec un gilet long (vraiment il ne fallait pas qu'il soit plus long, là il arrive juste au niveau de mon manteau sans dépasser et c'est amplement suffisant) ! Et au niveau des bras, c'est clairement plus lâche (bon ce n'est pas cata, mais les poignets ne sont plus ajustés par exemple, donc si je devais le refaire avec cette laine, je ferais une taille en-dessous pour les manches et un chouilla moins long pour le corps).
Mais mis à part ces points de détail, j'adore mon gilet noir, et je le porte tout le temps depuis qu'il est terminé car, en bon basique qui se respecte, il va avec tout (et je ne l'ai pas encore perdu, youhou !).
Au niveau de la laine, elle bouloche un peu, je viens de le raser pour la première fois, on verra si ça revient, et à quelle fréquence.
Je suis ravie ravie ravie de mon gilet, et vous laisse avec les photos (porté avec ma Madeleine adorée bien sûr !) :

IMG_8184

IMG_8198

IMG_8203

 

 

Le joli détail du col, qui enveloppe bien le cou

 IMG_8189

 

Le côté du gilet (on voit qu'il rebascule encore un chuilla vers l'avant) et le poignet (moins ajusté comme je vous le disais)

IMG_8194

 

 

Et voici le dos, difficile à prendre en photo mais ce qu'il faut retenir, c'est que je ne lui ai pas rajouté de torsade à cet endroit)

IMG_8195

 

 

Bref un gilet fin douillet qui va avec tout, je suis conquise !

IMG_8191

Bon par contre disons qu'après 3 mois sur ce gilet en fingering, j'ai eu besoin de passer à autre chose, tricoté en plus grosses aiguilles, histoire de changer un peu et d'avoir l'impression d'avancer !

Patron : Earnest cardigan de Joji Locatelli
Laine : Baby Merino de Drops coloris noir (8 pelotes au lieu des 9 recommandées pour ma taille)
Taille : M
Prix : 27€ (dont 5,40€ de patron et 21,60€ de laine (en promo))
Difficulté : Faire attention aux torsades, augmentations et point de blé, en plus d'anticiper l'allongement de la laine au blocage

Posté par Juls44 à 08:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

18 janvier 2018

Madeleine de Proust

Il y a des patrons comme ça, à leur sortie, ok je les trouve chouettes mais sans plus, et en voyant fleurir les versions de chacun petit à petit, et bien je tombe en amour ! C'est clairement ce qui s'est passé avec la robe Madeleine. Je trouve que les photos de présentation ne lui rendent pas justice, car trop sombres. Mais sur la toile l’année dernière, les diverses versions m'ont fait changer d'avis. Et du coup, au CSF (2016 hein) j’achetais le patron.

En même temps j'adore la forme portefeuille, donc une telle robe ne pouvait que me convenir ! Oui sauf que la seule robe portefeuille à mon actif (une robe Elisa, encore de La Maison Victor) est mon plus gros fail de l’année 2016 (jamais portée et jamais bloguée, un jour peut être que je me déciderai à vous la montrer). Bref, on va dire qu'il fallait conjurer le sort de cette première robe portefeuille avec Madeleine.

Puis s'en est suivi une quête, celle du tissu parfait. Et sans rien (ma copine Mathilde pourra en attester), ça m'a pris 1 an ! Toujours au CSF 2016, j'avais acheté le tissu discrète navy (bleu marine et blanc), en me disant que pour une Madeleine, ce serait adapté. Et puis en fait j'ai eu envie de faire autre chose dedans (une Aime comme Majestic) et je me suis remise en quête de ce fameux tissu parfait. Mais aucun ne trouvait grâce à mes yeux. Il fallait la parfaite combinaison entre fluidité (afin de ne pas ressembler au cirque de Russie) et motif du tissu (car ce qui était clair dans ma tête, c’est que je ne voulais pas de l'uni). En juin dernier, je pensais avoir trouvé : de manière très originale pour mes goûts (ou pas !), j'ai acheté 2m40 de viscose bleu marine à oiseaux blancs (je vous entends !) chez Reine. Et malgré cela, je ne me suis toujours pas lancée dans la confection de Madeleine. Il a encore fallu attendre cet automne, pour que mon choix se fasse. En effet vous n'avez pas dû passer à côté de la collection Mondial Tissu de cet automne/hiver, que j'ai trouvé pleine de pépites. Dont un crêpe de polyester (oui tout n'est jamais parfait parfait) noir à grains de riz blancs et caramel. Et puis je ne sais pas pourquoi, je ne l'ai pas acheté immédiatement. Il y a eu des promos (genre 1 mètre acheté, 1 mètre offert) mais je n’ai pas sauté le pas. Et lors que j'ai voulu, et bien il n'y en avait plus sur le site internet (prévisible n'est-ce pas ?). Et comme il n'y a pas de Mondial Tissu dans Paris, et bien je l'avais dans le baba.

Donc ma mission dès mon arrivée au CSF (2017 cette fois) était d'aller sur le stand de Mondial Tissu afin de vérifier s'il n'en restait pas un petit coupon. Et je dois dire que c’était mon jour de chance ! Il en restait 2m35 sur les 2m40 préconisés. J'ai évidemment pris le tout en me disant qu'au pire, en jouant à Tetris, pour 5cm ça passerait.

Donc avec un patron acheté au CSF 2016 et un tissu acheté un an plus tard, toujours au CSF, je me suis (enfin !) lancée (comme quoi tout arrive !).

Et l'avantage c'est qu'entre temps, j’avais pu essayer une des jolies versions de Julie alias Jolies Bobines, qui m'a permis d’anticiper les modifications pour ma version. Enfin surtout une modif, la longueur des jupes ! Car avec la version de Julie, non modifiée, disons qu'il fallait que je mettre un collant très opaque et que je ne me penche pas pour garder un tant soit peu une tenue correcte (et c'est bien dommage, car sinon vous pensez bien que je lui aurai piqué sa version !).

Bref je me suis lancée, sans faire de toile. Connaissant bien le tableau des tailles de République du Chiffon et sachant que la marque taille petit, je suis partie sur une taille 40, et j'ai rallongé les jupes devant et dos de 10cm. Et c'est tout ! Et même en rallongent d'autant, toutes les pièces rentraient dans mes 2m35 de tissu, sans même jouer à Tetris. Par-fait !

A la suite de ça tout se passe comme sur des roulettes. J'ai juste réarrangé les étapes du montage pour que ça corresponde mieux à ma logique, et j’ai replié le bas de la ceinture vers l’intérieur avant de surpiquer, mais c'est tout !

Et en deux après-midi, j'avais une nouvelle robe préférée ! Allez je vous la montre !

IMG_8251

IMG_8235

IMG_8241

IMG_8248

IMG_8260

 

IMG_8262

IMG_8266

On ne va pas se mentir, j'en suis ravie ! Toutefois pour les prochaines versions (oui il y en aura d'autres, lorsque j'aurai trouvé de nouveau le tissu idéal), je ferai une petite modification supplémentaire : je couperai un dos de jupe moins large. En effet, la jupe dos est aussi large que les deux devants réunis et du coup les fronces sont beaucoup plus (trop ?) importantes sur cette partie du vêtement. Au niveau du décolleté je ne toucherai à rien. Sur les photos je porte un top dessous parce qu'il ne fait pas hyper chaud mais sans, ça reste tout à fait convenable et non choquant. Donc Madeleine aura plein de petites sœurs, merci RDC pour ce super patron ! C’est également un nouveau projet achevé dans le cadre de ma garde robe capsule. Plus qu'un à vous présenter !

Et vous ? Avez-vous déjà pris autant de temps pour coudre un patron ?

A bientôt !

 


Patron : Robe Madeleine de République du Chiffon

Tissu : Crêpe de polyester de chez Mondial Tissu

Taille : 40 rallongée de 10 cm au niveau des jupes

Coût : 41€ (dont 15€ de patron, 20€ de tissu, 4€ de boutons, 1€ d'entoilage 1€ de fil)

 

Difficulté : répartir les fronces de manière homogène, mais à part ça tout roule !

Posté par Juls44 à 08:34 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , ,

16 janvier 2018

2017, le bilan et 2018, les perspectives !

2017 vient de s'achever, je vais donc commencer ce billet en vous souhaitant une belle et heureuse année 2018 ! Qu’elle soit remplie de joie, de bonheur, d'amour et de créativité !

C'est également le moment de dresser le bilan de l'année. Ce ne fut pas une année simple sur le plan pro, mais heureusement elle s'est terminée en beauté et j'aspire à plus de stabilité de ce côté-là (mais ça semble plutôt sur la bonne voie). Niveau perso, rien à dire, tout est parfait donc pourvu que ça dure ! Et enfin niveau créativité, l’année a été assez prolifique. Voici donc le bilan couture :

- 23 hauts (oui oui je couds beaucoup de hauts…mais ça reste moins que l'année dernière)

- 4 jupes (étonnamment pas tant que ça cette année)

- 3 robes (la grosse surprise, incroyable que le chiffre soit aussi bas)

- 3 pantalons/sorts (pareil, c'est peu finalement)

- 5 pièces de lingerie

- 3 vestes/manteaux

- 1 paire de chaussures

Soit au total 42 pièces cousues pour moi cette année. C'est un peu moins que l’année dernière mais en même temps, avec une période de chômage moins importante, ça se conçoit. D’autant plus que ma garde-robe est déjà bien fournie, donc la course aux chiffres ne m'importe pas vraiment. Et je me suis aventurée dans des nouveaux domaines, à savoir la lingerie et les chaussures, et ça ça compte !

Et en dehors de ce décompte, j'ai également réalisé les accessoires du mariage de ma belle-sœur et de mon beau-frère, et ça compte beaucoup aussi, car j'ai pu réaliser ce qui correspondait à leurs attentes pour ce jour si important pour eux, ce qui est très gratifiant !

D'autres challenges ont été relevés cette année, à savoir la découverte du patronage, qui m'a permis de créer des jupes, une robe en soie que j'adore, et même des chemises (non bloguées car elles ne sont pas terminées, oups !), et cela va sans dire, le passage du CAP vêtement flou.

Quand au défi « je couds ma garde-robe capsule 2017 », il m'a clairement permis de sortir de ma zone de confort, en réalisant de la lingerie, un jean et même une paire de chaussures !! Toutefois ce défi m'a aussi permis de réaliser que de coudre pour une date limites chaque mois, ce n'est pas ce qui me correspond le mieux. En effet, même si je savais ce que je voulais faire, parfois j'ai manqué de temps, ou tout simplement je n'ai pas réussi à trouver LE tissu adapté à tel ou tel projet ce qui fait que j'ai choisi un tissu par défaut, et m'a valu des réalisations pas toujours adaptées (comme ma 1001 perles d'avril). Donc chouette challenge pour sortir de sa zone de confort, mais pas adapté pour moi donc je ne réitérerai pas l’expérience pour 2018. Je n'ai pas encore publié tous les articles associés à ce challenge, mais une fois que ce sera le cas, je vous ferai un petit bilan associé.

Côté objectifs 2017, ils sont tous remplis, donc voici mes deux objectifs couture pour cette nouvelle année :

- Passer le CAP vêtement tailleur ! C'est un défi qui n’était pas vraiment prévu mais j'ai été motivée par ma prof de couture et après tout pourquoi pas ? Je ne perds rien à tenter !

- Coudre les patrons et tissus que j'ai déjà en stock. Alors je ne parle pas de no buy strict, mais l’idée est tout de même de puiser dans mon stock avant de craquer pour tel tissu ou tel patron

Un petit objectif pour les mois de janvier/février sera de finir les deux vestes que j'ai commencé sans les finir en 2017 (Slowly et Monceau) ainsi que de finir la chemise que j'ai commencé l’année dernière aux cours de la mairie de Paris. Comme ça stop aux en-cours qui traînent !

Ce qui m’intéresse aussi c'est de regarder en arrière et de faire le point sur les projets de 2016, ce que j'ai porté, ce que je n'ai pas porté, et pourquoi.

Sur les 48 pièces cousues en 2016 :

-          31 ont été portées très régulièrement (la majorité, ouf !)

-          14 ont été portées occasionnellement

-          3 n'ont pas ou peu été portées

Les raisons qui font que je n'ai pas porté certaines pièces sont majoritairement des soucis d'association patron/tissu, ou bien tout simplement des formes/coupes qui ne me conviennent pas. Par chance il n'y en a pas tant que ça mais je voudrais aussi essayer de limiter le nombre de pièces que je ne porte qu'occasionnellement, pour coudre réellement des pièces qui me correspondent, et que j'ai plaisir à porter régulièrement. D'autre part, il n'y a que très peu de pièces qui ne sont pas portées par faute de qualité du tissu, et c'est plutôt une bonne chose.

 

Côté tricot, il y a de l'évolution. En effet c'est le loisir créatif qui a pris énormément de poids cette année. D'une part parce que ça relaxe et que ça permet de se vider la tête, mais également parce que maintenant je fais pas mal de trajet en RER, et que comme je suis dans le « bon » sens, je suis toujours assise. Donc pour occuper mes trajets je tricote. Et la productivité s'en est ressentie, puisque 15 pièces sont tombées de mes aiguilles cette année, à savoir :

- 6 châles et snood

- 4 pulls

- 2 bonnets

- 2 tricots layette

- 1 gilet

Je suis particulièrement contente de ce bilan car je ne me suis absolument pas forcée, et c’est un plaisir que je voudrais retrouver dans la couture (attention je ne dis pas que je ne m’éclate pas en couture, mais c'est juste de devoir me caler à un planning qui me freine).

Du coup, pour cette année, étant donné le nombre de pièces que je peux potentiellement tricoter, je me suis inscrite au KAL culture de pelotes organisé par Mélina In a panda's world. L’idée n’étant pas de réaliser tous les thèmes, mais plutôt de ce dire que vu mon rythme de tricot, si j'arrive à faire rentrer des réalisations dans des thèmes (au moins 6 au cours de l'année) alors le contrat sera rempli.

Mon stash reste maîtrisé en tricot (j'ai de la laine en avance pour 3 projets, pas plus) et je compte bien continuer sur cette voie. Mes restes s'accumulent un peu certes mais je vais essayer de trouver des projets afin de les rentabiliser.

Niveau défi, je ne me mets pas trop la pression, je veux continuer de tricoter à mon rythme. Toutefois, si dans l’année j'arrive à apprendre la brioche et peut-être un jacquard simple, ce serait déjà pas mal. Et si j’arrive à reproduire le pull Cocott de Lise Tailor alors ce sera le Saint Graal !

 

Enfin, depuis quelques mois, je ressens le besoin d'avoir un blog qui me corresponde davantage. Un design un peu plus personnel et avec plus de partage dans les contenus. Je suis encore en train de réfléchir à tout ça, mais ça se concrétise petit à petit et j’espère pouvoir vous montrer ça très vite !

 

Bon, au final c'est plutôt un long billet pour débuter l'année, mais il me permet de coucher les bases de ce que sera mon année créative. Après qui sait, cela va certainement évoluer, on verra ça dans 1 an avec le prochain bilan !

Encore belle année à tous, et à très vite pour de nouvelles créations !

Posté par Juls44 à 16:45 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , ,


31 décembre 2017

Ginger on the rocks

Bonjour bonjour !

Vous l'avez peut être remarqué (ou pas !) mais je suis complètement décalée dans mes projets Capsule. Autant au début j'arrivais à peu près à m'y tenir, autant maintenant c'est la débandade. Mais au final ce n'est pas grave puisque je couds comme j'en ai envie !

Aujourd'hui on va donc parler d'une pièce qui fait peur : le jean !

J'ai déjà cousu des pantalons (3 Safran et 3 Fusain) donc l’étape de la braguette ne me faisait pas peur. Et pourtant, il y avait un je-ne-sais-quoi de plus dans le jean, qui faisait que je ne m’étais pas lancée plus tôt. Peut-être les surpiqûres. Car sinon j'aurais choisi la facilité et serai partie sur un Safran en jean. Mais ce jean, cette sacro-sainte pièce présente dans le dressing de tout un chacun, je je voulais digne d'un jean du commerce. Donc j'ai attendu d’être sûre de moi pour m'y attaquer.

Le défi je couds ma garde-robe capsule m'a aidé dans la démarche. Je m’étais attaquée à la lingerie, aux chaussures… ce n’était pas un jean qui allait me faire peur !

Initialement j'avais prévu de me coudre un jean Birkin Flares de Baste + Gather, mais au fur et à mesure de l'année, voyant survie une flopée de Ginger jeans plus beaux les uns que les autres (chez Aude Bertin entre autres), je me suis laissée tenter par le patron (la promesse d'un rendu canon + le sew along en anglais sur le site de Closet Case Patterns + la promo du black friday m'ont fortement influencée dans l'acquisition du patron).

Un détour à la boutique Modes et Travaux de Saint Lazare plus tard, j'avais entre mes mains 3 mètres d'un beau jean brut et élasthane. J’étais prête à me lancer !

Je sais, je suis habituellement partisane de la toile… Mais depuis que j'ai commencé un nouveau boulot en Août, j'ai beaucoup moins de temps pour moi. Le fait que le tableau des mesures comprenne aussi celui du vêtement fini ET le fait que les marges de couture soient de 1,6cm m'ont décidé à ne pas faire de toile mais à bâtir avant de piquer serré afin de valider la taille.

Et j'ai bien fait ! Car mon tissu jean, bien que très sympa n'avait pas exactement le pourcentage l’élasticité requis, donc il m'a fallu détendre un peu les coutures des jambes afin de pouvoir être à l’aise (et histoire de pouvoir d’enfiler aussi en fait !!).

J'ai juste mal lu l’étape des ourlets des poches ce qui fait que je me suis retrouvée avec des poches d'une taille ridicule (que j'ai dû refaire).

Mis à part ça, c'est une affaire qui roule ! Les crans sont parfaitement placés (si on lit bien qu'il y a de l’embu sur les jambes avant de piquer) et si l'on est méticuleux dans les surpiqûres, ça se passe très bien. D'ailleurs je me suis posée la question de la pertinence de les coudre avec une aiguille double très épaisse, mais mes aiguilles double n’étant que des 80, je ne m'y suis pas risquée (D’ailleurs vous avez des aiguilles doubles plus grosses vous ?).

Par contre à mon sens, la façon de monter la braguette n’est pas la meilleure du monde. Je n'ai pas tout compris aux explications du patron, et ai préféré suivre les étapes du sew along. Toutefois ce n'est pas mon montage préféré (mais au moins j'ai essayé) et je resterai sur la méthode de Deer and Doe pour Safran, que je trouve plus claire.

Ce qui est drôle, c'est qu'on monte la braguette avant de monter les jambes du pantalon. C’était une première pour moi mais au final, ça ne change pas grand-chose sur le montage du pantalon, c'est juste une inversion d'étapes. J'en ai parlé à ma prof de couture qui m'a confirmé que le montage de braguette à plat était la norme. Comme quoi !

Une fois la braguette montée, on s'attaque au montage des jambes. Et là j’ai eu le nez creux. En effet, mon tissu n'avait pas exactement les 20% d’élasticité requis. Donc j'ai décidé de bâtir. Et je n'ai pas pu rentrer dans mon pantalon !!! J'ai donc rogné sur les marges de couture (heureusement qu'elles sont de 1,6cm. J'ai donc cousu à 0,8cm de marges, sauf en-dessous des genoux où j'ai repris des marges normales. Pour la fourche, j'ai seulement repris 1 petit centimètre au dos.

Le reste du montage se fait tout seul, j'ai bien aimé l’idée de la ceinture plus large que le pantalon pour permettre de l’ajuster à sa propre taille. Pas bête !

Ensuite ne manquent que les ourlets, les passants, et le jean est terminé ! D'ailleurs c’est seulement pour les passants que ma machine a un peu rechigné sur les épaisseurs. Pour le reste c’était parfait !

Et voilà mon nouveau jean !

En toute honnêteté je m'en faisais des montagnes et au final, ce projet m'a permis de dédramatiser tout ça. Je suis ravie du résultat et du fit. Donc pour sûr, ce jean aura des petits frères !

IMG_8084

IMG_8085

IMG_8087

IMG_8088

IMG_8101

 

Le détail du devant (c'est marrant, ça plisse davantage sur la photo qu'en vrai)

 IMG_8112

 

 

Le dos (qui plisse aussi beaucoup plus en photo qu'en vrai)

IMG_8116

 

 

Les surpiqûres gris perle (que je trouve plus harmonieuses que les surpiqûres orange)

IMG_8119

 

 

Et voici la vue de côté, je trouve que les finitions proposées par le patron sont topissimes !

IMG_8120

IMG_8105

 

Et vous ? Vous êtes-vous déjà lancés dans un jean ? Quels sont vos modèles chouchous ?

 


Patron : Ginger Jeans midrise slim de Closet Case Patterns

Tissu : Jean brut légèrement élasthane des coupons de saint pierre

Taille : 40 élargie aux jambes

Coût : 21,5€ (dont 6€ de patron, acheté à 50% lors du black Friday, 7,5€ de tissu, 8€ de fil à surpiqûres, bouton et zip de mon stock). Incroyable c'est le fil à surpiqûres qui m'a coûté le plus cher ! Mais ça reste un jean carrément abordable !!

Difficulté : Faire des surpiqûres bien régulières. A part ça si on a déjà cousu un pantalon, tout roule ! Et même sans ça, avec le sew along ça va tout seul !

18 décembre 2017

Alocasia d'amour

Allez les températures ayant bien refroidi, il est temps de retourner dans le tricot !

Aujourd'hui je vais vous parler d'une créatrice de génie : Marie Amélie Designs. Pour ceux qui ne la connaissent pas encore, Marie Amélie (alias Maremelade sur Instagram) est une personne qui a réussi à faire de son talent son activité professionnelle. Et elle a eu tellement raison ! Les modèles qu'elle propose sont originaux, modernes et élégants, bref tout pour faire que votre pull fraîchement tricoté ne ressemble pas à un pull tricoté main (je suis certaine que vous voyez de quoi je parle !).

Bref tout cas pour vous dire que lorsque Marie Amélie s'est lancée avec ses premiers designs, je ne savais pas quoi choisir car tout me plaisait ! Mais comme j'avais des projets en cours, je ne me suis pas lancée immédiatement, car en plus du modèle, il me fallait trouver LA laine !

Et puis une chose en entraînant une autre, au fil des découvertes Instagram, je suis arrivée sur le compte de Mon Sheep Shop et je suis tombée en amour devant le coloris Irish Mist, un brun roux très chaud. Et par chance, une vente était programmée quelques jours après. A 20h le jeudi soir, j’étais devant mon PC alors que les copains étaient venus pour l'apéro (que celui ou celle qui n'a jamais fait ça me jette la première pelote d'acrylique) et j'ai pris 2 minutes pour me commander mes 3 précieux écheveaux, en base Fairy (qui en plus d'avoir une superbe couleur, comprend un peu de Stellina dorée #mourrance).

Dès l’arrivée de mes précieux écheveaux, il a fallu absolument qu'ils arrivent sur mes aiguilles. Mais encore fallait-il se décider sur le modèle. J'ai longuement hésité entre le pull Champagne et le pull Alocasia. Mon choix s'est finalement porté sur l'Alocasia car avec une laine pailletée, j’avais peur que le pull Champagne, sa dentelle et son volant ne fassent trop chargé. Un KAL était justement lancé sur ce pull en juin, c'était le moment idéal pour se lancer.

Bon je ne suis pas débutante certes, mais je n'ai pas tricoté des masses de pulls jusqu'alors et je manque de bouteille et de technique. J’apprends sur le tas au fil des modèles et là, avec Marie Amélie, j'ai été prise par la main du début à la fin, j'ai appris énormément de techniques sans me sentir limitée à un quelconque moment. C'est juste absolument génial ! Les liens vers les vidéos des techniques nécessaires sont inclus dans le patron, il n’y a donc pas à chercher soi-même quelque chose sans savoir si c'est exactement ce qu'il faut faire.

J'ai donc appris à faire un montage provisoire au crochet, à faire un icord, à faire des german short rows, et à maîtriser le petit point en épi qui donne tout son charme au pull. Sans rire je n'ai pas rencontré de difficulté tellement les explications sont claires. Et c'est gratifiant car les finitions sont nettes, l'icord ne se tricote pas à la fin mais pendant le tricotage du pull donc quand on rabat les mailles c'est vraiment fini !

La seule chose que j’ai faite à ma sauce, c'est les côtes (torses comme d'habitude) et le rabattage (tubular bind off, très long mais tellement joli !).

Doucement mais sûrement, j'ai terminé mon pull mi-août et je n'avais qu'une envie : le mettre tout de suite ! Bon j'ai tout de même attendu septembre pour l'enfiler, et je peux vous dire que je n'ai pas été déçue. Le décolleté est parfait, très féminin mais pas trop plongeant, et la laine est superbe. Attention toutefois à bien alterner les écheveaux si vous voulez que le rendu soit le plus homogène possible (et encore même en faisant ça on voit les démarcations sur ma version, mais il me plaît beaucoup tel quel). Bref une super association laine/patron et une super designeuse, je suis absolument ravie et je compte bien réitérer l’expérience très bientôt. Le gilet Senecio sera le prochain projet sur mes aiguilles, mais je lorgne aussi sur le pull Astrantia. Bref vous allez en voir du Marie Amélie Designs !

Je vous laisse avec les photos :

IMG_7859

IMG_7861

IMG_7867

 

 

 

Voici les manches, un peu chauve-souris (oui oui j'ai l'air contente de faire l'avion !)

IMG_7871

 

 

Et vu de dos !

IMG_7856

 

 

Le voici plus en détail

IMG_7876

 

 

 

L'encolure, tout aussi jolie que le dos (on voit un peu les paillettes en bas à droite !)

IMG_7882

 

 

Sur cette photo on voit bien l'alternance des écheveaux, ce qui donne comme des rayures, sur le corps comme sur les bras d'ailleurs. Mais perso ça ne me choque pas plus que ça (et gare si vous n'alternez pas, la version color block vous tend les bras !)

IMG_7886

 

 

Jolis détails

IMG_7889

IMG_7891

 

 

Après tous nos efforts pour qu'on voit les paillettes de stellina, les voici enfin (et encore ce n'est pas flagrant)

 

IMG_7895

IMG_7897

 

Et vous ? Avez-vous testé les modèles de Marie Amélie ? Quel est votre dernier coup de cœur laineux ?

À bientôt !

 


 

Patron : Pull Alocasia de Marie Amélie Designs  

Laine : 3 écheveaux de Mon Sheep Shop en base Fairy, coloris Irish Mist

Coût : xx euros dont 70€ de laine et 7€ de patron

Difficulté : Mémoriser le motif Du petit point texturé… et suivre les instructions de Marie Amélie à la lettre !

Posté par Juls44 à 08:32 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , ,

06 décembre 2017

Un mariage DIY 2/2

Apres les accessoires cousus pour le mariage de mon beau-frère et de ma belle-sœur, il est temps que je vous parle de ma tenue cousue pour l'occasion !

Autant vous dire que lorsqu'ils nous ont annoncé leur mariage, il était clair que j'allais me faire ma robe. Par contre il est aussi vrai que j'ai longuement hésité sur le modèle. Au départ, j’étais partie sur la robe Emma de La Maison Victor. En plus ma super copine Mathilde alias Mathilde au fil des heures avait déjà réalisé une toile de ladite robe, en 38. Parfait me direz-vous car j'ai pu essayer la chose. Et autant vous dire que ça m'a un peu refroidie. La robe est très jolie certes, mais j'avais un sacré paquet d'ajustements à effectuer si je voulais que le fit soit parfait. C'est bête car j’avais déjà acheté le tissu, un crêpe épais bleu paon (je vous ai déjà dit que j’allais cette couleur ? C'est comme le caramel, ça fait partie de mes basiques).

Bref je me suis mise à chercher autre chose. La Bonnell dress de Dixie DIY Patterns me plaisait avec ses petits triangles ouverts sur le côté, mais je n'étais pas tout à fait sûre de voulour un tel décolleté devant et dos.

Puis le déclic est venu après le passage du CAP, en juin. La robe que nous devions réaliser ressemblait à ça :

116252591

Bon en soi j'aimais beaucoup l’avant du haut (toujours un petit triangle, ça par exemple). Pour le dos, nous avions une planche d’inspirations afin de proposer une modification qui, comme son nom l'indique, m'a pas mal inspirée (gardez en tête le dos de la robe rouge pour plus tard). Par contre au niveau de la jupe, ce n’était pas moi. Je suis comme les petites filles ; l’été j'aime les robes légères et qui tournent. Donc j'allais clairement modifier la jupe.

Là encore, j’avais déjà le tissu, une soie vert sapin dénichée chez Sacrés Coupons, que je destinais initialement à une robe Madeleine (ça fait un an que je cherche le tissu idéal.. je l'ai enfin trouvé mais ce ne sera pas cette soie). Franchement sans vouloir faire de la pub, on trouve vraiment des merveilles chez Sacrés Coupons, vous en verrez d'autre bientôt !

Bref avant de couper dans cette superbe soie, et étant donné les modifications à effectuer sur la robe, j'ai commencé par réaliser une toile du buste. En effet le patron qui nous avait été fourni pour le CAP était un bon 40. Je l'ai donc réalisé en toile de coton pour vérifier la taille, et j'ai dû reprendre les pinces et le haut des épaules pour avoir quelque chose de seyant. J'ai ensuite modifié le dos pour obtenir ce que je voulais (le fameux dos de la robe rouge vous vous souvenez ?). Cela m'a permis d’arriver à quelque chose de pas trop mal, mais il restait quelques petites modifications à apporter, en particulier sur la hauteur du buste, car je voulais que la ceinture me tombe juste en dessous de la poitrine.

Une fois toutes les modifications réalisées, j'ai refait une toile, mais dans un polyester fin et fuyant, afin d'anticiper au mieux le rendu final de la soie. Le buste adonc été validé au bout de 2 toiles, et j'ai pu m'interroger sur le décatissage de ma soie. J’ai consulté plusieurs articles dont celui très bien fait d'Anne Sarah. Et ai décidé d'amidonner un petit échantillon de mon tissu, juste pour voir. Tenue de l'amidon : nickel ! Par contre lorsque j'ai voulu laver à la main pour enlever ledit amidon… et bien ce n’était pas la même joie ! Je ne voulais pas frotter pour ne pas risquer d'abîmer les fibres de soie, mais je ne voulais pas tout passer à la machine à laver non plus, de peur que ça ne ruine tout.

Doooonc j'ai fini par prendre la décision de ne pas amidonner mon tissu, par principe de précaution. Je l'ai juste fait tremper avec un peu de lessive à la main, puis rincé et étendu sans frotter les fibres.

Repassage très doux, et j’étais prête pour la coupe ! Là aussi j'ai fait très trrrrrrès attention. Par chance, j’avais de grandes feuilles de papier de soie à la maison, et j'ai donc posé mon tissu à plat (et pas au pli, ce qui implique de travailler sur des pièces entières et non des demi-pièces) sur une feuille de papier de soie et ai recouvert le tissu d'une seconde feuille de papier. Pris en sandwich entre ces deux feuilles, en s'assurant qu'il n'y ait pas de plus et que les 3 couches (papier – tissu – papier) soient bien épinglés ensemble, il n'y a plus de risque que le tissu bouge.

J'ai donc pu couper le haut de ma robe sans soucis.

Pour la jupe, j’avais initialement l’idée de faire une jupe ¾ de cercle. Sauf que 1 : il ne me restait pas assez de tissu et 2 : une jupe cercle implique un ourlet coupé parfaitement en cercle, en sachant que les parties coupées dans le biais peuvent se déformer. Je j’étais pas prête à prendre tous ces risques à 15 jours du mariage, sachant que retrouver le même coupon quelques mois après afin de sauver une bêtise semblait impossible.

Je suis donc partie sur une solution alternative, qui a consisté à couper deux larges rectangles dans ce qu'il me restait de tissu et à les froncer ensuite pour obtenir ma jupe. Comme avec cette option tout est coupé dans le droit fil, c'est moins gourmand en tissu et ça limite les soucis de la coupe dans le biais.

La couture de la robe s'est réalisée de manière très délicate, à l'aide d'une aiguille 60 et d'un fil fin en polyester (un fil en soie explose les budgets). Et je me suis rendue compte que coudre de la soie, c'est encore plus technique qu'il n'y paraît sur un haut ajusté, car j'ai eu beau reproduire les mêmes pinces que sur ma toile, la soie vit et s’étend davantage, même dans le droit fil, que du polyester. Donc il a fallu prendre les choses avec douceur, progressivement, et en essayant et ajustant à chaque fois. Résultat, le petit triangle au niveau du ventre est bien plus petit que celui de mes toiles, mais tant pis, il a fallu s'adapter.

La couture de la jupe ne m'a pas posé de souci : coutures anglaises sur les côtés, fronces et assemblage au haut. C'est au moment de réaliser l’ourlet que j'ai réalisé que la robe était un peu longue. Je me suis alors souvenue de l'ourlet de Centaurée, de Deer and Doe. Vous savez cet ourlet avec un arrondi plus court devant au niveau des genoux ? J'ai donc pris le parti de m'en inspirer pour mon bas de robe, que j'ai mis bien à plat, et découpé à la roulette. Ensuite, mon astuce, c'est de passer un coup de surjet sur tout le bas de la jupe, puis de replier 2 fois avant de piquer en place, et le tour est joué. Mon ourlet était nickel. On arrivait tout de même à la veille du mariage. Mais il ne me restait que la doublure de la robe à rabattre sur la jupe au niveau de la ceinture, à l’aide de points invisibles. Et là j'ai clairement sous-estimé le temps nécessaire pour réaliser cela sur de la soie, qui bouge énormément ! J'ai donc fini ma robe le matin même du mariage (large n'est-ce pas ?).

Mais la robe n’était pas la seule chose qui était prévue. Je voulais aussi me faire ma veste (une veste Monceau dans un jacquard blanc), un collier, mon bibi, ainsi que ma pochette (oui oui rien que ça…).

Le collier a été réalisé rapidement un soir, car il ne s'agissait que d'un enchaînement de chaîne et de perles de rocaille assorties.

La pochette provient uniquement de mes chutes, et à été réalisée grâce à un tuto Pinterest. Je trouve qu'elle fait habillée, par contre il fait mettre un minimum de choses à l’intérieur si on veut qu'elle se tienne.

La veste initialement prévue était une veste Monceau, dans un jacquard blanc de chez Sacrés Coupons (et oui encore eux). Mais commencée le week-end d'avant seulement, je n'ai pas eu le temps de la terminer. C'est dommage mais il a fallu faire un choix entre la robe et la veste, et le choix était tout vu ! Elle reste donc actuellement sur la pile des projets à finir (je n’ai plus qu’à glacer les réformes et à fermer la doublure, c'est dire !).

Et enfin, une fois la robe terminée le matin même du mariage, j'ai pu m'attaquer à mon bibi. Bon je vous rassure, j'avais déjà tout acheté. Je me suis inspirée d'un bibi trouvé sur Etsy, qui coûtait 50€ mais qui venait d'Espagne. Il fallait donc compter 25€ de plus de frais de port. Et la 75€ un bibi c’était juste non. Belle maman m’avait donné du sisal bouteille l’été précédent, qui faisait parfaitement le job. J’ai juste eu à acheter des plumes vertes (c'est dur à trouver quand même !), crème ainsi qu’une plume de paon et d'un peigne pour servir d'accroche et en un peu plus de 30 minutes (et dans la précipitation avant de partir tout de même) j'avais mon bibi !

Après tout ce blabla, je vous montre enfin cette tenue !

IMG_7689

IMG_7693

IMG_7694

 

Je pense que j'aurais pu laisser 5cm de plus à l'ourlet, mais bon je l'aime bien quand même !

 

IMG_7688

IMG_7703

IMG_7768

IMG_7721

 

Et voici le dos !

 

IMG_7748

 

Le devant vu de plus près, on voit que les pinces ont tendance à plisser un peu

 

 

IMG_7805

 

Le détail du collier et de cette jolie soie

 

IMG_7752

 

Le dos vu de plus près, au final j'aurais pu croiser davantage les bretelles, afin d'affiner le dos.

 

 

IMG_7806

Et voici mon bibi !

 

IMG_7808

IMG_7815

 

Et enfin la pochette, qui se porte de deux manières différentes, voici la première

 

 

IMG_7813

 

Et voici la seconde !

 

IMG_7816

Et voici l'intérieur, avec un tissu Atelier Brunette !

 

En toute honnêteté je suis ravie du rendu final ! Un clin d'œil au CAP, un super tissu, je suis ravie d'avoir réussi à créer un vêtement qui me ressemble. Les petits points d’amélioration auraient peut être été de couper l'ourlet du devant un chouilla moins court, et de croiser davantage les bretelles au dos. Mais ça reste très acceptable et j'ai porté ma robe avec plaisir ! Pari tenu !

Et vous ? Avez-vous déjà cousu pour de grandes occasions ? Quels sont vos patrons fétiches dans ces cas-là ?

 


 

Patron : Base de robe Gaby, patron fourni lors du CAP vêtement flou de 2017

Tissu : Soie haute couture vert sapin de chez Sacrés Coupons

Taille : 40 réajustée

Coût : 29 € (dont 27€ de tissu, 1€ de fermeture éclair, et 1€ de fil, patron gratuit fourni lors du CAP), comme quoi on peut obtenir une robe habillée à pas si cher !

Difficulté : Ajustér le patron à mes mesures, réussir à obtenir la forme espérée et dompter une soie non amidonée ! 

Posté par Juls44 à 08:35 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

30 novembre 2017

Un mariage DIY 1/2

Bon, presque 3 mois ont passé depuis le mariage de ma belle-sœur et de mon beau-frère, il serait peut-être temps que je vous montre ce que j'ai cousu pour l'occasion non ?

Cet article parlera des différents accessoires cousus pour l'occasion, et dans un article à venir je vous parlerai de ma tenue.

Tout d'abord les nœuds papillon !

Mon beau-frère en voulait un pour lui, pour ses 4 témoins, pour le témoin homme de ma belle-sœur, et pour les hommes de la famille proche (pères, frères et petit garçon du cortège). Ce qui faisait un total de 13 nœuds papillon ! Initialement, étant un adepte de Colonel Moutarde, il a voulu en acheter 13. Puis deux problèmes se sont posés à lui :

- La couleur de Liberty qu'il voulait n’était pas disponible

- Mine de rien, 13 nœuds papillon chez Colonel Moutarde ça chiffre vite !

Du coup le marié m’a demandé si je pouvais faire les nœuds pap' et j'ai répondu par l'affirmative. J'allais leur proposer plusieurs modèles et ils choisiraient ce qui leur convenait le mieux.

Comme ce sont des personnes hyper organisées, ils m'ont prévenue en décembre, pour un mariage en septembre ce qui me laissait largement le temps de réaliser des prototypes.

Fin décembre, j'en avais réalisé 4 différents, en toile à patron, pour leur laisser le choix.

Je suis donc partie de 4 bases différentes (de gauche à droite et de haut en bas sur la photo) :

- Le patron de nœud pap' des Lubies de Louise

- Le patron de nœud papillon « classique » d’après une base trouvée sur Pinterest avec une fermeture ajustable par 3 boutons pressions à l'arrière

- Le patron d'un autre nœud pap' (dont je n'arrive pas à retrouver le tuto, apparemment le blog a fermé) à fermeture facile, à l'aide d'un pression sous le noeud pap' déjà préformé

- Le patron de Barnabé aime le café, déjà préformé également, que j'ai modifié pour y intégrer une fermeture dans le dos à l'aide de deux boucles en métal

protos

Avec ce panel de propositions, ils ont pu choisir ce qui leur convenait le mieux, en mixant les fermetures et finitions qui leur convenaient le mieux.

Voici ce qu'il est ressorti du débrief :

- Le nœud pap' des Lubies de Louise était bien trop petit et nécessitait pas mal de modifications

- Le nœud pap’ classique rendait les choses compliquées, étant donné que tout le monde ne savait pas nouer un nœud pap' (le marié et moi compris !), en plus de gaspiller pas mal de boutons pressions.

- Le premier nœud pap’ préformé était un chouilla grand et la fermeture par pression devant ne donnait pas l'assurance d'avoir un ajustement parfait selon le cou de chacun.

- Le dernier nœud pap' n’était pas si mal, mais nécessitait également un peu d’ajustements au niveau de la taille des différentes pièces et de la gamme de montage pour qu'elle me convienne parfaitement. La fermeture dans le dos du cou était parfaite, car les deux boucles permettaient d'ajuster parfaitement la taille du cou.

Nous sommes donc partis sur la 4e option, avec quelques détails à réajuster, et j'ai pu leur proposer rapidement un prototype dans le Liberty final, qui a été validé.

Et comme nous étions fin janvier, je me suis arrêtée là en me disant « j'ai le temps ».

Puis fin mai est arrivé bien vite, et bien que le mariage religieux soit fixé en septembre, le mariage civil, où je devais remettre les nœuds pap' à chacun était fixé pour fin juin. Donc il a fallu que je me bouge pour coudre le tout rapidement. Je me suis fais 3 grosses sessions intensives qui m'ont permis d’être dans les temps, mais c’était lors de la canicule de juin donc autant vous dire que j'ai eu chaud (au sens propre). Je coupais et cousais les 13 nœuds pap' à la chaîne, étape par étape, en avançant au plus possible sans repasser, et je repassais le matin suivant, à la fraîche, avant de d’enchaîner sur une nouvelle session de couture uniquement.

J'ai donc pu finir (pas si largement) dans les temps, mais les 13 nœuds pap’ étaient là, pour le plus grand bonheur du marié.

Les voici donc tous en photo (vous voyez également les boucles métalliques servant à les fermer :

20170623_155930

 

 

Et les voilà portés :

AM-P-27

AM-P-28

 

 

J'ai été ravie du résultat final, ainsi que du rendu sur les garçons, et le top du top c'est que ça a beaucoup plu aux mariés également !

Maintenant j'ai envie de me faire un noeud pap' façon collier pour moi, et je pense partir du patron de noeud pap' de chez Shwe Chic.

 

 


 

En parallèle, la mariée voyant les nœuds pap' des garçons, à également voulu un petit dit signe distinctif pour ses témoins filles, ainsi que pour les belles-sœurs et la petite fille d'honneur. Même combat, je lui ai fait 5 propositions différentes et elle a finalement choisi une version avec du Liberty tressé (vous avez pu les voir au-dessus, avec les noeuds pap'). Et comme on me l'a demandé (tu vois Aude, j'ai mis du temps mais je ne t'ai pas oubliée ;)), voici un tuto en images pour le réaliser vous-même. J’espère que ça vous plaira.

Tuto

20170721_125843

Niveau matériel il vous faudra :

- Des chutes de tissu

- Deux embouts de serrage plats de 1cm

- 1 fermoir

- 2 anneaux 

- 1 chaînette en métal dont les maillons sont suffisamment larges pour pouvoir y accrocher le fermoir

- 1 pince (à titre personnel je préfère en utiliser deux

- 1 retourne-biais ou une épingle à nourrice

- Du fil et une machine à coudre

 

20170721_130101

 

Commencer par découper 3 bandes de tissu assez longues (20cm au moins) de 3cm de large (j'utilise ma règle japonaise, mon cutter rotatif et ma table de coupe pour plus de praticité mais c'est tout à fait facultatif)

 

20170721_130244

 

Plier la bande en 2 endroit contre endroit et piquer à 0,5cm du bord sur le long côté. Répéter l'opération pour les 3 bandes de tissu

 

20170721_130506

 

Retourner les bandelettes grâce à une épingle à nourrice ou un retourne biais. Repasser

 

20170721_130629

 

Superposer les 3 bandes de tissu les unes sur les autres et poser à une extrémité un embout de serrage. Serrer bien fort avec la pince

 

20170721_130847

 

Fixer l'embout de serrage provisoirement à un support (ici un coussin) grâce à une épingle à nourrice et commencer à tresser

 

20170721_131053

 

Lorsque la longueur désirée est atteinte, couper les 3 bandes de tissu, les superposer et poser le second embout de serrage

 

20170721_131145

 

Ouvrir les anneaux à l'aide d'une pince (ou de deux pour plus de précision)

 

20170721_131200

 

Insérer le fermoir d'un côté, et refermer l'anneau. Insérer la chaînette de l'autre côté et refermer l'anneau également

 

20170721_131352

 

Et voilà ! Vous avez un nouveau bracelet à garder ou à offrir !

 


 

Enfin, la dernière chose que j'ai réalisée était un combo de ceinture et de petits nœuds pour la petite fille d'honneur. La robe que sa maman avait choisie était mignonne mais toute blanche, donc il fallait égayer tout ça ! Ça tombait bien, il me restait du Liberty donc peu de temps plus tard, j’avais réalisé une ceinture avec des petits boutons pressions nacrés et deux petits nœuds, identiques à ceux initialement présents sur la robe, mais en Liberty, ce qui amenait un peu plus de couleurs à la tenue.

20170820_115609

 

Voilà ! Comme quoi, réaliser des accessoires pour un mariage, ce n'est pas compliqué. Il s'agit juste de le prévoir en avance pour bien être dans les temps et ne pas travailler dans l'urgence.

Au niveau des coûts de réalisation, je ne dirai pas grand-chose car il s'agit d'un cadeau pour mon beau-frère et ma belle-sœur mais sachez qu'il a fallu moins d'1m30 de Liberty, d'un petit mètre de doublure et de moins de 15 euros de mercerie.

Et vous ? Avez-vous déjà réalisé des accessoires pour un mariage ? Cela vous tente-t-il ?

Dans le prochain article, je vous parlerai de ma tenue cousue pour l’occasion.

À très vite !

Posté par Juls44 à 09:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

21 novembre 2017

Brushwood dans les bois

En ce moment les projets n'avancent pas vite et pourtant, il m'en reste plus d'une paire à vous montrer, qui ont été réalisés entre ce printemps et cet été.

C'est le cas du projet d'aujourd'hui, fini à la fin du printemps, mais que je porte encore actuellement (il sera bientôt trop fin pour la saison, mais j'en profite encore un peu).

Il s'agit de mon châle Brushwood, de NCL Knits. J'adore ce châle, et pourtant je trouve qu'on ne l’ai pas beaucoup vu passer sur les réseaux sociaux. Après avoir tricoté mon Herbarium, je m’étais plongée dans les modèles de Nadia, qui sont, à mon sens, tous plus jolis les uns que les autres, mais mon choix de châle s'est très vite porté sur Brushwood. Un châle triangulaire, plus grand que les précédents que j’avais pu tricoter, avec une jolie dentelle, formant des sortes de branches.

J'avais dans mon stash deux écheveaux de fingering en mérinos et soie de La Fée Fil coloris Havana, achetés à l'aiguille en fête spécifiquement pour ce projet (si vous ne connaissez pas encore mon amour pour les couleurs beige/caramel et bien sachez que vous en verrez passer pas mal !).

J'ai pu donc m'attaquer sans plus tarder à ce châle, qui ne présente pas de grande difficulté, si l'on suit attentivement la grille du motif, qui ne se compose que de jetés et de mailles ensemble. Une fois la première répétition du motif mémorisée ça monte tout seul, en alternant avec du point mousse.

Donc autant vous dire que 3 semaines après, il était terminé, bloqué et porté ! Au final, j’ai utilisé la quantité de laine préconisée pour le projet, soit un peu moins de 600 mètres, mais j’aurais pu continuer pour liquider la totalité de mes 2 écheveaux, et avoir un châle plus grand. Je n'y ai pas pensé sur le moment donc tant pis, ce sera pour un autre projet !

Et voici ce que ça donne porté. De tout mes châles (bon je n'en ai pas encore 50 à mon actif) c'est vraiment mon préféré !

IMG_6918

IMG_6923

IMG_6924

 

Porté je fais un peu plus d'un tour, mais il est plus grand que mes Close to You.

IMG_6926

 

Voilà ce que ça donne en longueur, c'est un châle de taille moyenne

IMG_6927

 

Et le détail de la dentelle, que j'adore !

 

IMG_6928

 

Et maintenant que j'ai quelques châles de petite et moyenne taille, je vais pouvoir m'attaquer à plus grand ! Le Caress My Soul et le Rheinlust me tentent bien, ainsi que le Find Your Fade, mais je ne suis pas prête à m'attaquer au choix cornélien des couleurs pour ce dernier. Ça attendra peut être que j’aie plus de restes !

 


 

Patron : Brushwood Shawl de NCL Knits

Laine : 2 écheveaux de Mérisoie Havana de La Fée Fil

Coût : 41,34€ (dont 5,34€ de patron et environ 36€ de laine)

Difficulté : Mémoriser le motif pour ne pas faire d'erreur dans la dentelle. Mais ça se fait bien ! 

Posté par Juls44 à 08:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,