Les couturages de Jul's

18 mai 2017

1001 perles d'avril

Hum hum, il y a de la poussière par ici ! 3 semaine sans publier, pas bien ! En même termps j'ai une excuse et une bonne : on n'a plus internet à la maison. Il y a deux semaines, la fibre a décidé de griller quelque part dans l'immeuble, les techniciens Bouygues sont venus voir, mais comme c'est Free qui a câblé l'immeuble "et bien c'est à eux de venir voir"... Bref, le souci n'est toujours pas résolu, tout va bien !

Dooonc, je vous présente mon projet d'avril de ma garde-robe capsule, qui lui aussi a été compliqué. Non pas dans sa réalisation, ça on y reviendra, mais plutôt dû au fait que j'avais prévu de réaliser mon Hemlock Tee façon Des Petits Hauts, mais que manque de bol, le jersey marinière lurex d'un Chat sur un Fil que je voulais pour réaliser ce projet était (et est toujours d'ailleurs) en rupture !

Bon, en milieu de mois, il a donc fallu trouver autre chose. Pas question d'entamer Madeleine car je n'ai toujours pas trouvé le tissu idéal pour ce projet, je me suis donc décidée à réaliser la 1001 perles version solaire. Somme toute petit projet simple étant donné que j'ai déjà réalisé deux versions de la 1001 perles (que vous pouvez aller retrouver par ici). Oui mais c'était sans compter sur le fait que niveau tissu, je peux être têtue. Et même VRAIMENT têtue.

Je vous explique, lors de la sortie du patron, j'avais craqué sur la version blanche proposée par Ivanne (je vous laisse aller voir par ). Un jacquard blanc, quelle bonne idée, très estival non ? Oui sauf qu'en avril, trouver du jacquard ou un coton blanc un peu texturé ça a été mission impossible ! J'ai eu beau écumer les sites internet, et les magasins de tissus, je n'ai RIEN trouvé ! Mon projet d'avril était à deux doigts de tomber à l'eau. J'aurais même voulu trouver un petit seersucker blanc, mais non, rien !

Et puis un jour en passant chez Fil 2000, je me suis rappelée que Toto 1961 n'était pas loin. Je suis donc allée y faire un tour et là MIRACLE, il y avait du coton texturé blanc (et même 3 mètres de crêpe bleu paon, pas forcément indispensable pour les projets immédiats mais du crêpe bleu paon, ça ne se refuse pas !). J'ai donc pu attaquer ma jupette le 28 avril (laaaaarge !). Comme le coton n'était pas d'une grande finesse, j'ai zappé l'étape des poches, la jupe est donc des plus simples, si l'on exclut le pliage sur le devant (j'adore ces plis solaires). Par contre, qui dit blanc (même si tissu épais) dit transparence. J'ai donc doublé la jupe avec un voile de coton rose poudré très léger (le coton était déjà lourd, pas question d'en rajouter une couche) et le tour était joué !

La réalisation s'est donc bien passée, il n'y a que l'étape des élastiques qui m'a donné des sueurs froides. Le coton étant assez épais (oui je sais je me répète), ça a été très galère de faire coulisser les élastiques. En toute honnêteté pour 5 élastiques ça a dû me prendre pas loin d'une heure (et pas mal de vociférations évidemment) mais au final, je l'ai ma jupe blanche. Ce qui est drôle c'est que Céline alias Made by Celinette parle justement de la 1001 perles dans son podcast d'hier (ici) et du fait de ne pas la réaliser dans un tissu trop lourd pour ne pas avoir ce gros bourrelet. Comme quoi, il y en a qui réfléchissent avant de se lancer ! Non mais ce n'est pas si cata, vous le verrez sur les photos, mais effectivement c'est un chouilla plus grossier que sur mes deux précédentes versions.

Mais les déboires ne se sont pas arrêtés là ! Monsieur étant parti pour 15 jours en déplacement, ma jupette et mes gambettes (aussi blanches que la jupe) n'avions pas de photographe. Mais même à son retour, c'est la météo qui a décidé que non, mai n'était décidément pas un mois pour photographier une jupe (j'ai d'ailleurs pu user et abuser de mon Kelly Anorak à la place, incroyable !). Pluie pluie et re-pluie. Bon, le week-end dernier, il a bien fallu se lancer et aller la photographier tout de même. Nous sommes donc allés aux Serres d'Auteuil, qui sont abritées et où la luminosité est quand même au rendez-vous en général, même par mauvais temps. Et puis mes deux autres 1001 perles avaient été photographiées là-bas, alors au final, c'était un signe.

Voici donc la jupette, prise en photo dans la serre Nouvelle-Calédonie, histoire d'amener un peau de chaleur (d'ailleurs je note que cette jupe blanche et cette terre rouge sont parfaite pour donner l'illusion de jambes bronzées, hum hum) : 

IMG_5923

IMG_5921

IMG_5940

 Je me rends compte que l'on ne voit pas très bien le petit "bourrelet" d'élastiques sur cette photo. J'en rajouterai peut-être une pour vous le montrer.

IMG_5942

 Ma Distinguée paraît excessivement froissée sur les photos, il n'en est rien mais elle est galère à prendre en photos. Par contre sur la jupe il est vrai que l'épaisseur du tissu peut former des espèces de "contre-plis".

IMG_5945

 On voit mieux le détail des plis lorsque je me contorsionne, comme quoi

IMG_5950

 Le détail des plis et de la texture du tissu

IMG_5956

Une petite dernière en bonus, parce que j'avais quand même mon Madawan, mon Kelly et mon Close to you shawl pour sortir de la serre ! Mais avec la jupe blanche j'aurais presque pu aller taper quelques balles à Rolland Garros, juste à côté. 

IMG_5960

Au final je l'aime beaucoup cette petite jupette, mais je crois que ma préférée reste la version D en lin doré. J'ai déjà trois versions de cette jupe, je pense que c'est bon pour un petit moment maintenant. Quoique si vous voyez passer du seersucker blanc, n'hésitez pas à me faire signe !

Et vous ? Quels sont vos patrons "valeur sûre" à faire et à refaire ?

 


Patron : 1001 perles version C (solaire) d'Ivanne Soufflet

Tissu : Coton texturé blanc de chez Toto 1961

Taille : Taille 38, rallongée à la taille 54 pour l'ourlet

Coût : 18€ (dont 3€ de patron (3e réalisation), 12€ de tissu, 2€ d'élastiques et 1€ de fil)

Technique : Doubler proprement la jupe, insérer calmement les élastiques malgré l'épaisseur

Posté par Juls44 à 09:04 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,


25 avril 2017

J'aime mon Madawan

On reste dans la saga des gilets, mais on passe côté couture cette fois, avec le gilet Madawan d’Aime Comme Marie.

Ce gilet, j’ai craqué dès sa sortie, j’adore son col châle enveloppant et ses pans retournés devant. On s’est tourné autour un long moment lui et moi, afin que je lui trouve le tissu idéal. Et une fois le tissu trouvé, autant vous dire que c’est allé très vite !

Je voulais un gilet un peu doudou, chaud et confortable et j’ai donc choisi de le réaliser dans le matelassé bleu marine de chez France Duval Stalla. Seulement ce tissu ayant un succès énorme, j’ai mis du temps à l’acheter. En effet, le stand de France avait été dévalisé lors du CSF, et le réassort n’était prévu que vers décembre/janvier. Autant vous dire que dès que le matelassé est revenu en stock, j’étais dans la boutique de France pour acheter les deux précieux mètres indispensables à la réalisation de Madawan, version courte.

Alors oui, il faut 2 mètres pour ce gilet. En décalquant mon patron avant d’aller acheter le tissu et en le positionnant par terre, histoire de savoir si je pouvais gagner quelques centimètres, comme c’est le cas pour de nombreux patrons, je me suis aperçue que dans ce cas précis, ce ne serait pas possible (mais vraiment pas, deux mètres c’est deux mètres !). Bref je suis repartie avec mes deux mètres sous le bras, et j’ai pu couper mon Madawan.

Je n’ai pas fait de toile, j’ai directement coupé un M car le matelassé étant élasthane, je savais que je n’aurai pas de soucis d’aisance. Durant la réalisation, j’ai pris soin de ganser tous les bords (ou presque, j’ai seulement surfilé les manches et les emmanchures), comme l’avait fait Céline sur sa version noire ici. J’ai utilisé un biais en coton léopard bleu de chez Fil 2000 (oui j’aime le léopard, mais en touches discrètes). Seulement voilà, j’avais du mal à visualiser le montage de l’encolure sur le papier. Et du coup j’ai gansé les coutures au niveau des deux cols, qui se replient en fait l’un sur l’autre, et qui sont ensuite cousus au dos du gilet par un point invisible. Et en fait, ça a créé un gros surplus de tissu au niveau du col, qui ne se positionnait pas correctement, au vu du grand nombre d’épaisseurs. J’ai commencé par me dire tant pis, mais après l’avoir porté 2/3 fois, j’avais l’impression d’être une tortue, incapable de pencher la tête en arrière à partir d’un certain point (je sais que vous essayez de visualiser la chose maintenant J).

Donc il fallait découdre la couture à la main du col, afin de couper les 4 bords gansés, les surfiler proprement, puis recoudre le tout. En soi, ça ne m’a pris que 20 minutes en tout, ça m’a pris 2 moins pour me motiver à le faire !!! Mais résultat, maintenant j’en suis ravie et je le porte avec plaisir !

IMG_5381

IMG_5397

IMG_5406

 

Mon gansage graou !

IMG_5409

IMG_5411

 

IMG_5418

C'est vraiment un doudou ce Madawan, j'en suis fan !

Et vous ? Avez-vous du mal à reprendre vos réalisations s’il y a quelque chose qui cloche ou bien vous vous lancez tout de suite dans les corrections ?

 


Patron : Aime comme Madawan d’Aime Comme Marie

Tissu : Matelassé bleu marine de chez France Duval Stalla

Taille : Taille M

Coût : 53€ (dont 14€ de patron, 36€ de tissu, 2€ de biais et 1€ de fil)

Technique : Ganser les coutures et monter proprement l’encolure

Posté par Juls44 à 08:31 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : , , ,

21 avril 2017

Gilet Colette

Allez aujourd’hui, on change un peu de la couture, et on part dans un tricot !

Avant de commencer mon pull Herbarium (que vous avez pu voir à de nombreuses reprises sur Instagram) qui se tricote en 3 / 3,25 j’avais envie d’un tricot facile et qui se monte vite ! Comme j’avais envie d’un gros gilet, j’ai jeté mon dévolu sur le Gilet Colette d’Huguette Paillettes, après avoir vu les chouettes versions d’Aiguille Coupon Ciseaux sur Instagram. Je suis donc arrivée chez Lil Weasel en sachant que je voulais une laine qui pouvait se tricoter en 6/6,5, de couleur rouille, et c’est tout ! Je n’avais aucune idée de la marque de laine, j’étais vraiment centrée sur la couleur. Et au final une fois arrivée dans la boutique, mon regard a été attiré par les pelotes de Wooly 5 de DMC (100% mérinos), couleur écureuil. Juste exactement ce que j’avais en tête. Sauf que la Wooly 5, comme son nom l’indique… se tricote en 5 (et 5,5). Mais têtue comme je suis, j’ai décidé de partir sur cette laine malgré tout, et de tricoter mon ouvrage en 6 (au lieu du 6 / 6,5). J’ai donc pris 12 pelotes, histoire d’être sûre de ne pas en manquer, et j’ai pu me mettre à tricoter.

Alors on ne va pas se mentir, le gilet se tricote majoritairement au point de riz, et le point de riz, c’est looooong (même en aiguilles 6). Surtout que j’avais décidé de rallonger le corps du gilet, et les manches afin qu’elles soient longues. Donc autant vous dire que ça m’a pris du temps, facilement un mois et demi. Mais au final je l’ai mon gros gilet douillet !

La partie un peu casse-pieds du gilet, c’est les coutures. Je ne suis pas bonne en couture sur de la laine ! A la limite sur du jersey j’arrive à faire quelque chose d’à peu près propre, mais là sur du point de riz, j’ai pas mal galéré. Les épaules sont pas mal, mais le reste, je ne suis pas méga convaincue. Si je fais une nouvelle version de ce gilet, je pense que je le monterai en circulaire directement afin de limiter le nombre de coutures à réaliser, ce sera mieux pour moi.

Sinon petit défaut de cette laine, étant donné qu’elle n’est pas vraiment retordue et assez aérienne, elle est assez molle et du coup, malgré le fait que je me sois appliquée à rentrer les fils, ils ont tendance à ressortir parfois de manière impromptue. Bon au fur et à mesure je les réarrange quoi.

Mais malgré cela, je suis très contente de mon gilet, qui m’a accompagnée à de nombreuses reprises cet hiver, et qui va très bien avec ma broche renard de chez Hug a Porcupine.

IMG_5350

IMG_5357

IMG_5359

IMG_5364

 

IMG_5370

 

Elle est pas adorable cette petite broche ?

IMG_5373

 

Le détail de la lisière, au point mousse

IMG_5376

 

Ma couture épaule, qui est à peu près la plus proches de ce que j'ai pu réaliser

 

IMG_5352

 

Je vous laisse avec cette dernière photo et mon air fatigué, mais avec le soleil rasant on voit bien le point de riz (ça en valait la peine !)

 

Au final, je pense me refaire une version été de ce gilet (manches et buste courts comme dans le patron initial) mais pas tout de suite hein !

 


 

Patron : Gilet Colette d’Huguette Paillettes

Laine : Wooly 5 de chez DMC coloris 490

Taille : Taille M, rallongée sur le corps et les manches

Coût : 76,7€ (patron gratuit et 13 pelotes de laine à 5.90€ l’unité). Heureusement que le patron était gratuit parce que c’est vrai que tricoter un gilet de cette taille en grosse laine, ça coûte vite assez cher !

Technique : Pas grand-chose à vrai dire à part peut-être s’appliquer dans les coutures (mais ce n’est pas une franche réussite ici).

Posté par Juls44 à 08:30 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : ,

18 avril 2017

Safran le basique et Confortable façon Bradley

Aujourd’hui on va parler rapidement d’un incontournable de mon dressing, le jean Safran. Je dis rapidement car il s’agit de ma 3e réalisation de ce patron, donc autant vous dire que je l’adore, mais que vous avez déjà pu lire mes impressions ici et .

Je voulais un jean noir, car comme je vous l’avais déjà dit (enfin je crois), je remplace progressivement tous mes jeans Cimarron (qui ont des couleurs super mais qui ne tiennent pas au lavage, et finissent par tâcher d’autres vêtements, donc ceux de monsieur, hum hum) par des Safran.

Ici donc un grand classique, le pantalon slim noir ! J’ai investi dans une gabardine noire élasthane de chez Little Fabrics. A la base je voulais la gabardine noire peau de pêche de chez eux, mais elle est partie trop vite et sans réassort de prévu. Dommage. Mais je me suis rattrapée sur l’autre gabardine, et c’était très bien ainsi ! C’est une gabardine de bonne facture, qui ressemble beaucoup à la première gabardine que j’avais utilisée pour Safran (de chez Motif Personnel).

En soi, je ne vais pas vous refaire le détail de la réalisation, c’est un patron que je commence à connaître donc ça va tout seul. Oui oui, à un léger détail près : quand on se laisse emporter et qu’on ne lit plus les instructions, on fait des bourdes (c’est la 2e après ma Camas, décidément je devrais faire plus attention). Bref, j’ai monté ma braguette d’un côté, mais je ne l’ai pas fixé de l’autre (re hum hum). Et évidemment j’ai voulu aller vite pour le finir, j’ai monté la ceinture… pour m’apercevoir une fois la ceinture montée qu’il manquait quelque chose. La bécasse ! Et autant vous dire que découdre un fil noir, sur du tissu noir, c’est horriblement pénible ! Enfin je ne peux m’en prendre qu’à moi-même, pourvu que ça me serve de leçon cette fois. J’ai donc décousu la ceinture, cousu la braguette correctement cette fois, puis ai (enfin) fini mon jean.

safran braguette

 

Elle est belle ma braguette à demi fixée n'est-ce pas ?!

J’ai joué avec les points broderie de ma machine pour les poches arrière, ça change un peu et j’aime assez. J’ai utilisé les chutes de ma viscose Wear Lemonade pour les poches devant et la doublure de la ceinture, ça permet de déstocker les chutes !

En conclusion, au bout de trois Safran réalisés, je peux vous donner mon avis en toute connaissance de cause. Des trois versions réalisée, ma préférée est la version kaki, tout simplement parce que la gabardine que j’ai utilisée n’avait pas les 20% d’élasticité requise. Surprenant n’est-ce pas ? Que je vous explique, j’ai coupé et cousu tous mes Safran en 40, mais pour les jambes, je bâtis à chaque fois afin que le fit soit bon. Et en fait avec les 20% d’élasticité de mes Safran noir et beige, et bien le tissu finit toujours par se détendre au porté, et malgré le fait d’avoir bâti, et bien je me retrouve avec de vilains plis, particulièrement au niveau des genoux (vous pouvez le voir sur les photos) au cours de la journée. Alors que ma version kaki, un chouilla moins élasthane (je dirais entre 10 et 15%), et plus fine que les deux autres est parfaite ! Le tissu ne bouge pas de la journée et le fit reste bon. Donc note à moi-même pour les prochaines versions, choisir une gabardine élasthane mais pas nécessairement avec les 20% d’élasticité requis, et d’un grammage plus fin que XXXX. Affaire à suivre !

Et puis vous qui commencez à me connaître, vous savez que je m’inspire régulièrement des collections de Sézane. Le haut présenté ici n’y coupe pas, il s’agit d’un haut inspiré de la blouse Bradley :

3820fa8f8b495187fff84826cca702a5

Je suis partie du patron du Confortable, et j’ai réalisé mes modifications afin d’obtenir quelque chose qui s’en rapprochait. J’ai fait une toile évidemment, ai remodifié quelques petites choses (sans refaire de toile, il ne faut pas exagérer non plus) et j’ai coupé dans ma double gaze camel achetée chez France Duval Stalla lors du dernier CSF.

Une petite chose à dire sur cette double gaze. Elle est de très bonne qualité mais il faut faire attention lors du lavage / séchage de ce tissu. Je m’explique, les deux couches de tissu étant reliées très finement, selon la façon dont elles sont lavées/essorées/séchées, il se peut que le tissu « tourne ». Et comme une photo vaut tous les discours, voici ce que ça donne :

double gaze

Et évidemment, ce n’est pas vraiment rattrapable au séchage, il faut soit relaver le tissu et faire attention au séchage, soit laisser tel quel mais faire attention lors de la coupe, si l’on veut respecter le droit fil. Dans mon cas, j’avais un peu de rab’ de tissu, du coup j’ai pu couper sans avoir à relaver mais gare si vous êtes un peu juste en tissu.

La réalisation s’est déroulée sans problème, mais il m’a fallu être attentive car lorsqu’on hacke un patron, le sens de montage est souvent modifié. Ici ça s’est bien passé mais j’ai fait UNE erreur d’étourderie (oui oui encore…). La double gaze unie n’ayant pas de sens (endroit / envers), j’ai monté mes fentes indéchirables sans réfléchir au sens de la fente par rapport à la manche. Et évidemment, au moment de les coudre au corps, je me suis rendue compte que je les avais montées sur « l’envers » du tissu et non sur l’endroit. Balot hein ! Et comme la tête de manche n’est pas symétrique, il était hors de question d’inverser les manches. Et puis je n’avais plus de tissu en rab’. Du coup j’ai laissé tel quel, mais ça me chagrine. Enfin bon c’est comme ça, la couleur est belle, la blouse est portable, ce n’est pas la fin du monde.

Toutefois je remodifierai quelques petites choses pour une prochaine version :

- Je coudrai les fentes du bon côté

- Je ne ferai pas monter le pression de l’encolure jusqu’à l’épaule mais plus bas, pour en poser deux comme sur le modèle initial (je me suis rendue compte de la différence avec le modèle d’inspiration lors de l’essayage final)

- Je descendrai de 4/5cm la coulisse de la taille pour avoir un côté blousant plus prononcé, là elle tombe quasiment sur ma taille naturelle donc ça ne blouse pas tant que ça.

- Et enfin, afin que ça blouse plus facilement aussi, j’utiliserai un tissu avec plus de drapé, un crêpe je pense.

Enfin voilà, vous savez tout ! Enfin malgré tous ces petits points d’amélioration, qui sont une aide pour les futures réalisations, j’aime tout de même beaucoup cette tenue, et je la porte avec plaisir.

Je vous laisse donc avec les photos !

IMG_5294

IMG_5295

IMG_5300

IMG_5305

 

Les jolis détails (enfin sauf le poignet de manche, je ne vois que ça !)

 

IMG_5310

 

IMG_5311

 

Et voici Safran, vous pouvez déjà voir ici qu'après l'avoir porté une journée, j'ai pas mal de plis.

IMG_5316

IMG_5317

 

Par contre je suis toujours aussi fan des poches

IMG_5322

 

Et je mets mes restes de viscose Wear Lemonade dès que je peux !

 

IMG_5327

 

Et le petit détail de broderie sur les poches. J'ai opté pour du gris foncé, avec du fil noir on ne voyait rien du tout !

 

IMG_5293

 

Il a fallu esquiver les coups de vents pour faire les photos, mais je n'y ai pas échappé sur celle-là, ça a bien fait rire monsieur !

 

IMG_5280

 

Bref c'est tout de même une tenue dans laquelle je suis bien et qui me correspond, et c'est bien là le principal non ?

IMG_5328

 

Une petite dernière pour la route, au moment où je changeais de top pour une autre séance photo (on était motivés ce jour-là !). Monsieur a donc joué avec son objectif grand angle, et j'ai trouvé ça assez rigolo !

Alors petite question, allez-vous devinez quel sera le thème du prochain article ?

A bientôt !

 


 

Patron : Pantalon Safran de Deer and Doe

Tissu : Gabardine élasthane noire de chez Little Fabrics

Taille : Taille 40, rallongée de 3cm à l’ourlet

Coût : 32,5€ (dont 4,65€ de patron (3e réalisation), 23,85€ de tissu, 2€ de zip, 1€ de bouton et 1€ de fil).

Technique : S’appliquer sur les poches devant, bien bâtir les jambes afin d’obtenir le fit désiré ET ne pas pêcher par excès de confiance sur la pose du zip !

 


 

Patron : Le Confortable de MLM Patron, version hackée

Tissu : Double gaze camel de chez France Duval Stalla

Taille : Taille M sans les marges de couture pour un effet moins loose

Coût : 28,35€ (dont 1.35€ de patron (3e réalisation, au vu du prix du patron, c’est hyper rentable cette histoire !), 24€ de tissu, 1€ de ruban, 1€ de pressions et 1€ de fil).

Technique : Modifier un patron pour arriver au résultat escompté eeeet faire attention lors du montage des fentes indéchirables (enfin ça ce sera pour la prochaine fois).

Posté par Juls44 à 08:16 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

14 avril 2017

Camas

Bonjour, bonjour !

Aujourd’hui on reste dans le bordeaux, et on va se pencher sur une association patron / tissu que je trouve parfaite. Oui oui, en toute modestie, ça arrive ! Je vous prépare aussi un article sur mes échecs, car il y en a encore quelques-uns (même s’ils sont moins fréquents qu’avant) mais c’est vrai que lorsque tout fonctionne, il faut aussi le dire. Et c’est le cas ici !

On va donc parler de la blouse Camas de Thread Theory, le seul patron féminin de cette marque jusqu’à ce qu’ils sortent le Lazo trousers (qui me fait de l’œil aussi).

Cela fait quelques temps que le patron est dans ma bibliothèque, et je ne me suis pas penchée dessus avant par faute de temps et d’inspiration. En effet, je voulais réaliser initialement une version en crêpe beige, avec un empiècement contrastant, de type sequins ou autre tissu texturé assez foncé. Mais n’ayant pas trouvé mon bonheur jusqu’alors, mon crêpe beige dort dans mon stock et je me suis donc décidée à réaliser une autre version, ce qui me permettait par la même occasion de tester les crêpes de chez Little Fabrics, dont je n’ai entendu que du bien !

J’ai longuement hésité sur la couleur : rouille ? Bordeaux ? Ou rouille ? J’ai finalement choisi le bordeaux (on ne se refait pas) et j’avoue que j’ai été séduite par ce tissu dès l’ouverture du paquet. C’est un tissu lourd et non transparent, mais qui conserve une bonne fluidité sans pour autant glisser énormément sous le pied de biche. A mon sens, le combo parfait !

J’ai été bien aidée dans le choix de la taille à couper, car ma copine Marie-Laure l’avait déjà réalisée. C’est bien les copines qui taillent pareil que soi, ou à peu près, ça permet de se rendre compte des modifications à effectuer (ou pas) sans faire de toile (et oui ça arrive, et je ne vais pas m’en plaindre !). J’ai donc décidé de tout couper en taille 8, sauf aux hanches où j’ai réduit à la taille 6 (la coupe de la blouse correspond aux morphologies en 8). Etant grande, j’ai également décidé de couper la plus grande taille pour l’ourlet, à savoir la taille 20.

J’ai donc pu passer sereinement à la coupe, où tout s’est bien passé (ce tissu est parfait je vous dit !). Lors de la réalisation, j’ai dû faire bien attention à la bonne répartition de mes fronces, notamment sur le devant (j’ai dû m’y reprendre à deux fois), mais le reste roule tout seul. J’ai réalisé des coutures anglaises partout où je pouvais : les finitions à l’intérieur sont aussi propres que celles de l’extérieur.

Le seul souci que j’ai rencontré, est dû à une énorme bourde due à mon étourderie. Je m’explique : ayant déjà monté un bon nombre de fois des parementures, j’ai monté mon premier col… comme une parementure ! Ce qui est une grosse bêtise car le premier col à être monté est visible de l’extérieur… et donc ne se monte ABSOLUMENT pas comme une parementure, mais exactement à l’inverse, puisque c’est le second col qui servira de parementure. Oui mais ça je m’en suis rendue compte après (sinon ce ne serait pas drôle !). Oui oui, après avoir tiré sur le col afin de tout coudre à peu près proprement, en ne comprenant pas vraiment pourquoi j’avais un décalage. Nan mais sans rire, je me donnerais des claques parfois ! A ne pas lire les instructions, on pêche par excès de confiance ! Quand je me suis enfin rendue compte de mon erreur, j’avais déjà recoupé mes marges et essayé de repasser proprement… et il a fallu tout découdre ! Je peux vous dire que j’ai pesté ! Et du coup mon col est plus étroit que la version initiale, dû au fait que les surplus avaient déjà été recoupés. Mais au final ça ne me choque pas tant que ça. Et effectivement une fois qu’on pose la parementure de la bonne manière, et bien ça se fait tout seul (ça alors !). Le reste de la réalisation s’est fait sans souci particulier.

Toutefois il faut noter que le décolleté est… assez prononcé ! Après avoir piqué mes boutonnières et cousu mes boutons (je n’en avais pris que cinq évidemment !) je me suis rendue compte que c’était encore un peu ouvert. Donc j’ai cousu un petit point au niveau du haut du décolleté et c’est très bien comme ça.

Pour les prochaines réalisations, je me note donc de faire attention lors de la pose du col et d’acheter un bouton de plus, afin de piquer une boutonnière de plus, et avoir un décolleté correct. Mais je suis toutefois entièrement satisfaite de cette première version, et d’autres verront le jour pour sûr !

Et voici donc les photos :

IMG_5115

Le détail de l'encolure (passepoil forever !)

IMG_5122

Et de la patte de boutonnage

IMG_5124

 

IMG_5137

IMG_5139

 

Et voici le détail du dos

IMG_5126

 

Bref une blouse facile à vivre et à porter !

IMG_5128

C’est le premier patron de cette marque que je teste, et je vous le dit, ce ne sera pas le dernier ! Le Lazo trousers me fait de l’œil, et je compte bien me pencher sur le cas de la chemise Fairfield pour monsieur, car elle me paraît très bien, et les échos que j’en ai eu sont tout aussi positifs.

Et vous ? Quels patrons Thread Theory avez-vous cousu ? Et avez-vous des tissus « basiques » fétiches ?

A bientôt !

 


 

Patron : Blouse Camas de Thread Theory

Tissu : Crêpe bordeaux de chez Little Fabrics

Taille : Taille 8 partout, 6 aux hanches et taille 20 pour les ourlets

Coût : 36€ (dont 10€ de patron, 22€ de tissu, 2€ de boutons, 1€ de passepoil et 1€ de fil)

Technique : Bien répartir les fronces, et s’appliquer lors de la couture du col et de la patte de boutonnage, en lisant bien les instructions !  

Posté par Juls44 à 08:27 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : , , ,


03 avril 2017

Kelly de Mars

Aujourd’hui, on va parler de mon projet de mars « je couds ma garde-robe capsule ». Vous avez vu ? Je suis (presque) dans les temps !

C’est donc un gros gros GROS projet qui s’annonce par ici : un Kelly Anorak ! Vous en avez vu passer beaucoup ces derniers temps (de superbes versions chez Lise Tailor ici et et chez By Sandra’s Hand notamment). C’est en effet un manteau de mi-saison, qui a été présenté par Heather Lou de Closet Case Patterns à l’automne dernier. Je n’avais pas forcément flashé dessus à sa sortie, je l’ai trouvé très joli mais je n’étais pas sûre de voir ce patron dans ma garde-robe. Et puis j’ai vu et essayé la version de Julie (Jolies Bobines) et l’idée a commencé à germer dans mon esprit. Et le coup de grâce, Sézane proposait cet hiver une parka dont la coupe se rapprochait grandement du Kelly, en bordeaux qui plus est ! Oui ok mais bon 280€ dans un manteau, même si je comprends que ce genre de pièces demande du boulot de confection mais NON !

Voici la photo dudit manteau Sézane (parka Roy) :

87b1d943935fb6926d109af467dbcb92

Toujours est-il que du coup j’ai décidé de finalement coudre ce manteau Kelly… en bordeaux ! Surprise hein !

Alors je vous parle de cette réflexion, que j’ai eue… en novembre dernier ! Oui, oui, mon temps de maturation prend du temps. Il était initialement prévu pour décembre dernier, et puis une chose en entraînant une autre, je me suis lancée dans la réalisation de la toile… en février. No comment.

Vous commencez à le savoir, je suis une adepte des toiles. J’en réalise une quasi-systématiquement à chaque projet. Alors là c’est un manteau, donc peu ajusté. Donc pourquoi une toile. Et bien parce qu’au niveau des mesures je suis pile entre deux tailles, la 8 et la 10. Jusque-là pas grave, j’aurais très bien pu réaliser la plus grande MAIS il y a tout de même un écart de 50cm de tissu entre ces deux tailles-là, donc autant vous dire que sur un tissu un peu cher, c’est toujours ça de gagné !

Du coup pas de souci au niveau de la réalisation de la toile, j’ai pu me familiariser avec les poches à soufflet qui se réalisent sans aucun problème. Le montage de la fermeture éclair (même si je n’ai pas mis de fermeture sur ma toile, faut pas délirer non plus, mes toiles ne sont pas portables hein) m’a paru moins clair. Et pourtant j’avais les instructions en français (merci Heather, j’avoue que comme Lise, même si l’anglais ne me pose pas de soucis, les explications dans ma langue maternelle étaient vraiment appréciables). Mais pas de panique, Heather a tout prévu et réalisé des tutoriels sur son blog, et j’avoue que celui sur le montage du zip et des pattes m’a bien aidé à visualiser le montage.

Sur le principe, la toile était pratiquement validée. J’ai seulement réalisé deux ajustements, à savoir que j’ai rallongé le corps de 3cm et les manches de 2cm, car je suis grande (1m77 si ça peut vous aider à visualiser les modifications). Et j’ai enfin pu couper dans mon tissu !

D’ailleurs le tissu, on en discute ? J’avais envie d’un manteau d’hiver, donc je cherchais quelque chose de relativement épais et éventuellement déperlant. J’avais commandé des échantillons de divers tissus chez Ma Petite Mercerie et je suis tombée en amour (oui il n’y a pas d’autres mots) sur un déperlant envers polaire. Il est canon ! Et le petit bonus : il se repasse (à faible température) donc c’est top !

Pour la doublure, j’étais partie sur du minky (un tissu tout poilu et tout doux) mais j’ai finalement eu peur du volume que ça allait générer. Je me suis donc décidée pour une flanelle fine, que j’ai finalement trouvée chez une copine (merci Gaëlle !). La doublure des manches est en microfibre effet soie gris perle de chez Ma Petite Mercerie. Tout ce qu’il faut pour tenir chaud sans trop faire de sur-épaisseurs.

J’ai donc pu passer à la coupe. Et là, vous allez vous marrer ! Vous vous souvenez que j’avais choisi la taille 8 pour avoir une quantité de tissu réduite de 50cm ? Et bien l’étourdie que je suis a bien commandé la quantité nécessaire pour la taille 8, mais pour une laize de 1m14 au lieu de 1m50. Débile ! Du coup je me retrouve avec un mètre de tissu en rab, qui finira certainement en detash. Tant pis, je ne peux m’en prendre qu’à moi-même. En même temps, il vaut mieux avoir trop de tissu que pas assez.

Bref, j’ai pu m’attaquer à la construction du manteau. La réalisation s’est bien passé MAIS mon déperlant étant un tissu technique, il a fallu faire extrêmement attention à ne pas se foirer sur les surpiqûres. En effet tissu technique = marques d’aiguilles qui restent quand on découd… Hum hum. Evidemment j’ai tout de même dû découdre à certains endroit (il y a toujours un moment où il faut découdre dans mes projets) et bien sûr ça m’a fait pester. J’ai bien fait attention à soigner ces fameuses surpiqûres afin d’avoir quelque chose de joli. Seul petit bémol, mon tissu + doublure est un peu épais, l’objectif étant d’en faire un manteau d’hiver. Du coup, les marges de 1,5cm sont vraiment très (trop) courtes pour faire sereinement de jolies coutures rabattues. J’ai beaucoup pesté, j’ai finalement réussi, mais je pense que ça aurait été plus simple si les marges avaient été de 2cm. Bref notez-vous dans un coin de votre tête si vous voulez faire un Kelly dans un tissu un peu épais, de rajouter 0,5cm de marges sur toutes les coutures rabattues histoire de les réaliser sereinement.

Par contre, je n'avais pas anticipé le rallongement de mon Kelly de 3cm sur la taille de ma fermeture éclair. J'avais commandé chez Ma Petite Mercerie une fermeture en plastique moulée (qui selon moi durera plus dans le temps qu'une fermeture en métal, mais c'est un avis perso) de 65cm. Ce qui allait me donner un écart entre la fermeture et le manteau de 5cm, bon, j'aurais pu partir directement sur la 70cm mais 5cm ça reste acceptable. Or, avec le rallongement du corps de 3cm, j'arrivais à un écart de 8cm. Et là ça fait carrément beaucoup ! J'ai donc dû racheter une fermeture éclair de 70cm, mais même si elle n'était pas si chère chez Ma Petite Mercerie, et bien avec les frais de port, ça devenait prohibitif. Du coup j'en ai acheté une chez Frou Frou à Paris pour la modique somme de... 13€ ! Au final j'aurais presque mieux fait de la commander sur le net.

Autre précision, mon tissu étant bien épais et technique, je n’ai rien entoilé du tout, et c’est très bien comme ça. J’ai tout doublé sauf la capuche, car je trouvais ça sympa aussi de laisser apparaître le côté polaire du tissu, qui devient invisible sur les autres pièces du fait de la présence de la doublure. L’étape qui m’a pris ENORMEMENT de temps était le passage du cordon dans la coulisse. Autant la pose des œillets ne m’a pas posé de soucis (merci la pince Prym), autant de faire passer une mini épingle à nourrice dans la coulisse et faire passer le cordon sur un tissu épais, ça a été la croix et la bannière. J’ai dû passer plus de 45 minutes sur cette étape, dingue ! Le reste de la réalisation du manteau ne pose pas de soucis, j’ai pu le finir tranquillement, ou presque. En effet sur les dernières coutures, il y a quand même beaucoup d'épaisseurs et certaines ne voulaient pas passer sous le pied de biche. J'ai dû donc finir certaines coutures à la main, armée d'un dé à coudre.

Mais bon le jeu en vaut la chandelle ! La preuve en photos :

IMG_5524

IMG_5527

IMG_5528

IMG_5535

Et attention avalanche de détails, avec tout d'abord, les poches à soufflets

IMG_5542

Le détail de la coulisse

IMG_5546

Les poignets de manche

IMG_5547

La capuche, que j'espère déperlante, comme le reste du manteau. Il me tarde presque qu'il pleuve pour vérifier ce paramètre !

IMG_5551

L'intérieur de la capuche, avec l'envers de mon déperlant en polaire (je vous confirme, ça tient bien chaud !)

IMG_5555

 Le détail du zip 

IMG_5556

 Et de l'intérieur, aussi propre que l'extérieur !

IMG_5559 

Vous pouvez apercevoir la doublure des manches, en microfibre qui glisse parfaitement sur les bras, et de l'ourlet, à mon sens, le niveau de finition du patron est top !

IMG_5561 

IMG_5519

 

Alors c’est vrai que ce n’est pas un petit projet. J’ai dû le commencer vers le 10 mars et le terminer le 31. Mais j’ai adoré le réaliser, prendre mon temps et voir petit à petit le manteau prendre forme. Comme le disaient Lise Tailor et By Sandra’s Hand, c’est un projet gratifiant, et qui permet de progresser et de peaufiner sa technique. Ce n’est pas un projet adapté aux débutants, mais si vous avez un peu d’expérience en couture et que vous prenez votre temps, vous allez vraiment vous faire plaisir.

Au final je suis RA-VIE de ce manteau et mon seul regret, c’est de ne pas l’avoir cousu plus tôt car je ne vais pas pouvoir le porter en cette fin de saison, il est trop chaud… Autant vous dire que je serai heureuse de le retrouver à la saison prochaine.

Projet de mars terminé donc, je vais pouvoir me projeter dans le projet du mois d’avril, qui sera bien plus léger.

Et vous, quels étaient vos projets de mars ? Sur quel type de projet avez-vous l’impression de progresser en couture ?

 


 

Patron : Kelly Anorak de Closet Case Patterns

Tissu : Tissu déperlant bordeaux et microfibre gris perle de chez Ma Petite Mercerie, flanelle trouvée en vide-dressing

Taille : 8, rallongé de 3cm au corps et de 2cm aux manches

Coût : 119,5€ (dont 13€ de patron, 64,5€ de tissus (déperlant + flanelle + microfibre), 13€ de fermeture éclair, 28€ de diverses fournitures (œillets, pressions, cordon, stop-cordon) et 1€ de fil). Donc oui ça reste cher, c’est un gros projet mais ça reste bien moins cher que celui de Sézane.

Technique : Monter un manteau ! S’appliquer à coudre la doublure, à réaliser des coutures rabattues, monter une patte devant propre… Bref tout quoi ! 

Posté par Juls44 à 09:20 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
Tags : , , ,

27 mars 2017

Close to you shawl

Une petit projet tricot pour changer ?

Aujourd'hui on va parler d'un projet tricot très rapide, réalisé pour l'anniversaire de ma maman. Il s'agit du Close to you shawl de Justyna Lorkowska. C'est un châle très simple, basé sur un motif de 8 jetés et des augmentations à chaque rang, et qui se tricote avec un seul écheveau.

J'avais décidé de tricoter un châle pour ma maman pour son anniversaire, fin février. Sauf que début février, je n'avais toujours pas commencé, oups ! Du coup il me fallait un patron simple et sympa, rapide à tricoter afin qu'il soit prêt pour le 25 février. J'ai donc jeté mon dévolu sur le Close to you shawl, un patron gratuit sur Ravelry, qui conprend une dentelle sympa et facile à réaliser, et qui se tricote avec un seul écheveau !

J'ai profité de mon passage à l'Aiguille en Fête (le 8 février, hum hum, large !) pour trouver LA laine idéale pour ce projet. J'ai passé un long moment sur le stand de la Maison Tricotée, boutique de Montréal qui propose des merveilles ! Malheureusement pour moi (mais heureusement pour mon porte-monnaie) ils ne prenaient pas la CB. Du coup il a fallu faire un choix ! Cornélien ce choix ! Je me suis finalement décidée pour une superbe laine de chez Yarn Indulgences, une laine teinte à la main et made in Canada. J'ai choisi la base Zed Luxe Sock, qui contient 70% de merinos, 20% de cachemire et 10% de nylon, en coloris Mahogany. C'est un pur bonheur de douceur ! Juste dingue ! J'étais donc prête à me mettre au boulot !

J'ai commencé ce projet le 10 février (oui oui pour le 25) et j'ai profité d'un déplacement de 4 jours pour le boulot afin de l'avancer. Et autant vous dire que je l'ai bien avancé : il était quasiment fini à mon retour à la maison (et oui, ça a occupé mes soirées à l'hôtel). Au final, en 7 jours il était tricoté. Et il a été super agréable à tricoter ! Le motif se retient bien, les premières sections sont courtes et montent toutes seules ! La laine m'a beaucoup plu à tricoter, elle glisse vraiment toute seule sur les aiguilles, c'est un petit bonheur ! Ensuite les sections se rallongent, mais comme je le disais, en 7 jours il était terminé, soit le 17 février (laaaarge !). Juste le temps de faire des photos afin de garder une petite trace, et il était dans son colis en partance pour Toulouse.

Et voilà les photos ! Au final je l'aurais bien gardé pour moi ce châle, même s'il n'est pas très grand. J'adore le motif et les couleurs, et il a plu à sa propriétaire donc mission accomplie !

IMG_5102

IMG_5103

Le détail de la dentelle, qui se répète tout le long du châle. Vous pouvez également entraperçevoir le rabattage en picots.

IMG_5094

 

Et voilà ce que ça donne porté !

Résultat il me plaît bien ce châle, et même s'il n'est pas très grand, pour un châle de mi-saison, il me conviendrait très bien. Du coup, je pense que ce patron reviendra sur mes aiguilles très prochainement !

Et vous, quels sont vos projets tricot faciles et sympas pour faire une pause entre deux projets ?

 


Patron : Close to you shawl de Justyna Lorkowska

Laine : Zed Luxe Sock de Yarn Indulgences coloris Mahogany

Aiguilles : 4

Coût : 22,5€ (soit 1 écheveau)

Technique : Pas grand chose à part être vigilant dans les augmentations et les jetés, rabattre en picots

Posté par Juls44 à 09:29 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , ,

20 mars 2017

Chemisette à toucans et jupette à pressions

Hello hello !

Aujourd’hui dans la catégorie #jesuisàlabourre, je vous présente (enfin) mon projet de février pour le défi de Clo Piano "je couds ma garde-robe capsule". Promis je serai moins en retard pour mon projet de mars (il est déjà bien avancé pour ceux qui me suivent sur Instagram).

Alors oui initialement j’avais prévu une Mélilot, jusque-là pas de surprises, sauf que j’avais prévu de la faire en soie. Mais ayant été dépassée par le temps ce mois-ci, je me suis retrouvée à couper mon projet dimanche 26 février, hum hum... Donc avec aussi peu de temps disponible je me voyais peu coudre de la soie. Qu’à cela ne tienne, j’avais un petit coupon de 1m50 de polyester imprimé toucans déniché chez Sacrés Coupons grâce à Jesuisunbertrand (encore merci pour l’info Laura !), qui convenait parfaitement à Mélilot.

Pour rappel, j’avais déjà réalisé une toile de Mélilot (avec une manche courte et une manche longue, histoire de tout vérifier d’un coup) et deux versions à manches courtes. Autant vous dire que j’ai donc coupé mon tissu sans scrupules, puisque mes modifications avaient déjà été validées (je vous renvoie ici et si vous voulez les lire en détail).

Du coup, j’avais déjà bien avancé en deux petites soirées dessus, mais j’ai préféré attendre le vendredi pour la finir proprement sans me stresser. En soi, pas de difficulté particulière au niveau du montage, mais le tissu en lui-même m’a donné un peu de fil à retordre. C’est un polyester assez épais donc autant vous dire que le fer et lui n’ont pas été copains, j’ai dû batailler pour ouvrir mes coutures correctement. Et au niveau du poids, je pense que c’est juste limite, un tissu plus lourd ne conviendrait pas à cette chemise.

Et puis quitte à vous présenter mon projet de février, j’ai la petite jupe qui va bien avec à vous montrer, à savoir ma jupe patronnée aux cours municipaux pour adultes (CMA) de la mairie de Paris. Depuis octobre il s’agissait de patronner sa propre jupe de base, puis de la transformer en un des deux modèles proposés par Olga (ma prof). J’ai donc choisi la jupe trapèze (qui se rapproche un peu de la jupe Rosari de Pauline et Alice). Une des obligations de la jupe était de lui ajouter des poches. N'étant pas hypra fan des poches plaquées, et n'ayant pas envie de faire des poches dans la couture, j'ai choisi de rajouter à ma jupe deux poches passepoilées inspirées du pantalon Safran.

J’avais tout d’abord patronné une jupe trapèze taille basse, mais après essai de ma toile, je n’étais vraiment pas convaincue. Cela me tassait trop, et la jupe avait tendance à tourner. J’ai donc modifié mon patron pour en faire une taille haute, plus seyante à mon goût. J’ai également raboté le trapèze initial, que je trouvais trop prononcé.

Niveau tissu, j’ai choisi pour cette jupette une suédine provenant du Marché Saint Pierre (comme quoi parfois j’y retourne). Les passepoils en cuir proviennent du bac à chutes de cuir de Sacrés Coupons, une mine pour avoir de petits bouts de cuir à peu cher !

Niveau réalisation, il a fallu faire attention au cuir et à la suédine qui sont (comme le dit si bien Artesane) des tissus qui fâchent. Autant la suédine se laisse épingler sans soucis, autant le cuir c’est une autre histoire. Pour cela, j’ai utilisé des épingles à cheveux (elles ne me servent plus qu’à ça depuis que j’ai les cheveux courts) et c’était parfait ! Les aiguilles machine spécial cuir étaient elles aussi de sortie, et du coup tout s’est bien passé.

J’ai voulu suivre le montage de la ceinture préconisé par ma prof, et, je vous le dis : mauvaise idée ! Il y avait un peu trop d’embu que j’ai eu bien du mal à résorber. La prochaine fois, je la monterai à ma façon ! Sinon le montage s’est bien passé, sans souci majeur. J’ai posé des pressions noirs pour rappeler les empiècements et j’aime beaucoup.

Seulement voilà, une fois portée, et bien je la trouvais encore bien trop ample ! Je n’avais pas fait attention à cela sur ma toile qui restait un tissu assez peu épais, mais là sur de la suédine une peu rigide, l’effet parachute était bien visible. Je dirais même que ça donnais un petit effet derviche tourneur (ou futuriste au choix !). Et c’est dommage car hormis ça elle me plaisait beaucoup ! Du coup je pensais la refaire (oui oui) en modifiant pas mal l’ampleur. Mais Olga m'a convaincue que la raboter seulement pourrait marcher, et elle a eu raison (et c'est tant mieux, car ce n'est tout de même pas super gratifiant de faire deux fois le même projet, avec le même tissu, à 2/3 détails près. Au final, j'ai raboté la jupe à partir de sous les poches, pour en faire quasi une jupe droite (j'ai quand même raboté plus de 20cm !). C'est dommage, je n'ai pas pris de photos de la chose avant rabotage, j'aurais bien voulu vous monter cette horreur. mais au final je vous présente une jupe bien rabotée, mais que je peux porter au quotidien, et qui va très bien avec ma chemise toucans !

Et sur ce, voici donc les photos. A titre personnel, je trouve que les deux font la paire !

IMG_5219

IMG_5221

IMG_5233

IMG_5238

IMG_5240

 

Détail du col : je n'étais initialement pas convaincue par le col rond, j'avais réalisé un col rond et un col pointu pour comparer, et je me suis finalement prise au côté doux du col rond, j'aime beaucoup !

IMG_5241

 

Mon tissu étant assez lourd mais fuyant, j'ai réalisé des plaquettes de manches carrées au lieu de pointues.

IMG_5266

 

Je suis assez satisfaite de mon ourlet, mais il faut effectivement partir du bas en remontant pour éviter de créer des décalages en bas.

IMG_5270

Et le dos ! J'adore cet arrondi qui permet de porter une chemise soit blousée dans un pantalon ou une jupe, soit à l'extérieur, de manière plus décontractée.

IMG_5242

 

Et voilà la jupette ! Pour réduire l'ampleur j'ai rogné sur le trapèze mais aussi en longueur. On est juste limite niveau longueur, mais ça passera pour les beaux jours et avec un collant en hiver.

IMG_5249

Le détail de ma poche que j'adore ! Bon comme j'ai dû rogner dans le trapèze, on dira qu'elles sont juste décoratives. Merci Deer and Doe pour l'inspiration !

IMG_5252

 

Et ce qu'adore mon amoureux, on peut "écrire" sur la suédine :)

 

Comme je le disais plus haut, je trouve que ce tissu est juste limite niveau épaisseur pour Mélilot, et j’ai déjà en tête une prochaine version en tencel. Et moi qui n'étais pas certaine d'apprécier une jupe quelque peu trapèze, au final, je l'adore, comme quoi !

Evidemment première jupe patronnée, mais ce ne sera pas la dernière ! J'ai déjà plein d'autres idées, ce qui me manque, c'est le temps !

 


Patron : Chemise Mélilot de Deer and Doe

Tissu : Polyester toucans de chez Sacrés Coupons

Coût : 19€ (dont 5€ de patron (3e réalisation, je commence à le rentabiliser ce patron !), 13€ de tissu, boutons récupérés sur une chemise de monsieur et 1€ de fil)

Technique : Monter une chemise, faire un SBA (détaillé sur mon précédent article au sujet de Mélilot)


 Patron : Jupe patronnée par mes soins au Cours Municipaux pour Adultes

Tissu : Suédine bleu-gris du Marché Saint Pierre, chutes de cuir de chez Sacrés Coupons

Coût : 13,50€ (dont 7,5€ de tissu, 2€ de chutes de cuir, 3€ de pressions et 1€ de fil)

Technique : Patronner un vêtement à sa morphologie (et il y a encore un peu de boulot), coudre du cuir

08 mars 2017

Myrcella et Safran, mon combo gagnant !

Bonjour bonjour !

Aujourd’hui je vais vous présenter mon look coup de cœur de la fin d’année dernière. C’est drôle car ce sont deux patrons sur lesquels j’ai longuement hésité avant de me lancer.

Myrcella tout d’abord. Je connaissais ce patron mais ça n’avait jamais fait tilt jusqu’à ce que ma copine Marie-Laure la réalise. Et là, déclic : canonissime ! Vous pouvez aller voir sa réalisation sur Instagram ici. Et là, je réalise qu’il me FAUT une telle chemise (si si je vous jure !). Loose et avec des manche chauve-souris, clairement une pièce que je n’avais pas dans mon dressing. Malgré un échec avec un patron loose (le Hemlock tee, non blogué), j’étais prête à retenter l’expérience, avec succès cette fois !

A mon passage au CSF le vendredi, j’avais repéré la superbe viscose Dark Bloom de Wear Lemonade, mais en toute honnêteté, je la trouvais un peu chère. Donc, j’ai laissé tomber. Et je m’en suis mordu les doigts !!! Le samedi je voyais déjà cette viscose en Myrcella et j’étais au comble du désespoir (bon peut-être pas jusque-là mais bref, j’avais des regrets). Heureusement j’ai de chouettes copines et Marie-Laure (encore une fois !) allait au salon le dimanche. Après deux échanges de textos, elle m’a pris mon précieux coupon (je la garde cette copine de la mort qui tue 😊) et quelques jours après, je l’avais entre les mains. Et il n’y a pas à dire, j’étais RA-VIE ! Pas de remords, juste un plaisir immense à toucher cette viscose ultra douce ! Autant vous dire que c’est le premier tissu achet au CSF que j’ai coupé !

Je n’ai pas réalisé de grosses modifications à la chemise en elle-même : j’ai seulement coupé le col en pointe au lieu de faire un col rond. Etant donné que la chemise était très loose (et que j’ai pu essayer la version de Marie Laure avant de couper la mienne), j’ai coupé un 36 et c’était parfait !

Cette viscose est un bonheur à travailler : elle est douce, non transparente, elle ne glisse pas, et ne froisse presque pas. Un tissu en or somme toute !

La réalisation se fait bien, par contre, malgré le peu de pièces, je ne recommanderais pas cette chemise pour une première réalisation, car les explications de Géraldine sont un peu succinctes. Par exemple, aucun problème si l’on sait monter une chemise sans regarder les instructions, mais si on les suit pas à pas et bien elle ne mentionne à aucun moment de coudre le devant au dos, hormis par les épaules. Bon je suppose que tout le monde s’en serait rendu compte mais c’est tout de même étrange. De mon côté, comme je n’en étais pas à ma première chemise, c’est passé tout seul !

Pour Safran, idem, ce n’était pas une évidence de prime abord, et vous pouvez lire pourquoi ici. Mais étant complètement convaincue par ma première réalisation, j’ai réitéré directement avec une gabardine de polyester kaki, achetée chez Mondial Tissus l’hiver dernier. Pour mon avis détaillé sur le patron, je vous laisse aller voir mon précédent article, mais autant vous dire que je l’adore ! Il est plus fitté que le précédent, peut-être dû au fait que le tissu soit plus fin (et un chouilla moins élastique) mais je le trouve parfait ainsi.

Et donc après le look facile à vivre de tous les jours, voici mon look de tous les jours au bureau. Autant vous dire qu’il me faut plein de nouvelles Myrcella (pour moi c’est un patron qui gagne à être connu !) et plein de nouveaux Safran (mais ça c’est déjà bien parti).

Je vous laisse avec les photos, prises sous le pont de la Concorde.

IMG_4583

IMG_4593

IMG_4575

J'adore ces manches chauve-souris !

IMG_4598

IMG_4600

Le col modifié. On voit que les boutons sont un peu petits par rapport à la taille de la patte de boutonnage.

IMG_4601

IMG_4602

 

Et place aux détails de Safran !

IMG_4603

Les poches passepoilées

IMG_4605

Allez les photos de mes fesses, c'est cadeau ! Il y a un petit décalage au niveau des poches mais rien de bien cata

IMG_4609

Je me suis payé le luxe des poches en Liberty, j'adore !

IMG_4611

IMG_4621

IMG_4639

J'aime aussi beaucoup le rendu quand la chemise est rentrée dans le pantalon

IMG_4642

 

Avec le recul, je trouve toujours Safran parfait, mais j’apporterai quelques modifications à ma prochaine version de Myrcella : mon col est un chouilla trop pointu à mon goût (mais on ne le voit pas trop car l’imprimé est assez chargé), la patte de boutonnage est un peu grosse (je la réduirai d’un centimètre) et je rallongerai un peu l’ensemble pour le porter blousant (car là ça fonctionne mais parfois la chemise sort du pantalon sur les côtés).

Mais à part ces petites modifications, ce look reste mon coup de cœur de fin 2016.

Et vous, avez-vous des looks fétiches ? Des associations de patron gagnantes ?

 


 

Patron : Chemise Myrcella de République du Chiffon

Tissu : Viscose Dark Bloom de chez Wear Lemonade

Coût : 45€ (dont 15€ de patron, 27€ de tissu, 2€ de boutons et 1€ de fil), un peu chère mais je l'adore !

Technique : Monter une chemise

 


 

Patron : Pantalon Safran de Deer and Doe

Tissu : Gabardine de polyester kaki de chez Mondial Tissus

Coût : 21,99€ (dont 7€ de patron (2e réalisation), 12,99€ de tissu, 1€ de bouton et 1€ de fil

Technique : Coudre un pantalon en l’adaptant à sa morphologie, mais maintenant c’est acquis !

 

26 février 2017

Confortable en Safran

Aujourd’hui je vous présente la tenue hypra confortable et sans prise de tête : l’association du sweat Le Confortable et du pantalon Safran.

Vous aviez déjà vu ma première version du Confortable ici, et je l’avais pas mal modifiée étant donné que j’avais transformé les emmanchures classiques en raglan (vous pouvez retrouver le tuto sur le blog de Mia Dodo ici si ça vous intéresse). Bref, là je voulais quelque chose de plus simple, je suis donc partie sur la version classique. Toutefois, mon Confortable n’allait pas être un sweat mais un top jersey à manches longues, car je voulais utiliser le superbe jersey marinière Un Chat sur Un Fil, gagné pour les un an de Dessine-Moi un Patron (encore merci Annaig et Emilie !). Je savais que je voulais un haut marinière (un basique je n’avais pas encore dans mon armoire, shame on me je sais), et je savais que j’utiliserai le patron du Confortable. Toutefois, j’ai recoupé mon patron en taille S, histoire d’avoir un top plus ajusté. Etant donné que ce jersey est fin, c’était mieux ainsi sous peine d’obtenir quelque chose d’extra loose si je coupais tout en M.

Comme tout bon basique, AUCUNE difficulté à la réalisation. Encore une fois le plus long a été de surjeter à la MAC (je vais me l’offrir cette surjeteuse je vous le dit !). J’ai tout bien bâti (merci Céline pour le conseil) afin d’avoir de beaux raccords. J’avais aussi découpé mon patron à plat et non au pli afin d’avoir quelque chose de droit et raccord. Mais comme j’aime bien les petits détails qui font la différence, j’ai décidé de rajouter de fausses pattes de boutonnage aux manches. Alors OK c’est joli, c’est raccord, MAIS vouloir les rajouter une fois les manches montées, c’est pas l’idée du siècle ! C’est même un calvaire ! Note à moi-même pour la prochaine fois : les monter à plat !

J’ai également voulu rajouter du passepoil doré à l’encolure. Autre fausse bonne idée, le passepoil effet métal, si ce n’est pas recouvert de tissu par-dessous, ça gratte ! Et pour faire de jolis raccords aux épaules alors que tout le reste est cousu, ben c’est pas gagné. Donc j’ai tout décousu, j’ai recoupé un peu l’encolure, un bon coup de surjet, un ourlet tout bête et c’était terminé ! Comme quoi à des moments il vaut mieux rester simple !

Pour Safran, ça a été une longue histoire de « je t’aime, moi non plus ». A sa sortie, je me suis dit, non pas possible, bien trop moulant, trop taille haute, pas pour moi. Affaire classée. Et bien non ! Pas si vite. Car en voyant fleurir les jolies versions sur les blogs et Instagram (et notamment celles de Julie d’Atelier Svila ici et ) j’ai commencé à changer mon fusil d’épaule. Car après tout je porte régulièrement des slims et mes pantalons fétiches restent les jeans Cimarron (slim, grand choix de couleurs) même si les couleurs ne tiennent pas toujours très bien dans le temps (à mon grand désarroi !).

Du coup, comme il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis, je me suis lancée. J’avais en stock deux coupons de gabardine élasthane, initialement prévues pour des Aime comme Même pas Peur (qui du coup se sont transformés en Safran, oups), donc aucune raison d’attendre davantage. J’ai décidé de ne pas faire de toile, et plutôt de bâtir mon pantalon afin l’ajuster comme je le voulais. En toute honnêteté, c’était un petit bonheur à coudre. J’ai adoré les poches passepoilées, qui font tout le charme de ce modèle. Et après quelques ajustements au niveau des jambes, c’était parfait ! Bizarrement, malgré le fait que je sois grande (1m77 pour vous faire une idée), je n’ai rallongé le pantalon que de 3cm, et c‘était parfait ! Je n’ai pas entoilé les pièces de la ceinture pour plus de confort, et j’ai utilisé mes chutes de Bye Bye Birdie pour les poches.

Bref je suis uuuuuuuuultra satisfaite de ce patron, et je suis bien contente d’avoir changé d’avis ! Je peux lâcher mes pantalons Cimarron et me faire une brassée de Safran à la place. Depuis j’ai déjà réalisé deux versions supplémentaires que vous verrez prochainement, et autant vous dire que je pense déjà à des versions plus colorées (bleu canard et rouge cerise ou bordeaux) donc si jamais vous voyez passer des tissus de ce genre, vous savez qui prévenir !

Les photos ont été prises sur les quais de Seine, aux abords de la Boudeuse, qui allait bien avec ma marinière. Autant vous dire que je suis ravie de ce look, facile à vivre et facile à porter.

IMG_4924

IMG_4959

IMG_4963

Vous reconnaîtrez évidemment mes boutons préférés de chez Fil 2000

IMG_4968

Comme je vous disais, j'ai bossé mes raccords !

IMG_4973

 

IMG_4979

 

Je vous montre tout de même mes fesses, pour les poches plaquées

IMG_4983

IMG_5011

Les poches, toujours un endroit facile où caser des chutes !

 

IMG_4947

IMG_4954

IMG_5017

 

Toujours est-il qu'il faisait sacrément froid ce jour-là, j'étais contente de retrouver mon manteau et mon écharpe !

 

Et vous ? Quels sont vos patrons chouchous pour des looks faciles à vivre ?

 


Patron : Sweat Le Confortable de MLM patrons

Tissu : Jersey marinière lurex bleu marine d’Un Chat Sur Un Fil

Coût : 31,80€ (dont 2€ de patron (2e réalisation), 27€ de tissu (bien qu’offert dans mon cas), 1,80€ de boutons et 1€ de fil)

Technique : Coudre des pattes polo sur les manches et gérer les raccords

 


 

Patron : Pantalon Safran de Deer and Doe

Tissu : Gabardine café au lait de chez Motif Personnel

Coût : 35,60€ (dont 14€ de patron, 19,60€ de tissu, 1€ de bouton et 1€ de fil)

Technique : Ajuster un pantalon à sa morphologie, et ça roule tout seul !

 

Posté par Juls44 à 17:01 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,