Les couturages de Jul's

11 octobre 2017

Lillan façon marinière

Aujourd'hui, je vais vous parler d'un projet pour lequel j'ai moutonné cet été. Et si je vous dis ça vous devinez certainement de quel patron je veux parler. Il s'agit de la Lillan dress de Nanöo.

Bon à la base, c'est le choix du tissu qui a guidé le patron, et non l'inverse.

1armor lux 

En effet, j'ai profité du traditionnel week-end familial du 14 juillet en Bretagne pour aller faire un tour au magasin d'usine Armor Lux. Co

mment vous dire que ça faisait des années que j'allais tout à côté de Quimper sans pour autant m'y arrêter ! Il fallait absolument conjurer le sort ! Et ça vaut le coup !

Pour celles et ceux qui ne connaîtraient pas, Armor Lux a un magasin d'usine auquel on peut accéder toute l’année, et qui permet de dénicher marinières, vareuses et autres vêtements marins mais pas que, à des tarifs très avantageux. Mais ce magasin dispose aussi d'une petite partie tissus où il est possible d'acheter de la marinière de qualité made in France à 10€ le mètre !

Pour les intéressés voici l'adresse : 21/23, rue Louison Bobet, ZI de Kerdroniou, 29556 Quimper

 

Donc de ce joyeux périple j'ai ramené deux panneaux (car oui la marinière se vend en panneaux, un pour le corps et un pour les manches) de deux marinières « classiques » (épaisses quoi) et un petit mètre de jersey de viscose rayé marine et blanc.

1marinières

C'est de ce jersey (celui de gauche sur la photo) que l'on va parler aujourd'hui. J'en avais pris un mètre avec comme objectif de me faire un plantain. Et puis comme ce tissu faisait plus d'1m60 de laize, je le suis dit que je pourrais optimiser ce coupon et faire plusieurs choses avec. Ne me voyant pas dans une robe toute rayée (en plus du fait que je n'aurais pas eu assez de tissu pour) l’idée du bicolore est apparue assez vite. Ne manquait plus que le patron ! Et vous n’êtes certainement pas passés à côté de la déferlante Nanöo de cet été. Une petite robe simple, facile à coudre et facile à porter. Et bien du coup j'ai moutonné !

J'ai profité de mon passage en Bretagne pour aller également faire un tour chez Tissus Myrtille, dont j'entends aussi régulièrement parler par les instagrammeuses bretonnes, pour aller chercher un jersey bleu marine, qui s’assortirait bien avec mon jersey rayé.

Et l'affaire était déjà quasi pliée ! La robe comporte peu de pièces, les étapes sont claires et détaillées, ma petite robe est montée toute seule.

Le seul passage un peu compliqué a été de raccorder les rayures sur le devant, au niveau des pattes de boutonnage (j'ai essayé ailleurs aussi mais le jersey était tellement fluide que j'ai dû laisser tomber l'affaire).

Au lieu de coudre l’élastique à même la robe, j'ai créé une coulisse en joignant le haut et la jupe, je trouvais ça plus propre. Et au niveau de l'ourlet du bas, j'ai simplement effectué un roulotté à la surjeteuse (ce qui me permettait de conserver un minimum de longueur, car je n'ai rien rallongé pour une fois). Et c'est tout ! Autant vous dire que coudre du jersey à la surjeteuse, ça change tout de même la vie ! C'est hyper propre et tellement plus rapide ! Je vous prépare un article à ce sujet d'ailleurs.

Bref revenons à Lillan. Au premier essayage avec l'élastique, ça ne serrait quasi rien, alors que je m'attendais à un effet blousant du haut de la robe. J'ai donc enlevé 10 bon gros centimètres l’élastique pour arriver à l'effet blousant désiré. Et le tour était joué !

Mon jersey étant très fluide, je me suis passée de boutonnières et j'ai cousu de petits boutons cuivrés directement sur les deux pattes de boutonnage.

Et voilà ce que ça donne ! Franchement je suis ravie du résultat !

IMG_7626

IMG_7628

IMG_7634

IMG_7631

IMG_7645

IMG_7658

IMG_7660

Le détail des boutons cuivrés

 

IMG_7662

IMG_7664 

Les poches sont directement prises dans les jupes, pratique !

 

IMG_7667 

Et le roulotté à la surjeteuse : un minimum d'efforts pour une finition nickel !

 

IMG_7642 

Bref une robe dans laquelle on peut bouger sans se sentir engoncée !

 

J'ai juste une petite interrogation sur les « manches » que je trouve un peu longues. J’hésite à les replier vers l’intérieur (comme à droite sur la photo) et à faire un point invisible. Vous en pensez quoi vous ?

 IMG_7669

  

Allez et parce que toutes les séances photos ont des photos qui passent à la trappe, voici ma préférée :

IMG_7632

 

 

Sinon il m'est tout de même resté suffisamment des deux tissus pour me faire un Plantain dans le même esprit, que je vous montrerai bientôt.

 


Patron : Lilian dress de Nanöo

Tissus : Jersey viscose rayé de chez Armor Lux et jersey viscose bleu marine de chez Tissus Myrtille.

Taille : 40

Prix : 39€ (dont 8€ de patron, 26€ de tissus, 3,5€ de boutons, 0,5€ d'élastique et 1€ de fil)

Difficulté : Faire de jolis raccords, au moins au niveau des pattes de boutonnage

Posté par Juls44 à 08:44 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,


02 octobre 2017

A l'aise dans mes baskets

On arrive déjà début octobre, et je ne vous ai pas encore parlé de mon challenge d’août dans le cadre de ma collection capsule ! Pas bien ! Et pourtant il était de taille car oui j'ai cousu des chaussures ! Incroyable non ?

Un des thèmes de Clotilde était de réaliser son propre maillot de bain. Bon d'une part, j'en ai déjà pas mal et je n'avais pas plus envie que ça de repartir dedans et d'autre part, pas de vacances pour moi cet été, hormis 4 jours en Italie. Du coup J’avais plus envie de réaliser une pièce que je pourrai porter et qui me motiverait vraiment. L’année dernière, Julie Kansara alias Damn Good Caramel avait sorti un patron gratuit de baskets sur base espadrilles, en partenariat avec une Marie, de Shwe Chic. J'avais craqué sur le concept, imprimé le patron, commandé le shwe shwe (tissu traditionnel avec de tout petits motifs, imprimé en Afrique du Sud)… et j'en étais restée là, par manque de temps. Du coup cette année pour le challenge de Clotilde, j’étais bien décidée à me lancer !

J'ai commencé par réaliser une toile, pour me familiariser avec la construction et valider la pointure. Et c’était une bonne chose de faire une toile car ça m'a permis de faire des bêtises dessus et par conséquent de les éviter sur la version finale !

Qu'on se le dire, il y a beaucoup de pièces à couper : l’extérieur de la chaussure (3 pièces), la doublure (3 pièces), l'entoilage pour toutes ces parties (6 pièces) et les 4 emplacements en cuir (simili cuir dans mon cas). Soit 18 pièces au total ! Et il faut faire attention à ne pas se tromper de sens lors de la découpe, car il y a une chaussure gauche et une chaussure droite, donc il faut être organisé pour ne pas se mélanger les pinceaux !

Pour ma toile, j'ai décidé de ne réaliser qu'une seule chaussure. Pour moi, la difficulté a résidé dans le fait de choisir la bonne épaisseur de tissu, et surtout le bon entoilage. En ce qui concerne la toile, l’entoilage que j'ai choisi était bien trop épais. Il passait bien sous la machine, pas de soucis, mais quand il a fallu piquer à la main la chaussure à la semelle, autant vous dire que ça n'a pas été facile. Déjà rien que pour épingler la chaussure à la semelle, j'ai dû tordre une bonne dizaine d’épines, rien que ça ! Et j’avais pris des épingles à tête ronde, pour avoir plus de force.

Julie, la créatrice du patron m'a dit après coup qu'il était possible de pré percer les trous à l'aide d'un poinçon, et effectivement en appliquant sa méthode, c’était bien plus simple !

La seule chose que je n'ai pas fait, c'est de coller les empiècement à la colle néoprène avant de les coudre. J'ai pris mon temps mais sans colle et en s'appliquant, ça marche aussi. Ça a été facile car j'ai utilisé du simili cuir, moins glissant que du cuir classique grâce à la partie en tissu sur l'envers. Pas certaine que ce soit aussi simple si vous décidez d’utiliser du cuir.

Après m’être bien piqué les doigts avec mon aiguille pour fixer les parties en tissu à la semelle de ma chaussure, j'ai pu passer à l’essayage. Et c’était parfait ! Je n'avais plus qu'à recommencer deux fois pour avoir une paire ! Je m'y suis mise aussitôt pour éviter de me décourager et pour que le projet soit fini en temps et en heure.

Rebelote sur la découpe des pièces, fois deux puisqu’il y a deux chaussures. Bref il faut être rigoureux pour ne pas mélanger les pièces de la chaussure gauche à celles de la droite ! C’est long mais ça se fait. Et comme je venais de monter la toile, les étapes étaient fraîches dans ma tête, donc la partie couture est allée vite.

Puis est venue à nouveau l’étape de la fixation des parties tissus aux semelles. Armée d'un poinçon, d'un dé à coudre (pour une fois qu'il sert celui-là !) d'une grosse aiguille et de fil assez épais, je m'y suis attaquée. Une fois la première chaussure finie, j'étais super fière de moi... jusqu'à ce que je me rende compte que j'avais cousu la languette au-dessus du reste. Allez on défait et on recommence ! Bon je ne vais pas vous mentir en vous disant que je n'ai pas eu mal aux doigts, c'est plus dur à percer qu'une viscose ou qu'un coton donc il vaut mieux ne pas se tromper...

11 espadrilles

Et voilà la bêtise !

Après avoir recommencé, je me suis retrouvée avec une chaussure quasi-terminée, où il ne manquait que les oeillets. Et là, j'ai été prise d'un doute. Le fil que j'avais utilisé, bien que plus épais que mon fil à coudre classique, me semblait bien fin pour tenir le tout. Je suis donc passée chez Fil 2000 pour voir s'il n'était pas possible de trouver du fil plus épais, et une aiguille également plus épaisse. Je suis ressortie avec du fil de coton enduit bien épais et un kit d'aiguilles à cuir et autres matériaux difficiles à percer. 

Mais le temps a joué contre moi et nous sommes partis plusieurs fois en week-end, remettant donc la finalisation de mes chaussures à plus tard.

J'ai finalement pu finir tout ça ce week-end, et il n'y a pas à dire, là je n'ai pas peur que ça cède, c'est nickel ! Par contre, même armée d'un dé à coudre et d'une pince, ça fait encore mal aux doigts (des chaussures ça se mérite !)

1espadrilles

Vous voyez bien la différence entre le premier fil et le coton enduit ! Là cette fois c'est du solide !

 

Et voici donc mes premières chaussures, en simili cuir et tissu Shwe Shwe :

IMG_7673

IMG_7675

IMG_7680

IMG_7681

J'ai cousu mon point de feston à 1cm d'intervalle, et je trouve ça plutôt pas mal !

IMG_7682

IMG_7683

IMG_7685

 

Je les adore, même s'il est presque un peu tard dans la saison pour les porter. J'ai déjà une idée pour me faire une autre paire, mais je vais tout de même laisser mes doigts se reposer avant !

Et vous ? Êtes-vous tentés par le fait de réaliser vous-même vos chaussures ? Avez-vous déjà essayé ?

Belle journée !

 


Patron : Sneakers en Shwe Shwe de Julie Kansara alias Damn Good Caramel (patron gratuit téléchargeable sur le site de Shwe Chic)

Tissu : Shwe Shwe de chez Shwe Chic, simili cuir de chez Reine, coton épais de mon stock pour la doublure

Pointure : 40 non retouché

Prix : 28 € (dont 12€ de tissu, 8€ de semelles d'espadrilles de chez Rascol, 2€ de biais, 2€ d'oeillets, 2€ de lacets, 1€ de thermocollant et 1€ de fil)

Difficulté : Etre bien attentif lors de la couture du cuir. Bien épingler sur la semelle et coudre un point feston bien régulier (en se faisant le moins mal aux doigts possible !)

Posté par Juls44 à 08:17 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,

05 septembre 2017

Majestic en Fusain

Bonjour !

Aujourd'hui on va parler d'une tenue préférée. Vous allez me dire « encore » ! Oui certes. Mais là on parle d'un combo testé et approuvé car j'ai réalisé chacun de ces patrons 3 fois ! Et oui quand on aime on ne compte pas !

Parlons tout d'abord de Majestic. Un vrai patron coup de cœur que je réalise chaque année depuis sa sortie. Une version en jersey texturé tout d'abord, puis en version polyester à rouges-gorges. Cette année, je voulais donc en réaliser une 3e, car les deux premières tournent assez souvent dans ma penderie. Au niveau du tissu, j'avais dans mon stock 2 mètres 40 de viscose discrete navy bleu, un tissu édité par Cousette dont j'avais fait l'acquisition lors du dernier CSF, dans le but de me faire une robe Madeleine de République du Chiffon. Et puis j'ai douté à ce sujet. Le tissu me paraissait assez épais, et au final après décatissage il est devenu très fluide (comme quoi la présence ou l'absence de l'apprêt change énormément la perception d'un tissu). J'ai à nouveau hésité. Puis Lise Tailor a fait une version manches courtes de Madeleine avec ce tissu, preuve que le choix n’était pas déconnant. Mais du coup je n'avais plus vraiment envie d'une Madeleine dans ce tissu. Le choix du tissu pour cette robe a été compliqué, mais je pense finalement avoir trouvé  (après presque un an de cogitage !).

Bref tout ça pour dire que j'avais une quantité plus que nécessaire pour réaliser une Majestic dans ce tissu, et que l'association avec un passepoil blanc m'a paru comme une évidence ! J'ai donc coupé mon beau tissu et ai commencé à coudre.

En soi, le patron ne présente pas vraiment de difficulté, sauf si l'on veut insérer un passepoil, et encore, il suffit de bien le positionner pendant le montage et ça roule ! Mais ici, c'est quelque chose de tout bête qui a failli faire expédier directement la blouse à la poubelle : un petit centimètre…

Que je vous explique. Pour réaliser le décolleté, il faut coudre la parementure préalablement enroulée au devant. Jusque là rien de compliqué. Sauf qu'en entoilant la parementure, cela l'a un peu rigidifiée (un peu hein, pas beaucoup), mais du coup, elle a perdu un tout petit centimètre en hauteur. Je ne me suis pas affolée et lors de la couture de la parementure sur l'avant, j'ai réparti mon embu et terminé. Oui terminé  si ça avait été du coton par exemple. Mais là, à cause de la fluidité du tissu, ça a suffit pour faire gondoler l'encolure. Je ne me suis pas spécialement affolée, en me disant qu'un bon coup de vapeur suffirait à corriger le défaut  (vous voyez où ça me mène cette histoire ?!). Donc je repasse bien mon encolure devant, ça s’améliore et je continue le montage de ma blouse. Pour la première fois sur les 3 versions réalisées, je décide de faire les parementures manches et corps, afin d'avoir cette petite vaguelette, caractéristique du modèle. Tout se passe bien (enfin les coutures invisibles des parementures c'est long !) jusqu'au moment de l’essayage. Catastrophe ! Le décolleté ne plaque pas du tout à a poitrine et il gondole. Bon, je décide de retourner ma blouse et de rogner sur la parementures en espérant que ça lisse le défaut. Échec ! Je réalise des sous-piqûres pour maintenir en place. Échec ! Allez je me suis dit qu'une couturière focalisé toujours sur les défauts mais qu'au porté, ça irait. Je l'ai donc portée un jour en crash test… Et ce n’était juste pas possible ! Un côté plaisait plutôt bien et l'autre gondolait à mort. Autant vous dire qu’à ce moment-là j'ai vraiment eu envie d’envoyer cette fichue blouse à la poubelle !

On ne prend jamais de bonnes décisions sous la colère (d’autant plus que je m'en voulais à moi-même), et du coup Majestic (je pourrais même appeler cette version Majestoc) est partie faire un tour sur la pile des projets en stand by (avec La Parisette entre autres). Une fois l'esprit plus clair (un mois ou deux après) je me suis à nouveau attaquée au problème. C’était dommage, me tissu me plaisait, le patron aussi, il me restait du tissu (avec 2m40 de tissu total j’étais large pour réaliser une Majestic), donc je n'allais pas jeter l’éponge pour un petit centimètre sur une parementure !

Et là il a fallu prendre une décision qui m'a fait vraiment pester : découdre le devant de la blouse. Et qui dit découdre le devant de la blouse dit démonter l'ENSEMBLE. C’est-à-dire la quasi-totalité de la blouse. Ça m'a pris une soirée entière (devant la télé) mais j'y suis arrivée. Les seules choses que je n'ai pas démonté au final auront été les manches et leurs ourlets (enfin elles ont juste été enlevées du corps) et le dos avec sa parementures d’ourlet... Les boules ! Mais c'était nécessaire. J'ai donc recoupé un devant et une parementure décolleté, avec une précision d'orfèvre cette fois. J'ai tout décousu en m’appliquant et en prenant mon temps, et là, magie, tout était nickel ! Au final cela m’a même permis de remonter les manches en utilisant la technique apprise aux cours de la mairie de Paris (merci Olga, je n’ai jamais eu des manches montées aussi nickel !). J'ai fait une parementure simple, sans la vaguelette au niveau du bas de l'ourlet devant, car je trouve que le modèle se suffit à lui-même sans avoir à lui ajouter une fioriture supplémentaire. J'ai fait les manches, c'est déjà pas mal et je ne suis pas sûre de le refaire sur les prochaines.

Bref après plus de deux mois, ma blouse était enfin terminée et malgré tout le mal qu'elle m'a donné je l'adore ! Je pense même que c'est ma préférée des 3 réalisations. Comme quoi, parfois, il faut prendre le temps qu'il faut et ne pas se laisser abattre car ce qui aurait pu finir à la poubelle est devenu une pépite dans mon dressing !

Concernant le pantalon, c'est loin d’être une surprise, c'est Fusain qui revient. Pareil que Majestic, c'est ma 3e réalisation. Réalisé tout d'abord en crêpe de laine et un peu grand, puis en chambray, ici je me suis attaquée à une version avec l'un de mes tissus fétiches : le crêpe de chez Little Fabrics. Non, non je ne suis pas sponsorisée mais ce tissu, qui avait donné des merveilles en blouse Camas se prête aussi très bien à l'exercice du pantalon fluide. Et j'avais besoin d’un pantalon fluide bleu marine. Pour passer des entretiens mais aussi pour tous les jours.

En étant à ma 3e version, et ayant en tête toutes les remarques faites lors des deux précédentes versions, j'ai pu m'y attaquer de manière assez sereine. Taille 4, sans les marges, et que ça roule ! J’ai bâti les jambes directement sur moi pour arriver à la coupe désirée et zou, l’affaire était pliée ! J’ai utilisé les chutes de Majestic pour la doublure ici, et j’adore, même s’il n’y a que moi qui le voit. J’ai réalisé la poche passepoilée du dos, mais comme elle ne faisait que remonter dû à la fluiditité du tissu, j’ai finalement coupé l’intérieur de la poche, pour ne garder que le passepoil, comme sur ma 2e version. A l’avenir je referai comme ça, car de toute façon, je ne mets jamais rien dans mes poches arrière de pantalons.

En toute honnêteté je n’ai rien à redire sur cette version que je trouve parfaite ! Il se porte aussi bien en version habillée avec des talons (la preuve j’ai passé des entretiens avec) mais également avec des petites baskets et un tee-shirt. Bref mon 2e pantalon basique avec Safran !

Et voici donc cette jolie tenue :

IMG_7337

IMG_7339

IMG_7342

IMG_7344

IMG_7348

IMG_7364

 

Le détail de l'encolure passepoilée (et qui ne baille plus !)

IMG_7367

 

Les petites fentes poignets

IMG_7370

 

Les petits plis du pantalon, qui n'apportent pas tant de volume

IMG_7371

 

Les poches (à bas les chutes !)

 

IMG_7376

 

La poche passepoilée (désolée pour le gros plan sur mes fesses

IMG_7382

 

J'aime beaucoup cette ligne de jambe, je veux le même pantalon dans toutes les couleurs (un peu comme Safran quoi !)

IMG_7390

IMG_7409

Bref c'est une tenue dans laquelle je me sens bien, et qui a le don de me redonner le sourire chaque fois que je la porte et que j'ai une petite baisse de moral.

Et vous, avez-vous des tenues fétiches qui se portent en toutes circonstances et qui vous donnent la pêche ?

 


Patron : Pantalon Fusain de Blousette Rose

Tissu : Crêpe bleu marine de chez Little Fabrics

Taille : 4 sans les marges, et ajusté sur les jambes

Prix : 26,27 € (dont 3,60€ de patron (3e réalisation), 20,67€ de tissu, 1€ de boutons et 1€ de fil)

Difficulté : Obtenir le fit parfait

 


Patron : Blouse Aime comme Majestic d’Aime comme Marie

Tissu : Viscose navy bleu de chez Cousette

Taille : 38

Prix : 43€ (dont 5€ de patron (3e réalisation), 35€ de tissu, 1€ d'entoilage, 1€ de passepoil  et 1€ de fil)

Difficulté : Dompter cette viscose bien bien glissante ! Ma patience a été mise à rude épreuve !

Posté par Juls44 à 08:05 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

02 septembre 2017

Leila voit double

Bonjour à tous !

Aujourd'hui on va parler d'un des seuls projets couture que je n'ai pas blogué l'année dernière, car c'était un beau raté ! J'ai nommé le top Leila de La Maison Victor. Alors je sais ce que vous allez me dire : ça fait un moment que j'ai des déboires avec La Maison Victor et je m'obstine. Après sur un top tout simple avec deux pinces en seule difficulté, je pensais que ça irait. Mais c'est le projet où tout est allé de travers !

J'avais choisi comme tissu la viscose summer swoon d'Atelier Brunette. Un jaune citron qui pète, ça ne pouvait que me plaire ! Sauf que (première erreur), je l'ai décati avec un autre tissu, le crêpe orange de mon tee-shirt Tilda Sézane-like (vous la voyez arriver la connerie). Et résultat, ma viscose est ressortie jaune orangée, donc plus vraiment jaune citron…

Je ne me suis pas désarmée pour autant, je pouvais très bien avoir un débardeur jaune orange. En soi la réalisation du débardeur ne présente pas de souci, mais j'avais très envie de le porter pendant mes vacances à Bali, et du coup pour aller vite je n'ai pas fait de toile (deuxième erreur).

Mais cette viscose étant tout de même transparente, je devais donc la doubler si je voulais avoir un résultat correct et portable au quotidien. Et là est arrivée ma troisième erreur : j'ai choisi comme tissu de doublure un crêpe de polyester très fin couleur chair. Et si jamais l’idée vous passe par la tête je vais vous faire gagner du temps : c'est une mauvaise idée. Cette doublure synthétique n'en faisait qu'à sa tête et avait tendance à dépasser allègrement du tissu extérieur. J'ai donc limité le souci par une surpiqûre, mais au niveau esthétisme, j'avais déjà fait mieux !

Du coup vous comprendrez que j'ai cumulé une tonne de bêtises sur cette réalisation, et je n’étais plus à une étourderie près. Du coup, je me suis également rendue compte a posteriori que j'avais inversé les dos (genre le haut en bas et le bas en haut). Non mais la bécasse quoi ! Bon résultat c'est avec ce genre de bêtises qu'on apprend !

Bref autant vous dire qu'une fois fini et passé, le résultat était loin d’être canon. Et en plus de tout le reste, les pinces poitrine était trop hautes. Donc ce débardeur est parti dans la pile des choses à reprendre, tissus à recycler et autre consorts.

Et puis cette année je me suis dit que j'avais toujours envie d'un débardeur jaune citron, suffisamment de temps était passé depuis ma dernière tentative, et j'ai donc retenté le coup. Cette fois j'ai décati mon tissu tout seul pour qu'il ressorte jaune citron, j'ai choisi une doublure en voile de coton rose poudré, j'ai décalé mes pinces poitrine de 3 centimètres vers le bas et j'ai bien noté mes repères haut bas sur le dos. Et étonnamment ça s'est bien passé. Incroyable non ? Enfin presque ! Le dos est toujours un peu trop large, donc j'ai posé un élastique entre les deux bretelles pour resserrer un peu le tout.

Du coup, j'ai ressorti mon vieux Leila qui traînait toujours dans la pile des projets à reprendre, pour faire des photos comparatives et vous montrer tout ça (histoire qu'il serve à quelque chose).

Voici donc les deux débardeurs ! La version ratée a les bretelles plus larges et la nouvelle a par conséquent des bretelles plus fines et un élastique dans le dos.

On commence donc par la raté :

IMG_7435

IMG_7445

On voit bien la surpiqûre du décolleté pour limiter la casse.

IMG_7438

Les pinces, bien trop hautes.

IMG_7442

Et le dos, trop étriqué au niveau des hanches.

IMG_7443

Voici également l’ourlet, on voit que c'est moche avec le polyester au point zig zag.

 

Bref tout pour plaire quoi ! Et voici la version 2, à laquelle je n'ai quasi rien à reprocher.

IMG_7417

Pas de surpiqûre encolure, pinces poitrine au bon endroit.

IMG_7419

IMG_7423

Pas étriquée en bas du dos, encore un peu large en haut.

IMG_7431

IMG_7433

Cette fois j'ai réalisé des ourlets roulottés à la surjeteuse, c'est bien plus propre !

 

IMG_7444

Voici le comparatif entre les deux versions, je porte la version ratée et la 2e version est entre mes mains. Au final on ne distingue pas trop la différence de couleur derrière l'objectif, mais les changements au niveau de la coupe eux sont bien là !

 

Je suis contente de cette seconde version de Leila, même si au final je me dis qu'en patronnant un débardeur moi-même j'aurais eu moins de soucis. La seule chose qui me chagrine encore c'est qu'avec la doublure rose poudré, le jaune semble moins citron et plus orangé (comme ma première version quoi). Note à moi-même d’utiliser du blanc en doublure pour ce genre de tissus la prochaine fois.

Bref au final je le porte ce petit top, mais là prochaine fois je pardonnera moi-même ce genre de choses. Et maintenant je peux couper dans ma première version pour récupérer la viscose et en faire un petit projet, comme un bloomer.

Et vous, avez-vous eu des ratés sur des pièces faciles de prime abord ? Quelles ont été vos difficultés ?

À bientôt !

 


 

Patron : Top Leila de La Maison Victor

Tissu : Viscose Summer Swoon d'Atelier Brunette

Prix : 20,95 € (dont 7,95€ de magazine, 12€ de tissu et 1€ de fil)

Difficulté : Faire la bonne association tissu/doublure et ajuster le patron à ma morphologie 

Posté par Juls44 à 10:36 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,

29 août 2017

Un détour par Helsinki

Aujourd'hui on continue dans la revue des patrons Orageuse, avec la blouse Helsinki.

Autant le dire, cette blouse m'a directement tapé dans l'oeil à sa sortie, et même si je ne l'ai pas acheté aussi rapidement que la jupe Berlin, je savais que j'allais investir rapidement. Il suffisait "juste" de trouver le tissu idéal. Et au final c'est cette étape qui m'a pris le plus de temps, tout simplement parce que 1) le patron est HYPER gourmand en tissu (environ 2m40 pour ma taille !!!) et 2) je voulais trouver THE tissu. Et malgré mes recherches, rien ne me convenait.

J'ai donc mis le projet de côté jusqu'à ce que j'ai une fulgurance : j'avais déjà THE tissu dans mon stock. Il s'agissait d'un tissu Bennytex, bleu marine à oiseaux. Vous avez vu, on retrouve des oiseaux ! ça faisait longtemps ! Et en plus lorsqu'on allie le bleu marine avec du blanc ou du doré à des oiseaux, il y a quand même de forts risques que j'achète, il faut bien l'avouer !

Ce tissu, à la base, je le destinais à une Ruby dress, car j'avais beaucoup aimé les versions d'Annaïg (ici et ). Mais j'ai eu un doute sur le tissu : autant de motifs, j'avais peur que ce soit un peu chargé. Doooonc c'était parfait pour une blouse Helsinki ! J'avais à peine 2m20 de tissu mais je suis partie sur le fait que ça allait être possible. Et j'ai joué à Tetris pour faire tout rentrer ! Donc autant vous dire que si vous avez comme ambition de commander moins de tissu en disant que le métrage est exagéré, et bien que nenni ! Ici on ne plaisante pas avec le métrage ! Bref j'ai tout de même réussi à caser toutes mes pièces, mais c'était juste juste. Et comme pour une fois, je n'avais pas envie de faire une toile, j'ai coupé direct, en 40 dans mon tissu, sans faire d'ajustement particulier (vu le prix du tissu, ça aurait été un peu exagéré). Et oui c'est rare mais ça arrive !

J'ai donc pu commencer à coudre mon projet, et autant vous dire que j'ai sacrément pesté ! Parce que ce tissu, que j'avais acheté il y a déjà quelques temps, n'était pas de la viscose, comme j'avais pu le croire à un moment donné (ce qui est stupide car c'était pourtant bien écrit), mais de la MICROFIBRE ! Et je vais le dire une fois et pas deux : si vous rencontrez ce type de tissu, fuyez-le ! C'est hyper glissant, ça accroche tous les poils, c'est électrique, et ce n'est pas le tissu le plus respirant de la terre (en plus d'être un tissu carrément peu écologique). Bref, vous voyez ce que j'en pense.

Il a donc fallu que je sois super attentive lors de la couture de chacune des pièces, pour limiter l'effilochage, et être la plus précise possible. Mais ce n'est pas la matière que je préfère avoir sous le pied de biche, loin de là...

Cette blouse ne présente pas de difficulté majeure, mais il faut être rigoureux pour réaliser au mieux les petites encoches du décolleté et du dos. Le nœud du bas représente aussi une étape cruciale, mais une vidéo existe sur le site d'Orageuse, ce qui permet d’être certaine de bien faire les choses.

Donc en principe, tout doit bien se passer mais vous aurez compris qu'avec le tissu que j'avais choisi, j'ai pris davantage de temps pour faire les choses et j'ai dû parfois m'y reprendre à plusieurs fois. Alors à la limite si le tissu est chiant mais qu'au porté c'est top, pourquoi pas. Mais cela n'a pas été le cas ici, le tissu est toujours électrique et il accroche toujours énormément la poussière (hum hum…).

Au final, la vraie grosse difficulté pour moi sur cette blouse a été la réalisation des fentes. De par mon mauvais choix de tissu certes, mais je n'ai pas aimé la façon de faire, qui ne rend pas un résultat hyper net à mon sens. Je modifierai ce point pour une nouvelle réalisation, ça c'est certain !

 

Au final elle se laisse porter cette petite blouse, et elle a des détails qui lui donnent vraiment son style propre, mais elle nécessite tout de même quelques ajustements pour convenir parfaitement à ma morphologie :

- Descendre les pinces poitrine de 2/3 cm

- Rallonger les manches de 3 bons centimètres (là c’est portable sans soucis mais pour être plus à l'aise genre en levant les bras, quelques centimètres en plus ne seraient pas du luxe)

- Modifier la fente de manche, une fente indéchirable sera plus adaptée, en tout cas pour moi

- Éventuellement remonter le décolleté car il est assez plongeant et vous allez voir que cette blouse ne peut pas se porter sans rien dessous (enfin à mon sens en tout cas).

Je vous laisse avec les photos, prises par un temps orageux (même pas fait exprès !). Ce qu'on ne voit pas sur les photos, c'est la grosse averse qui nous est tombée dessus juste avant !

IMG_7254

IMG_7258

IMG_7273

IMG_7285

IMG_7300

Sur cette photo, malgré l'imprimé assez chargé, on voit bien que les pinces poitrine sont trop hautes (d'ailleurs je me pose même la question de l’intérêt des pinces sur une blouse aussi loose).

 

IMG_7290

Le détail des fentes de manches, pas très net selon moi.


IMG_7299

Joli dos froncé

 

IMG_7301

Le détail du noeud, que je trouve assez sympa

 

IMG_7287

Comme vous voyez, j'ai mis un débardeur bien voyant dessous pour vous montrer d'une part la profondeur du décolleté (et encore j'ai posé un pression à ce niveau là)…

 

IMG_7292

… mais aussi qu'il est impossible pour ma part de porter la blouse toute seule car au vu de sa construction, deux pans croisés, et bien un coup de vent et hop on voit le bidou !

 

IMG_7294

Et imaginons que le pression posé au niveau du décolleté lâche par inadvertance (peu probable, mais sait-on jamais) voilà ce qui peut arriver (et la raison pour laquelle je ne porterai pas cette blouse sans rien dessous). Bon OK l'effet scénique est peut-être un peu exagéré !

 

Bref, j'aime bien cette blouse mais je pense que sa future petite sœur sera plus aboutie (en même temps sans faire de toile je ne peux m'en prendre qu'à moi-même, c'est une toile portable quoi).

Sur ce, je vous laisse, je m'en vais acheter des débardeurs à col V, qui iront mieux sous Helsinki.

Belle journée !

 


Patron : Blouse Helsinki d'Orageuse Patterns

Tissu : Microfibre bleue à oiseaux de chez Bennytex

Taille : 40

Prix : 21,86€ (dont 8,50€ de patron, 10,36€ de tissu, 1€ d'entoilage, 1€ de boutons et 1€ de fil)

Difficulté : Dompter cette pµ+@!n de microfibre !!! Plus jamais de microfibre !

Posté par Juls44 à 08:14 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , ,


26 août 2017

Un châle d'anniversaire

Retour côté tricot, et on va parler aujourd'hui d'un châle qui n’était absolument pas dans ma to do list, et qui s'est rajouté au dernier moment : le Leigh shawl de Carisa Chang. En fait il s'est rajouté à l’improviste quand j'ai réalisé que les 60 ans de ma belle-mère étaient 15 jours plus tard, et que l’idée de lui offrir un cadeau vraiment personnalisé a fait un pop up dans ma tête  (oui seulement deux semaines avant, il faut croire que j’aime les challenges !).

Le cahier des charges était le suivant : je voulais tricoter un châle à un écheveau, et un autre modèle que le Close To You, car deux fois le même modèle sur une année, c'est déjà pas mal, et je n'avais pas du tout envie de me forcer à tricoter un modèle.

J'ai donc écumé Ravelry, et je suis finalement tombée sur le modèle du Leigh shawl de Carisa Chang qui répondait à tous mes critères. Un châle à un écheveau, avec un peu de dentelle, et en plus gratuit, parfait ! Sauf que le patron était en anglais et que je n'avais jamais tricoté en anglais auparavant. Autant vous dire que même si je parle régulièrement anglais, là pour moi c'était du chinois ! Avant même d'investir dans de la laine pour ce projet, j'ai donc entrepris de le traduire, histoire de voir si le projet était réalisable pour moi. Grâce au super article d'Along avec Anna, j'ai pu traduire le patron en une petite demi heure. En fait, il suffit de connaître les abréviations, et comme par magie le patron devient quasi enfantin ! Merci Annaïg pour ton article, ça a bien dédramatisé le tricot en anglais chez moi ! J'ai envoyé ma traduction à la créatrice du patron, pour que ça profite au plus grand nombre. Si elle ne l’affiche pas dans son patron, je la mettrai dans mon projet Ravelry.

Une fois cette étape passée j'ai pu m'attaquer au choix de la laine, et nous sommes donc allés, le barbu et moi (oui oui j'ai réussi à faire rentrer le barbu dans une boutique de laine !) chez Lil Weasel. En même temps je préférais qu'il soit avec moi pour le choix du coloris, c’était tout de même un châle pour sa mère. Et nous sommes tous les deux tombés d'accord sur un coloris de Malabrigo Arroyo : Regatta Blue. Il s'agit de laine 100% mérinos, en sport avec un dégradé de bleu du turquoise au bleu marine. Le coup de cœur a été immédiat. Le rapport qualité prix n'est pas mal non plus : 17,50 € pour 306 mètres. Banco ! Et je n'ai acheté que cet écheveau ce jour là, incroyable !

J'ai donc pu mettre cette jolie laine sur mes aiguilles. Il me restait officiellement 7 jours. J'avais tricoté mon Close To You shawl en 10 jours, donc si je m'y mettais bien, pas de raison que ça ne le fasse pas. Le patron se tricote en 4 mais j'ai commencé par le faire en aiguilles 3,5, pour pouvoir faire plus de répétitions du motif. Ce n’était pas une bonne idée avec de la sport, la dentelle était toute ramassée. J'ai recommencé en aiguilles 4, comme préconisé donc, Et là c’était bien (ça alors) mais j'avais perdu du temps à réaliser ce premier essai qui n’était pas supposé en être un.

J’ai suivi le patron au niveau de l'alternance point mousse/dentelle, j'ai suivi la dentelle également mais j'ai juste changé le nombre de rangs de chaque. Le patron préconise une alternance de 8 rangs se point mousse et 8 rangs de dentelle tout au long du projet. De mon côté j'ai commencé par cette alternance puis j'ai augmenté progressivement mes sections de point mousse et de dentelle de 2 rangs à chaque fois (mes dernières sections faisaient 20 rangs) et j'aime mieux ainsi, je trouve que ça valorise davantage la dentelle. J'ai tricoté jusqu'à deux jours dudit événement, car nous avions un long trajet en train, mais cela n'a pas été suffisant pour me permettre de finir le châle, j'ai dû le finir et le bloquer à l'arrache chez mes beaux-parents la veille (large !).

Voilà donc ce qu'il donne une fois terminé. Je n’étais pas chez moi pour le bloquer et si ça avait été le cas, je pense que les bordures auraient été plus nettes. Mais bon, à la limite qu'importe, car il a beaucoup plu à ma belle-mère, et c'est tout de même l’essentiel !

Désolée pour les photos, prises à l'arrache avant de le lui offrir (comment ça c'était juste limite ?!).

IMG_6763

IMG_6761

 Le détail de la dentelle et de la couleur absolument fabuleuse !

IMG_6766

 On voit bien que la bordure est, hum, moins bien définie que d'habitude

IMG_6767

IMG_6769

 

Au final, on voit très peu le fait que j'ai augmenté les sections au fur et à mesure (vous allez devoir me croire sur parole). On l'aurait mieux vu sur des photos portées mais j'ai manqué de temps sur ce coup là. Je le trouve très joli, je suis très satisfaite de la dentelle et de la laine, qui est hyper ronde et agréable à tricoter, mais elle est un peu trop grosse à mon goût pour ce modèle. Pour une prochaine, n’utilisera plutôt de la fingering, pour aérer davantage la dentelle. Mais qu'on se le dise, malgré ces points perfectibles, je l'aurais quand même bien gardé pour moi ce châle !

 


Patron : Leigh shawl de Carisa Chang

Laine : Malabrigo Arroyo coloris Regatta Blue, trouvée chez Lil Weasel

Prix : 20 € (patron gratuit sur Ravelry et 17,50€ de laine

Difficulté : Suivre pour la première fois un patron en anglais, mais au final ça se fait très bien !

Posté par Juls44 à 10:38 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

21 août 2017

Quand Berlin rencontre la Parisette

Aujourd’hui, on va parler d’un nouveau patron, dans un tissu provenant d’une ancienne réalisation. Enfin nouveau, il est déjà sorti il y a quelques mois maintenant.

Je vous avais parlé lors du Me Made Month d’octobre dernier du fait que j’allais recycler ma robe Aime comme Mulpep, qui ne me mettait résolument pas en valeur. Je pense que cela était dû à une mauvaise association patron/tissu. En effet, le tissu utilisé était un seersucker provenant d’une vente de tissus Agnès b, superbe tissu, mais qui avait tendance à prendre une ampleur… conséquente dès lors qu’il était froncé. J’avais dû enlever 40 bons centimètres lors de la réalisation du fronçage de la robe (je vous renvoie à mon article ici). Mais j’avais toujours l’impression d’être le cirque de Russie lorsque je portais cette robe. Ajoutez à cela le fait que le zip que j’avais choisi était beaucoup trop lourd pour ce seersucker, on obtenait une réalisation qui ne me plaisait que moyennement.

Mais toujours est-il que ce seersucker, je l’adorais ! Je n’avais pas du tout envie de le jeter. Mais encore fallait-il trouver le projet qui pourrait tenir dans cette robe.

La robe est donc restée 6 mois dans le bac à chutes/recyclage, avant que je ne lui trouve le projet parfait. Jusqu'àce qu'Orageuse Patterns sort le patron de la jupe Berlin ! Orageuse est une marque assez récente, lancée à l’automne dernier, et qui ne m’avait pas laissée indifférente. Le trench Londres notamment m’avait tapé dans l’œil. Il est d’ailleurs au programme de ma collection capsule pour l’automne prochain. Et lors du lancement de la seconde collection, j’avais flashé à nouveau sur deux modèles : la blouse Helsinki et la jupe Berlin !

Et comble de la perfection, la jupe Berlin version courte avait l’air de rentrer parfaitement dans les morceaux découpés de ma Mulpep ! J’ai donc investi rapidement dans le patron et effectivement, tout rentrait (bon tout juste hein) sauf la ceinture (tant pis, la couture, c’est parfois des concessions aussi).

La réalisation est claire et ingénieuse, afin de former les plis et les poches avec ce volume si particulier. Assurez-vous juste que votre tissu marque bien les plis.Le seul moment où j’ai douté, c’était au niveau de la réalisation de l’ourlet : fallait-il prendre un bout du pli dans l’ourlet, ou pas. J’ai essayé de prendre un bout du pli… et c’était pas ça du tout ! Et effectivement en regardant le dessin technique et les photos sur le site de la marque, effectivement le pli ne se poursuit pas jusqu’en bas. Heureusement je ne n’avais pas cousu et seulement épinglé ! Une fois ce petit souci résolu, c’était parfait !

Je n’ai pas réalisé de doublure, car mon tissu était suffisamment fin pour glisser correctement sur les jambes. Et ça tombe très bien car j'avais choisi un tissu de doublure tout bête et horrible à coudre !

Ce que j’apprécie avec les patrons Orageuse, c'est leur petit twist qui fait toute la différence. Ici c'est la forme des poches, et sur la version longue, la fente devant vient rajouter toute son originalité au modèle. On pourrait penser que cette forme de poche rajoute de l’épaisseur à la silhouette, mais vous verrez sur les photos que pas du tout, ça a plus tendance à la structurer en marquant la différence taille / hanches. N'ayant pas une taille très marquée, je trouve la forme très sympa sur moi, et autant vous dire que cette fois j'adore cette réalisation que je porte régulièrement avec plaisir, et qui va avec tout ! En hiver avec des collants et des bottines, mais aussi en été avec une chemisette et des sandales ou des baskets. 

Et au final, j’adoooore ma nouvelle jupe qui rentre directement dans la catégorie « patrons préférés » ! Les poches donnent un peu de volume au niveau des hanches mais je trouve que ça structure la silhouette et j’aime beaucoup ! Et je suis ravie d’avoir pu recycler mon seersucker.

Il fallait bien une chemisette pour aller avec ! Il s'agit de la chemise La Parisette de Blousette Rose. A sa sortie en septembre dernier, je l'avais beaucoup aimé. Mais il était un peut tard dans la saison pour la réaliser et la porter. Je l'avais donc mise au programme de cette année. Pour le tissu, je savais exactement ce que j'allais utiliser. Lors d'un vide tissus organisé en début d’année par Des Idées Par Milliers j'avais trouvé un coupon de viscose à carreaux bleu marine. 1 mètre 10, 4€, c’était parfait pour une Parisette. Le tissu est donc arrivé dans mon stock en attendant son heure. Juste avant de passer mon CAP, je me suis dit que cette association patron / tissu serait idéale pour bosser les raccords. Et au moment de la coupe horreur, malheur ! Je me rends compte que les carreaux ne sont pas exactement dans le droit fil. Damned !!! Autant vous dire qu’avec le tout petit métrage que j'avais, ça m'a valu un bon luxage de neurones pour faire tout rentrer ET avoir des raccords corrects ! Alors oui du coup ma chemise n'est pas exactement coupée dans le droit fil, mais je me suis dit qu’avec la fluidité de la viscose, cela passerait inaperçu. Toutefois si ce genre de chose vous est déjà arrivé, je suis preneuse de retour quant au vieillissement des vêtements non coupés dans le droit fil.

Bref malgré le fait d'avoir réussi à tout caser, j'étais un peu dépitée. Les premières épreuves du CAP sont passées, j'ai su que je n'aurais pas de raccords carreaux à faire, et du coup le projet est passé en mode « en attente ». Et puis mi-juillet, je me suis dit que c'était quand même dommage de la laisser en plan et je l'ai terminée en une petite après-midi.

C'est une chemise abordable pour les débutantes dans le sens où elle n'a pas de manches/poignets de manches/fentes mais il y a tout de même des détails auxquels ils faut faire attention, à savoir le cran du col et l’empiècement triangulaire du dos. Donc une débutante ayant déjà quelques projets derrière elle peut se lancer sans soucis !

Le plus compliqué, vous l’aurez compris, aura été les raccords. Une fois cette étape passé il n'y a pas eu de soucis particuliers. Par contre j'ai pêché par excès de zèle en réalisant des coutures anglaises. Faites attention, autant ça se passe bien sur les coutures épaules, autant pour les coutures côté, c'est plus compliqué étant donné qu'il y a les fentes du bas à réaliser ensuite. Enfin j'ai rajouté des petits boutons style bottines bleu marine dénichés chez Fil 2000, j'aimais bien le rendu avec, qui fait peut être un chouilla moins décontracté (enfin à mon sens en tout cas !).

Résultat j'adore cette chemise, qui est fluide et légère et que je porte très régulièrement. Au final, même si je n'aime pas vraiment rentrer mes chemises dans mes bas, c'est comme ça que je préfère la porter, en la faisant blouser.

Mais trêve de blabla, je vous montre l'association des deux. Je trouve que c'est un combo qui marche plutôt bien !

IMG_7193

IMG_7197

Vous pouvez voir que la chemise est légèrement transparente, mais que les raccords sont bien !

 IMG_7199

 Au niveau des épaules aussi d'ailleurs.

IMG_7200

 Pour l'empiècement dos, j'ai fait exprès de décaler mon raccord, histoire de mieux le voir, sinon on ne voyait pas grand'chose et c'était dommage.

IMG_7201

 Raccords côté opé aussi ! Et le petit triangle n'est pas trop mal.

Mais ce n'est pas avec la chemise sortie de la jupe que la tenue prend tout son charme. Je préfère largement la chemise rentrée !

IMG_7206

IMG_7207

IMG_7211

IMG_7218

Le détail des poches et du seersucker, j'en suis fan !

IMG_7220

 Et les poches, qui structurent la jupe.

 

Autant vous dire qu’Orageuse, c’est testé et approuvé ! Le trench est prévu pour l’automne, mais je vous montre Helsinki très vite ! Quant à la Parisette, c'est une première réalisation qui appelle à d'autres versions pour l’année prochaine !

Bref un look qui me donne envie de décoller !

IMG_7224

Et vous ? Que faites-vous de vos « ratés » en couture ? Avez-vous cousu des patrons Orageuse ?

Belle journée !

 


Patron : Jupe Berlin d’Orageuse Patterns

Tissu : Seersucker bleu marine de chez Agnès b.

Taille : Taille 40

Coût : 11,50€ (dont 8,50€ de patron, 0€ de tissu (recyclage d’un ancien projet, 2€ de zip et 1€ de fil))

Technique : Faire rentrer tous les morceaux de la jupe dans ma robe précédemment réalisée, s'appliquer sur la réalisation des poches et des plis.

 


Patron : Chemise La Parisette de Blousette Rose

Tissu : Viscose blanche à carreaux bleus trouvée en vide tissus

Taille : 3

Prix : 19€ (dont 10€ de patron, 4€ de tissu, 1€ d'entoilage, 3€ de boutons et 1€ de fil)

Difficulté : Faire de beaux raccords sur un tissu dont l'imprimé n'est pas dans le droit fil. Et ce n’était pas simple !

Posté par Juls44 à 08:36 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

17 août 2017

Un second Close To You shawl

On retourne côté tricot pour parler d'un châle de mon dressing de saison, qui était fait pour s'entendre avec ma dernière Mélilot : mon second Close To You shawl !

Si vous vous souvenez de cet article du début de l'année, j'avais tricoté ce châle pour l'anniversaire de ma maman, dans une super laine de chez Yarn Indulgences (un MCN du tonnerre !). Résultat, il me plaisait tellement (patron, couleur, douceur… tout !) que j'avais bien envie de le garder pour moi. Bon un cadeau est un cadeau, je le lui ai tout de même offert (il lui a bien plus d'ailleurs) mais je me suis promis de m'en refaire un.

Dans mes prévisions de dressing de saison, j'avais très envie de me tricoter un châle vert bouteille, assez léger pour le porter en mi-saison et qui irait avec tous les vêtements que j'avais prévu de coudre. Le Close To You s'est rapidement imposé. Puis en allant faire un tour sur la boutique Etsy de Patte de Velours, je suis tombée sur un écheveau solitaire de BFL, coloris Mélèze soit un vert bouteille bien foncé. Le vert divise, soit on adore, soit on déteste. Autant vous dire que moi je l'adore ! Christine, alias Patte de Velours propose habituellement de réaliser des écheveaux à la demande. On choisit son coloris, sa base et le tour est joué ! Mais elle propose également certains écheveaux directement sur sa boutique. C’était le cas pour cet écheveau de BFL, la couleur correspondait à ce que je recherchais, je l'ai donc commandé, quitte à faire une commande personnalisée plus tard.

À la réception de l'écheveau, je n'ai pas été déçue ! La couleur, qui peut s’avérer « juste » vert bouteille, se transforme en un vert vibrant et profond dès qu'un rayon de soleil s'y accroche. N’ayant jamais tricoté de BFL, je ne savais pas vraiment à quoi m'attendre. J'ai pu me rendre compte en la touchant que c’était une base plus sèche que le mérinos et plus noire aussi (la fibre est bien plus foncée que le mérinos qui est plutôt clair). Après je ne sais pas si ce côté sombre est caractéristique du BFL ou si c'est cette base en particulier mais toujours est-il que c’était une nouveauté pour moi !

J’ai donc pu tricoter mon châle, qui ne m'a posé aucune difficulté. Avec le premier j’étais rodée ! La BFL se tricote très bien, elle est moins ronde que le mérinos certes mais le point est tout aussi bien défini, et je trouve la couleur d'autant plus vibrante une fois tricotée.

En 10 petits jours, il était terminé et je pouvais le porter ! Alors oui c'est moins chaud que du mérinos mais ça ne gratte pas, et c'est donc un châle parfait pour la mi-saison, quand il ne fait pas trop froid (pour l'hiver il est bien trop petit !).

Voici donc les photos, il s'entend très bien avec ma Mélilot non ?

IMG_6909

IMG_6899

IMG_6906

IMG_6907

Et voilà d'un peu plus près ! Dommage que la photo ne rende pas justice à la profondeur de la couleur.

 

Résultat je suis convaincue par les laines de Christine et autant vous dire que ma prochaine commande sera plus… conséquente !

Je vous laisse avec une petite photo finale, car oui j'aime les arbres !

IMG_6900

 

 


 

Patron : Close To You shawl de Justyna Lorkowska

Laine : Laine CatWalk Twist 80% BFL / 20% Nylon, coloris Mélèze de chez Patte de Velours

Prix : 15,40 € (patron gratuit sur Ravelry et 15,40€ de laine)

Difficulté : Aucune !

Posté par Juls44 à 08:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

14 août 2017

Mélilot dans les bois

On continue dans la série de mon dressing de saison, qui finalement sera une saison large (printemps / été). J'ai été assez ambitieuse à ce sujet, avec beaucoup de choses à réaliser. On touche au but, j’ai quasiment tout cousu, mais ça m'a pris forcément pas mal de temps ! Et il reste quelques paires de vêtements à photographier.

Aujourd'hui on se retrouve donc avec une de mes chemises best off, alias ma 4e Mélilot ! Après celle-ci je pense que je ne vous en parlerai plus dans le sens où je pense qu'on aura fait pas mal le tour du sujet. Concernant les patrons pour lesquels plus de 3 versions auront été cousues, je vous ferai seulement des planches d'inspirations, mais ça, on verra plus tard.

Donc ici on reparle de Mélilot version manches longues. Si vous vous souvenez, ma première version manches longues avait été réalisé dans un tissu en polyester épais imprimé toucans. Alors oui déjà c’était du polyester (bien que le souci de transpiration soit minime, étant donné que les manches sont des manches kimono) mais surtout il était très (trop !) lourd pour en faire une chemise. Le tombé n’était pas aussi seyant qu'il aurait pu être avec un tissu plus fluide.

Donc pour cette 2e réalisation de la version manches longues, je voulais un tissu bien fluide, et plus respirant. Et comme souvent j'ai trouvé mon bonheur chez Little Fabrics lorsqu'ils ont sorti leurs tencels bleus à petits pois. Je ne suis pas très pois habituellement, mais là j'ai craqué immédiatement pour la version la plus claire. D'ailleurs c’est ce tissu qui m'a inspiré cette 4e version de Mélilot, je n'avais pas prévu d'en faire une autre aussi rapidement.

À la réception du tissu, je n'ai pas été déçue : ce tencel est d’une douceur absolue ! C'est plus épais que la viscose, ça a donc plus de tenue mais c'est très trrrrès doux. D'ailleurs le tencel (nommé également Lyocell) est une matière issue la cellulose, tout comme la viscose mais dont le mode de fabrication ne nécessite pas de produits chimiques lourds et polluants, à l'inverse de la viscose justement. A garder en tête car cette matière (tout comme le cupro, issu d'un procédé semblable) risque d’être de plus en plus présente dans notre quotidien.

En étant à ma 4e réalisation de Mélilot, je n'ai pas rencontré de souci particulier. Le tissu, malgré son caractère fluide, se travaille très bien. La seule modification que j'ai effectuée a été de rallonger les manches de 3cm. J'ai aussi inversé quelques étapes du montage afin que ma patte de boutonnage soit la plus symétrique possible. Je vous explique ! Normalement on fait les mini ourlets très tôt dans le montage, puis on assemble les manches et les côtés et enfin on monte le col. Et comme l'ourlet est déjà fait on se rend compte parfois qu'il y a un petit décalage peu esthétique au niveau des deux pattes de boutonnage (sur ma précédente Mélilot par exemple…). Ici J’ai donc attendu avant de faire mon mini ourlet, j'ai d'abord monté le col, puis j’ai fait mon mini ourlet en s’assurant d’être bien symétrique. Enfin j'ai monté les manches et assemblé les côtés. Et ça me semble plus propre comme ça, donc je réitèrerai ce procédé le jour où j'aurai envie d'une 5e Mélilot (pas tout de suite hein !).

Je réservais pour cette chemise des petits boutons effet bois peint, trouvés à La Mercerie Parisienne. J'avais flashé dessus et ils n'attendaient plus que le projet idéal pour les mettre en valeur. C'est chose faite !

Alors oui on pourrait dire qu'elle ressemble à ma Granville en tencel jean mais pour moi le rendu est complètement différent et je porte l'une et l'autre avec plaisir !

IMG_6882

IMG_6874

IMG_6876

IMG_6885

IMG_6886

IMG_6891

IMG_6892

IMG_6894

IMG_6895

Je suis ultra fan du rendu et le tencel de Little Fabrics est un bonheur sur la peau ! Autant vous dire qu’étant donné qu'il existe maintenant en une multitude de coloris, vous allez certainement en revoir passer par ici !

Je vous quitte avec une petite photo bonus, à très bientôt !

IMG_6917


 Patron : Chemise Mélilot de Deer and Doe

Tissu : Tencel bleu ciel à pois de chez Little Fabrics

Taille : 40 aux épaules avec un SBA. 38 ailleurs

Prix : 42,60€ (dont 3,5€ de patron  (4e réalisation), 28,10€ de tissu, 10€ de boutons et 1€ de fil)

Difficulté : Changer les étapes du montage pour une meilleure esthétique. Et c’est tout !

Posté par Juls44 à 08:25 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , ,

04 août 2017

Un short pour le mois de Juillet !

Bonjour bonjour !

Aujourd'hui on va parler de mon projet capsule du mois de juillet : un short ! Bon en fait il y a eu des changements. A la base, je m'étais noté de réaliser les espadrilles en Shwe Shwe de Julie alias Damn Good Caramel mais le temps m'ayant manqué ce mois-ci, je me suis tournée vers un projet plus rapide (bon peut-être parce que je me suis penchée sur mon projet capsule le 27 juillet, hum hum...). Donc j'ai changé de projet en cours de mois, certes, mais comme je ne m'étais pas donné de planning particulier, ça n'avait pas pas forcément d'importance.

Par contre, pour la première fois depuis le début de l'année, j'ai changé de projet dans une catégorie donnée ! Jusqu'alors je m'étis tenue à ce que je m'étais fixé, mais là, je suis passée du short Châtaigne de Deer and Doe au Scalloped Hem Shorts de Pattern Runway. Si vous me suivez depuis un peu de temps, vous savez déjà que j'avais réalisé deux versions du Scalloped Hem Short l'été dernier, et j'avais eu quelques petits problèmes de taille. Donc le challenge était de l'adapter au mieux à ma morphologie sur la prochaine réalisation.

D'autre part, j'avais dans ma penderie un short blanc du commerce, qui me suivait depuis 7 ans. Autant vous dire que 7 ans et un short blanc, ça ne fait pas forcément bon ménage. Enfin en tout cas le short n'était plus blanc, donc il fallait songer à le remplacer. Comme l'été j'aime mieux porter des shorts assez fittés, le Scalloped Hem Shorts s'est imposé rapidement, mettant le short Châtaigne de côté.

Il a donc fallu trouver une gabardine blanche adéquate. Je suis directement allée fouiller chez Toto 1961. Et j'y ai trouvé mon bonheur ! Une gabardine blanc cassé contenant de l'élasthane. Exactement ce que je cherchais ! En effet, comme vous pouvez voir et/ou revoir sur les photos de mes précédentes versions de ce short, il était sacrément grand ! Sauf que je ne voulais pas refaire de toile pour ce short, donc le côté élasthane était indispensable.

Sur ma toute première version, j'avais coupé un M, en me basant sur le tableau des tailles. Sur la seconde, j'avais coupé un M à la taille, et un S aux hanches et aux jambes. Et c'était encore trop grand ! Donc ici j'ai décidé, armée de mon tissu extensible, de faire une coupe franche : un S à la taille et un XS aux hanches et jambes ! 

L'avantage de ce short est qu'il est très peu gourmand en tissu : moins d'un mètre est nécessaire donc c'est un bon moyen d'écouler les grandes chutes. Et pour les petites chutes, on peu les caser au niveau des poches (ici issues des chutes du tissu Kokka d'une de mes Mélilot).

La réalisation s'est passée sans encombre, en même temps au bout du 3e je commençais à être rodée. J'ai juste bâti au niveau de la fourche, histoire d'être sûre d'avoir un short ajusté, dans lequel je n'allais pas flotter. En bâtissant, je me suis rendue compte que mon tissu était trrrrrès élastique. Résultat, il m'a fallu rogner près de 10cm en tout au niveau de la taille (2,5cm sur les deux devants et même chose au dos). Ayant déjà cousu les jambes, au final elles sont tout de même un peu plus larges que ce que j'aurai voulu initialement. Mais ça reste plus limité que sur mes premières versions, je progresse !

Comme pour Safran, j'ai pris la décision de ne pas entoiler les ceintures. Je trouve que ma gabardine a suffisamment de tenue comme ça et je gagne en confort !

L'inconvénient du blanc (en plus du fait que ce soit salissant) c'est la transparence. Mais ici, même si j'ai utilisé de la double gaze gris foncé pour mes poches, je trouve que ça ne se voit pas par transparence. Par contre ce qui se voit, ce sont les marges de couture. Si vous regardez bien au niveau de ma couture milieu devant, ça se voit. Mais bon je vais partir du principe que les gens ne vont pas passer leur temps à fixer cette partie-là du short (à moins d'être sacrément dérangé). Et je me dis que c'est mieux d'avoir un short où on devine certaines marges de couture (mais pas mes sous-vêtements) et qui est blanc, plutôt qu'un short dont on ne voit ni marges ni sous-vêtement, mais qui est d'un blanc douteux et tâché.

Je vous laisse avec les photos, prises à Sienne, lors de notre périple en Toscane du week-end dernier. Désolée pour le côté froissé, il avait été porté toute la journée.

IMG_7034

IMG_7045

IMG_7048

 

Vous voyez les marges de couture dont je vous parlais ? Et on voit bien que j'ai encore un peu de marge aux niveau des jambes.

IMG_7052

IMG_7055

IMG_7056

 

Mes poches, coupées dans les chutes de mon tissu Kokka (vous avez vu, on ne voit rien par transparence sur les autres photos)

IMG_7059

 

 

Au final j'aime bien ce short et il va être beaucoup porté, mais du coup maintenant je sais que si je dois refaire un short avec un tissu du même type, je taillerai tout en XS ! Pour une matière moins extensible, je pense que je taillerai un S, en bâtissant pour ne pas me retrouver avec un short immettable car trop petit. Mais j'aime beaucoup la coupe, et maintenant que J’ai deux versions d'été, je pense déjà à une version plus hivernale, à porter avec de gros collants (Et qui sera donc boulot compatible).

De plus, le coupon acheté chez Toto était en fait un coupon de 3 mètres, donc autant vous dire qu'il me reste plus de deux mètres pour faire autre chose. A voir si je décide de faire un Safran blanc cassé, Ou si je décide de teindre ce coupon pour faire un Safran d'une autre couleur.

Voilà pour le projet de juillet ! Je vais maintenant attaquer rapidement le projet d'Août, car j'ai plein d'autres choses à faire en parallèle, et forcément avec la reprise du boulot, je n'ai plus autant de temps libre donc il va falloir que je m’organise !

Belle journée !

 


 

Patron : Scalloped Hem Shorts de Pattern Runway

Tissu : Gabardine blanc cassé de chez Toto 1961

Taille : S à la taille, réduit en XS aux hanches et cuisses (et avec ce tissu extensible, il y a encore de la place !)

Prix : 12€ (dont moins de 3€ de patron  (3e réalisation), 6€ de tissu, 2€ de fermeture éclair et 1€ de zip)

Difficulté : Adapter un patron qui taille grand à ma morpho. Et c'est à peu près tout !

Posté par Juls44 à 08:19 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , ,