On dirait le début d'une lettre du début du siècle dernier. Et pourtant il n'en est rien !

Aujourd'hui je vais vous parler d'un projet basique, qui n'a d'ailleurs de basique que la couleur. Un basique, vous savez, cette pièce qui va avec tout, et qui s'attrape facilement même les matins où on ne sait pas quoi mettre ? Et bien ça !

Chez moi, j'ai un peu la malédiction du gilet noir. Ce gilet que tu mets tellement souvent que tu l'oublies régulièrement dans les bars/avions/trains (oui oui en 4 ans j'ai oublié 3 fois mon basique adoré). Par manque de bol, le dernier gilet noir acheté est celui qui me va le moins bien de tous ceux que j'ai pu avoir (et malheureusement celui-là je ne l'ai pas encore perdu, depuis 3 ans que je me le traîne). 
Du coup, pour conjurer le sort, j'avais décidé de me tricoter un gilet noir, mais qui me plaise ET qui m'aille de surcroît !
Je n'ai pas eu à chercher bien loin pour trouver LE modèle : le Earnest cardigan de Joji Locatelli était tout désigné ! Au niveau de la couleur, je voulais du noir. Pas du noir gris, du noir très noir, donc je me suis rapidement orientée vers les laines Drops, qui par chance étaient en promo en mai dernier (pas que la laine m'aurait coûtée cher mais quitte à profiter d'une promo, c'était le bon moment). Sans hésiter j'ai pris de la Drops Baby Merino, que j'avais déjà tricoté une fois et dont j'apprécie le rendu (certains la trouvent molle, moi j'aime bien ce rendu sur un gilet en fingering, ça apporte de la fluidité je trouve). De plus, ma copine Céline avait déjà tricoté le Earnest cardigan dans cette laine (en bleu, pas d'article dédié mais vous pouvez le retrouver dans ses podcast ou sur son Instagram) donc je savais à peu près à quoi m'attendre !
La construction est moderne, c'est à dire que l'on commence par un montage provisoire au crochet pour l'arriere du col, on tricote une cinquantaine de rangs à torsades, puis on reprend les mailles du montage provisoire pour tricoter la seconde partie de l'arrière du col, toujours en torsades, on relève des mailles partout et on continue l'ouvrage en tricotant le col et le corps du gilet à la fois. Une fois que l'on a fini de rabattre les mailles, il n'y a pas de relevage d'encolure, c'est bel et bien terminé !
Alors on ne va pas se mentir, ce n'est pas vraiment un gilet pour débuter. Entre le point de blé, les augmentations et les torsades, il faut être bien concentré tout du long ! 
J'ai modifié une seule chose : j'ai supprimé les torsades du dos. Je trouvais le gilet suffisamment chargé comme ça, et à mon sens (et ce n'est que mon avis hein) trop de torsades tue les torsades. Je trouvais que les torsades du col se suffisaient à elles-mêmes sans avoir à en rajouter. La seule modification qu'il faut gérer pour cela est d'enlever une maille par rapport au nombre de mailles demandées pour réaliser le dos, afin d'obtenir quelque chose de symétrique (sinon on a un petit décalage dans le point de blé). 
En soi, si l'on fait bien attention, ça se passe bien mais le point de blé, en 3,5, c'est loooong ! Du coup, il m'a fallu 3 mois pour finir mon gilet. Je l'ai commencé en août, en me disant qu'il fallait une bonne dose de luminosité pour coudre du noir, et puis au final, en le finissant mi-novembre, j'ai pu me rendre compte qu'avec moins de luminosité, ça passait aussi (de toute façon je n'avais pas le choix !). 
Comme à mon habitude, j'ai réalisé un rabattage tubulaire à l'aiguille en bas du corps et aux manches. C'est long mais ça vaut vraiment le coup !
Ma copine Céline ayant terminé le sien avant même que je commence le mien, je savais que la baby merino avait tendance à bien s'allonger au blocage. J'avais envie d'un gilet long mais pas très très long, donc je me suis arrêtée au-dessus des hanches. J'ai donc mis au blocage un gilet bien fitté au niveau des manches, et avec une longueur moyenne. Et après blocage (sans être agressive du tout, j'ai bloqué en place sans tirer) je me suis retrouvée avec un gilet long (vraiment il ne fallait pas qu'il soit plus long, là il arrive juste au niveau de mon manteau sans dépasser et c'est amplement suffisant) ! Et au niveau des bras, c'est clairement plus lâche (bon ce n'est pas cata, mais les poignets ne sont plus ajustés par exemple, donc si je devais le refaire avec cette laine, je ferais une taille en-dessous pour les manches et un chouilla moins long pour le corps).
Mais mis à part ces points de détail, j'adore mon gilet noir, et je le porte tout le temps depuis qu'il est terminé car, en bon basique qui se respecte, il va avec tout (et je ne l'ai pas encore perdu, youhou !).
Au niveau de la laine, elle bouloche un peu, je viens de le raser pour la première fois, on verra si ça revient, et à quelle fréquence.
Je suis ravie ravie ravie de mon gilet, et vous laisse avec les photos (porté avec ma Madeleine adorée bien sûr !) :

IMG_8184

IMG_8198

IMG_8203

 

 

Le joli détail du col, qui enveloppe bien le cou

 IMG_8189

 

Le côté du gilet (on voit qu'il rebascule encore un chuilla vers l'avant) et le poignet (moins ajusté comme je vous le disais)

IMG_8194

 

 

Et voici le dos, difficile à prendre en photo mais ce qu'il faut retenir, c'est que je ne lui ai pas rajouté de torsade à cet endroit)

IMG_8195

 

 

Bref un gilet fin douillet qui va avec tout, je suis conquise !

IMG_8191

Bon par contre disons qu'après 3 mois sur ce gilet en fingering, j'ai eu besoin de passer à autre chose, tricoté en plus grosses aiguilles, histoire de changer un peu et d'avoir l'impression d'avancer !

Patron : Earnest cardigan de Joji Locatelli
Laine : Baby Merino de Drops coloris noir (8 pelotes au lieu des 9 recommandées pour ma taille)
Taille : M
Prix : 27€ (dont 5,40€ de patron et 21,60€ de laine (en promo))
Difficulté : Faire attention aux torsades, augmentations et point de blé, en plus d'anticiper l'allongement de la laine au blocage