Hello hello !

Aujourd’hui dans la catégorie #jesuisàlabourre, je vous présente (enfin) mon projet de février pour le défi de Clo Piano "je couds ma garde-robe capsule". Promis je serai moins en retard pour mon projet de mars (il est déjà bien avancé pour ceux qui me suivent sur Instagram).

Alors oui initialement j’avais prévu une Mélilot, jusque-là pas de surprises, sauf que j’avais prévu de la faire en soie. Mais ayant été dépassée par le temps ce mois-ci, je me suis retrouvée à couper mon projet dimanche 26 février, hum hum... Donc avec aussi peu de temps disponible je me voyais peu coudre de la soie. Qu’à cela ne tienne, j’avais un petit coupon de 1m50 de polyester imprimé toucans déniché chez Sacrés Coupons grâce à Jesuisunbertrand (encore merci pour l’info Laura !), qui convenait parfaitement à Mélilot.

Pour rappel, j’avais déjà réalisé une toile de Mélilot (avec une manche courte et une manche longue, histoire de tout vérifier d’un coup) et deux versions à manches courtes. Autant vous dire que j’ai donc coupé mon tissu sans scrupules, puisque mes modifications avaient déjà été validées (je vous renvoie ici et si vous voulez les lire en détail).

Du coup, j’avais déjà bien avancé en deux petites soirées dessus, mais j’ai préféré attendre le vendredi pour la finir proprement sans me stresser. En soi, pas de difficulté particulière au niveau du montage, mais le tissu en lui-même m’a donné un peu de fil à retordre. C’est un polyester assez épais donc autant vous dire que le fer et lui n’ont pas été copains, j’ai dû batailler pour ouvrir mes coutures correctement. Et au niveau du poids, je pense que c’est juste limite, un tissu plus lourd ne conviendrait pas à cette chemise.

Et puis quitte à vous présenter mon projet de février, j’ai la petite jupe qui va bien avec à vous montrer, à savoir ma jupe patronnée aux cours municipaux pour adultes (CMA) de la mairie de Paris. Depuis octobre il s’agissait de patronner sa propre jupe de base, puis de la transformer en un des deux modèles proposés par Olga (ma prof). J’ai donc choisi la jupe trapèze (qui se rapproche un peu de la jupe Rosari de Pauline et Alice). Une des obligations de la jupe était de lui ajouter des poches. N'étant pas hypra fan des poches plaquées, et n'ayant pas envie de faire des poches dans la couture, j'ai choisi de rajouter à ma jupe deux poches passepoilées inspirées du pantalon Safran.

J’avais tout d’abord patronné une jupe trapèze taille basse, mais après essai de ma toile, je n’étais vraiment pas convaincue. Cela me tassait trop, et la jupe avait tendance à tourner. J’ai donc modifié mon patron pour en faire une taille haute, plus seyante à mon goût. J’ai également raboté le trapèze initial, que je trouvais trop prononcé.

Niveau tissu, j’ai choisi pour cette jupette une suédine provenant du Marché Saint Pierre (comme quoi parfois j’y retourne). Les passepoils en cuir proviennent du bac à chutes de cuir de Sacrés Coupons, une mine pour avoir de petits bouts de cuir à peu cher !

Niveau réalisation, il a fallu faire attention au cuir et à la suédine qui sont (comme le dit si bien Artesane) des tissus qui fâchent. Autant la suédine se laisse épingler sans soucis, autant le cuir c’est une autre histoire. Pour cela, j’ai utilisé des épingles à cheveux (elles ne me servent plus qu’à ça depuis que j’ai les cheveux courts) et c’était parfait ! Les aiguilles machine spécial cuir étaient elles aussi de sortie, et du coup tout s’est bien passé.

J’ai voulu suivre le montage de la ceinture préconisé par ma prof, et, je vous le dis : mauvaise idée ! Il y avait un peu trop d’embu que j’ai eu bien du mal à résorber. La prochaine fois, je la monterai à ma façon ! Sinon le montage s’est bien passé, sans souci majeur. J’ai posé des pressions noirs pour rappeler les empiècements et j’aime beaucoup.

Seulement voilà, une fois portée, et bien je la trouvais encore bien trop ample ! Je n’avais pas fait attention à cela sur ma toile qui restait un tissu assez peu épais, mais là sur de la suédine une peu rigide, l’effet parachute était bien visible. Je dirais même que ça donnais un petit effet derviche tourneur (ou futuriste au choix !). Et c’est dommage car hormis ça elle me plaisait beaucoup ! Du coup je pensais la refaire (oui oui) en modifiant pas mal l’ampleur. Mais Olga m'a convaincue que la raboter seulement pourrait marcher, et elle a eu raison (et c'est tant mieux, car ce n'est tout de même pas super gratifiant de faire deux fois le même projet, avec le même tissu, à 2/3 détails près. Au final, j'ai raboté la jupe à partir de sous les poches, pour en faire quasi une jupe droite (j'ai quand même raboté plus de 20cm !). C'est dommage, je n'ai pas pris de photos de la chose avant rabotage, j'aurais bien voulu vous monter cette horreur. mais au final je vous présente une jupe bien rabotée, mais que je peux porter au quotidien, et qui va très bien avec ma chemise toucans !

Et sur ce, voici donc les photos. A titre personnel, je trouve que les deux font la paire !

IMG_5219

IMG_5221

IMG_5233

IMG_5238

IMG_5240

 

Détail du col : je n'étais initialement pas convaincue par le col rond, j'avais réalisé un col rond et un col pointu pour comparer, et je me suis finalement prise au côté doux du col rond, j'aime beaucoup !

IMG_5241

 

Mon tissu étant assez lourd mais fuyant, j'ai réalisé des plaquettes de manches carrées au lieu de pointues.

IMG_5266

 

Je suis assez satisfaite de mon ourlet, mais il faut effectivement partir du bas en remontant pour éviter de créer des décalages en bas.

IMG_5270

Et le dos ! J'adore cet arrondi qui permet de porter une chemise soit blousée dans un pantalon ou une jupe, soit à l'extérieur, de manière plus décontractée.

IMG_5242

 

Et voilà la jupette ! Pour réduire l'ampleur j'ai rogné sur le trapèze mais aussi en longueur. On est juste limite niveau longueur, mais ça passera pour les beaux jours et avec un collant en hiver.

IMG_5249

Le détail de ma poche que j'adore ! Bon comme j'ai dû rogner dans le trapèze, on dira qu'elles sont juste décoratives. Merci Deer and Doe pour l'inspiration !

IMG_5252

 

Et ce qu'adore mon amoureux, on peut "écrire" sur la suédine :)

 

Comme je le disais plus haut, je trouve que ce tissu est juste limite niveau épaisseur pour Mélilot, et j’ai déjà en tête une prochaine version en tencel. Et moi qui n'étais pas certaine d'apprécier une jupe quelque peu trapèze, au final, je l'adore, comme quoi !

Evidemment première jupe patronnée, mais ce ne sera pas la dernière ! J'ai déjà plein d'autres idées, ce qui me manque, c'est le temps !

 


Patron : Chemise Mélilot de Deer and Doe

Tissu : Polyester toucans de chez Sacrés Coupons

Coût : 19€ (dont 5€ de patron (3e réalisation, je commence à le rentabiliser ce patron !), 13€ de tissu, boutons récupérés sur une chemise de monsieur et 1€ de fil)

Technique : Monter une chemise, faire un SBA (détaillé sur mon précédent article au sujet de Mélilot)


 Patron : Jupe patronnée par mes soins au Cours Municipaux pour Adultes

Tissu : Suédine bleu-gris du Marché Saint Pierre, chutes de cuir de chez Sacrés Coupons

Coût : 13,50€ (dont 7,5€ de tissu, 2€ de chutes de cuir, 3€ de pressions et 1€ de fil)

Technique : Patronner un vêtement à sa morphologie (et il y a encore un peu de boulot), coudre du cuir